Tapages nocturnes et voisin bruyant : que faire ?

Chargement de votre vidéo
"Tapages nocturnes et voisin bruyant : que faire ?"

Que faire contre les bruits de voisinage et les tapages nocturnes d'un voisin ? Les recours possibles, notamment auprès de la police, du maire ou de la copropriété.

Musique, cris, disputes, télévision trop forte, fêtes à répétition... Les nuisances sonores de votre voisin peuvent vite s'avérer insupportables au quotidien. Lorsque le dialogue ne change rien à la situation, d'autres solutions sont envisageables.

Il faut savoir en outre que de nombreuses communes édictent des règles spécifiques en matière de bruit, notamment en prévoyant des limites horaires. Vous devez donc vous renseigner auprès de votre mairie pour connaitre la réglementation applicable dans votre commune, notamment pour les horaires de travaux autorisés si votre trouble est lié à ce type de bruits.

Avertir le propriétaire

Si votre voisin est locataire, le premier réflexe à avoir consiste à contacter le propriétaire pour lui faire part des nuisances sonores dont vous êtes la victime. Si un simple échange par téléphone ou par email ne suffit pas, vous pouvez lui envoyer un courrier en vous aidant de notre modèle de lettre sur un locataire bruyant.

Le bailleur pourra alors demander à son locataire de prendre les mesures nécessaires pour faire cesser les troubles. Si une clause du contrat de bail oblige le locataire à user paisiblement des lieux loués, le bailleur peut le menacer de rompre le contrat si l'occupant n'exécute pas son obligation.

Si un locataire est victime de naissances sonores de la part du voisinage, il peut également demander à son propre propriétaire de faire cesser ces troubles. Le propriétaire a en effet à sa charge une obligation de « jouissance paisible » pendant la durée du bail (article 1719 du Code civil).

Syndic ou mairie

Dans le même sens, si votre voisin et vous vivez au sein d'une même copropriété, vous pouvez contacter le syndic afin que ce dernier fasse respecter la partie du règlement de copropriété portant sur le bruit. Pour informer le syndic, il vous suffit de lui adresser une lettre de plainte pour tapage par courrier ou par email dans laquelle vous énoncez les faits et en quoi ceux-ci contreviennent à partie du règlement de copropriété applicable au bruit

Avant de porter plainte, il est également possible de s'adresser aux services de votre mairie afin de leur faire part des agissements de votre voisin. Vous pouvez ainsi solliciter l'intervention du maire (ou de l'un de ses représentants) dont l'une des obligations est d'assurer la tranquillité publique sur le territoire de sa commune. Votre demande doit être envoyée par courrier. Pour le rédiger, vous pouvez vous fonder sur un modèle de lettre de plainte au maire pour troubles.

Conciliation et médiation

Lorsque la situation s'enlise malgré l'intervention d'un tiers, sachez que vous avez encore la possibilité d'engager une procédure de médiation pour troubles de voisinage. Tout doit être tenté pour trouver une solution amiable avec votre voisin : avant toute action en justice devant les tribunaux, vous avez même intérêt à faire appel à un conciliateur de justice.

Appeler la police

Une solution moins conciliante consiste à appeler la police ou la gendarmerie afin que celle-ci fasse cesser les nuisances sonores. En cas de verbalisation par les forces de l'ordre, votre voisin s'expose à une amende forfaitaire de 68 euros.

Newsletter

L'agent lui remet alors en main propre la carte-lettre de l'amende forfaitaire. Cette amende est minorée à 45 euros si le contrevenant paie immédiatement ou dans les trois jours. Elle est majorée à 180 euros si le contrevenant n'a pas payé dans les 30 jours qui suivent l'envoi de la carte-lettre. Si les forces de l'ordre ne se déplacent pas malgré vos appels, vous avez toujours la possibilité de vous rendre au commissariat ou à la gendarmerie la plus proche afin d'y déposer une main courante.

Voisinage