La procureur a porte plainte a ma place [Résolu]

Signaler
-
Messages postés
2
Date d'inscription
samedi 19 septembre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
15 mars 2021
-
Bonjour,

En cas de violence conjugale liée a des troubles psy de mon conjoint, la procureure a t elle le droit de porter plainte en mon nom ? J'ai dit que je ne voulais pas porter plainte lors de ma deposition. J'ai tout de même reçu un dépôt de plainte soit disant de ma part, et sans explication. Suite a ce drame (crise de violence suicidaire avec couteau ayant dérapé sur moi, j'ai eu 3 jours d'ITT + fort taux d'alcoolémie) mon conjoint a été hospitalisé 1 mois et je vais déménager car j'ai conscience qu'il doit guérir avant qu'on puisse vivre notre relation sereinement. Nous avons fait ce qui nous semblait raisonnable le au vu du contexte. Il a 3 chefs d'inculpation et malgré ses nombreuses hospitalisations en psy, l'expert psychiatre semble penser qu'il n'a pas de trouble (en 15 min d'entretien...). S'il va en prison, il ne s'en remettra pas, il est déjà bien assez dépressif, ajoutez a cela mon départ de la maison (qu'il a acheté pour nous deux). Certes il y a eu de la violence psychologique et parfois physique, mais c'était des crises en totale contradiction avec ce qu'il est vraiment, un homme doux et sensible. Des traumas d'enfance en sont la cause. Il a un traitement. Je ne sais pas quoi faire pour l'aider. Nous n'avons pas plus d'info pour l'instant, il y aura sans doute un procès.

6 réponses

Messages postés
30250
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
2 janvier 2021
12 600
Bonjour,
Un homme doux et sensible ne prend pas de couteau !
Pour l'aider vous devez déjà sortir de ce déni et vous protéger.
Lui doit se soigner et vous devez ouvrier les yeux et l'encourager à suivre ses traitements.
Il n'ira pas en prison, il ira en hôpital psychiatrique d'abord et aura sans doute interdiction de vous approcher pendant quelques temps. Ce n'est que si il le fait quand même ou ne suit pas les soins qu'il ira en prison.
Messages postés
30250
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
2 janvier 2021
12 600 >
Messages postés
34797
Date d'inscription
samedi 22 mai 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
22 avril 2021

Il faut aider les femmes à ouvrir les yeux ... Merci à ce procureur !
>
Messages postés
34797
Date d'inscription
samedi 22 mai 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
22 avril 2021

Je pars car je ne supporte plus de le voir souffrir, empêtré dans ses tourments et ses peurs, et parce que je ne veux plus avoir peur de ses humeurs. Ceci dit, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même bateau, certains essayent de changer. Un crise suicidaire et des insultes ne valent pas un homicide ou un viol. Et dénoncer les actes d'un homme qu'on aime et qu'on sait victime de ses propres tourments est vraiment très dur, mais je l'ai fait. Les malades psy souffrent énormément de base, et doublement quand ils voient le mal qu'ils peuvent faire subir a ceux qu'ils aiment le plus. Je ne souhaite ça a personne. Mon avis est que leur place n'est pas en prison mais en hop psy (ce qui est déjà une sorte de prison mais avec des soins).

Bonjour,
Depuis mes derniers messages, mon conjoint a refait une crise très violence contre moi. J'ai appelé la police, dès que j'ai pu m’échapper. Il a réussi a se cacher le temps de se mutiler lui même, ce qui lui a permis de porter plainte contre moi. Je suis anéantie qu'il ait pu faire cela. Les gendarmes sont donc revenus pour me menotter aussi... Nous avons passé 2 nuits en garde à vue suite à cela, il y a eu la confrontation, les avocats, puis le tribunal le 3ème jour. En fin de compte j'ai dû quitter le domicile sous la surveillance des gendarmes, dès notre retour de cellule. Autant dire que ce fût la pire période de ma vie, la plus injuste, la plus humiliante. Beaucoup de fausses accusations contre moi (sans preuve). Les voisins ont témoigné car il ont entendu des cris, certains ont vu une partie de la scène. Tout le monde savait que j'étais violentée.

Sa plainte sera jointe à la "mienne" (celle que je n'ai jamais faite mais qui existe) lors du procès. Voilà, en somme : la plainte de la procureur contre sa plainte à lui, ayant pour but de lui éviter la prison et de retourner les accusations contre moi.

Je suis en sécurité à présent, bien que j'ai tout perdu, mais il va tout faire pour me nuire en utilisant la justice. Mon avocat ne s'implique pas du tout, pour lui c'est beaucoup d'agitation pour pas grand chose, j'ai presque l'impression d'être coupable à l'entendre. Il n'a rien préparé pour ma défense et le procès est dans quelques jours. La demande d'AJ n'a pas encore de réponse, ce qui explique cette absence d'implication j'imagine. J'ai de nombreuses preuves de violences, mais ça ne l'intéresse pas. En conclusion, j'ai un avocat uniquement parce qu'il y a plainte contre moi et que donc, j'y suis forcée ? Que dira-t-il au procès puisque nous n'avons rien échangé ? Pas de préparation, pas de défense alors qu'il y a une plainte abusive contre moi... Je suis perplexe devant tout cela, je dois dire que je n'y comprends rien. Surtout au niveau du comportement de mon avocat.
> Miss_Lana_Banana
Bonjour,
remerciez tout d'abord cette "procureur", car ce sera peut-être grâce à elle que vous vous en sortirez......cette plainte que vous ne vouliez pas faire contre votre conjoint, sera peut-être bénéfique pour vous....votre homme "sensible et doux" ne l'est plus, et vous venez de voir son vrai visage.....il faut, à un moment donné, ouvrir les yeux...
j'ai passé toute mon enfance avec un père extrêmement violent envers ma mère et nous (deux filles) et il y a 30 ans, il n'y avait pas toutes ces aides.....
j'espère que vous sortirez de votre histoire toxique et que vous avez, à ce jour, ouvert les yeux
clt
Messages postés
2
Date d'inscription
samedi 19 septembre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
15 mars 2021
1 > mamba
Je vous remercie pour votre réponse.
Aujourd'hui j'ai les yeux grands ouverts ! Je remercie la procureur.
En revanche je continue à penser qu'on manque d'info et de préparation pour se défendre juridiquement.

Je vois que le "sensible et doux" a marqué tout le monde ^^ Mais le fait qu'il aille jusque là pour me détruire.... Faut le voir pour le croire. J'espère que le juge ne tombera pas dans le piège. Si des scénaristes de films thrillers manquent d'idée, qu'il me contactent :-)
Messages postés
10901
Date d'inscription
dimanche 17 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
22 avril 2021
5 048
Oui, un procureur peut engager une procédure alors que la victime n'a pas déposée de plainte lorsqu'une affaire lui paraît suffisamment grave.
Quant aux conséquences, il appartiendra à la justice d'en décider.

Merci pour vos réponses rapides. Merci beaucoup. J'aurai aimé qu'on m'explique d'où sortait ce depot plainte au moment où je l'ai reçu, si je n'avais pas tiré les vers du nez je n'aurai jamais su. J'ai cru que j'avais eu un trou noir, pensant que j'avais du déposer plainte dans un moment d'absence, je ne savais plus. Je pense qu'on devrait nous informer. Un des policiers m'envoyaient des SMS pour savoir si j'étais encore avec mon conjoint, et il semble en avoir fait une affaire personnelle. Tout s'est passée de manière très floue, rien n'était clair, on ne m'a jamais fait lire ma déposition, est-ce normal ? Je suis tout de même une adulte, j'avais choisi de vivre avec cet homme que j'aime et j'avais informé tous mes proches de ses pb psy, ce qui était ma façon de me protéger. Mais j'avoue avoir été dans le déni quant a la gravité de ses crises. Il a tout tenté pour comprendre et gérer ses humeurs (psy, hospit, traitements qui changeaient tout le temps, les médecins n'étaient jamais d'accord entre eux). C'est très bien que le a justice agisse, ca sera bénéfique pour beaucoup de femmes en souffrances. Encore une fois, je ne regrette que le manque d'information pour les victimes.

Merci pour vos réponses et avis.
Messages postés
10901
Date d'inscription
dimanche 17 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
22 avril 2021
5 048
N'importe qui ayant eu connaissance de votre histoire a pu le signaler à la justice et une enquête rapide a été effectuée afin de savoir si une suite judiciaire devait intervenir. Vous connaissez la suite. Une enquête plus approfondie sera menée dans un 2ème temps avant d'aboutir ou non à un procès.

Vous évoquez vous-même le déni. C'est bien pour cela que la justice peut agir pour protéger une victime qui n'agit pas elle-même.

Pour ce qui est des autres points, comme votre déposition, je n'ai pas la réponse. Il serait utile de prendre contact avec un avocat pour vous aider dans la procédure qui va suivre.

J'y ai pensé. Mais je pensais que la police nous aurait informé si des témoins avaient pu en parler a la police. Mais après réflexion ça me paraît plus logique que nous ne soyons pas informés, personne ne souhaite très mêlé a une histoire pareille. J'en avais parle a ma psy et a mon médecin. Les voisins ont pu être témoins. Cela fait bcp de sources d'informations.
Merci pour votre reponse, merci beaucoup.
Messages postés
10901
Date d'inscription
dimanche 17 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
22 avril 2021
5 048
Un crise suicidaire et des insultes ne valent pas un homicide ou un viol
Et le couteau à dérapé. Et 3 jours d'ITT. Un moindre mal !
Cet homme peut être dangereux pour vous, mais aussi pour lui. C'est déjà grave !

Et dénoncer les actes d'un homme qu'on aime et qu'on sait victime de ses propres tourments est vraiment très dur, mais je l'ai fait

Et c'est très courageux de votre part. La suite est entre les mains de la justice.
Messages postés
2
Date d'inscription
samedi 19 septembre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
15 mars 2021
1
Bonjour,
Suite de l'affaire : mon compagnon a été convoqué au tribunal correctionnel dans 5 mois "violence conjugale volontaire avec 3 chefs d’inculpation (couteau, conjoint, alcool)", j'avais eu 3 jours d'ITT. En même temps, il a reçu un document stipulant que la procureur a détruit le scellé (couteau) : qu'est ce que cela veut dire ?

De plus, les gendarmes lui ont dit qu'ils connaissaient déjà la peine : il ne sera pas incarcéré, ce sera prison avec sursis et mise à l'épreuve. Il ont vu ça avec la procureur au téléphone. Mon compagnon bien évolué par peur d'aller en prison + prise de conscience etc. J'avais envie d'y croire, disons que je me suis tellement battu pour avoir ce bonheur... Et hier ça a de nouveau dérapé, il s'est énervé et a renversé mon canapé et d'autres objets, m'a poussée + flot d'insultes. Et il a fait semblant d'appeler la police en disant que je l'agressais et que je saccageais sa maison. Il m'a dit que j'allais le payer très cher. Il ne s'était pas énervé comme ça depuis longtemps.
Je dois lui expliquer que je dois partir, ma famille et mes amis lui ont tourné le dos, je n'imagine pas un avenir comme ça, mais j'ai peur que ça réveille la violence, surtout qu'il connait déjà sa peine et il a convaincu les gendarmes de sa bonne volonté, et c'est vrai qu'il peut être si parfait quand il le veut.
Son ex compagne veut venir témoigner pour lui au tribunal, bien qu'elle ait subit des violences pires que moi (elle l'aime encore et ils sont souvent en contact). Elle est une habituée des conjoints violents et elle l'a toujours couvert.

J'irai sans doute au procès, mais puisque son sort est scellé, je pense que je n'ai plus aucun impact sur cette affaire.

Mes questions sont :
- pourquoi la procureur a détruit le scellé avant le procès ?
- Quelle est la valeur de ma déposition au procès (puisque c'est là que je décris toutes les violences passées + celles du jour du drame ?)
- Est-il vraiment possible de connaitre une peine avant le procès ?
- Est-ce que le fait que je n'ai pas encore déménagé (malgré la demande de la procureure) aura un impact sur le procès ?

Je vous remercie par avance.



Utilisateur anonyme > Miss_Lana_Banana
Peut-êre que le scellé en question n'est plus nécessaire aux besoins de l'enquête...
> Utilisateur anonyme
Oui, ils ont dû récupérer l'ADN du sang dessus et ils gardent sûrement des photos du couteau, j'ai vu sur internet que la conservation des scellés coûtait cher et qu'il dématérialisaient au maximum.
Utilisateur anonyme > Miss_Lana_Banana
Bonjour,
La recherche d'un appartement, la recherche d'un nouveau travail, l'attente de la fin du confinement, les leçons de conduite automobile, les épreuves du permis de conduire, tout cela risque d'être assez long, alors que votre situation semble présenter un certain caractère d'urgence...
Cordialement.
> Utilisateur anonyme
D'autant que le confinement me coupe de mes amis et de ma famille. En attendant je prends du recul, je m'occupe de mes projets perso..... et je sers les dents d'ici que ça bouge.
Utilisateur anonyme > Miss_Lana_Banana
Si j'ai bien compris, vous ne souhaitez pas consulter un avocat, ni quitter votre conjoint et avez décidé d'attendre que les choses s'arrangent d'elles-mêmes.
Espérons que cela sera le cas...

J'entends ce que vous dites, c'est à moi d'agir et personne ne peut le faire pour moi.

Pour la justice, je ne ferai pas plus que ma déposition et témoigner honnêtement, ce qui est déjà dur à faire étant donné mes sentiments toujours présents. J'aurai dû porter plainte à la période des grosses violences - ceci dit à cette époque, quand j'appelais la police, ils n'en avaient rien à faire, mon conjoint était conduit à l’hôpital et ça s'arrêtait là (j'en venais à penser que c'était pas grave puisque la police ne faisait rien) - mais c'est loin derrière moi donc à quoi bon. J'en ai parlé dans ma déposition ceci dit.

Sur le plan personnel, j'ai profité du contexte juridique et j'ai annoncé le déménagement et donc la rupture.
J'ai un travail psychologique à faire aussi : durant toute cette relation je n'ai presque jamais pleuré, car anesthésiée, mais j'avais parfois des fous rires nerveux. Le réveil est brutal aujourd'hui.

Avant cette relation j'étais sans pitié pour les femmes qui restaient avec un conjoint violent, on peut dire que toute cette histoire m'a remise à ma place et m'a donné l'occasion de connaitre mes limites.
Messages postés
10901
Date d'inscription
dimanche 17 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
22 avril 2021
5 048
La prise de conscience est douloureuse. Il est normal de repousser consciemment ou non ce moment.
Je vous souhaite bon courage pour votre reconstruction.
>
Messages postés
10901
Date d'inscription
dimanche 17 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
22 avril 2021

Merci, tout encouragement est bénéfique.