La procureur a porte plainte a ma place

Signaler
-
Messages postés
9464
Date d'inscription
dimanche 17 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
12 octobre 2020
-
Bonjour,

En cas de violence conjugale liée a des troubles psy de mon conjoint, la procureure a t elle le droit de porter plainte en mon nom ? J'ai dit que je ne voulais pas porter plainte lors de ma deposition. J'ai tout de même reçu un dépôt de plainte soit disant de ma part, et sans explication. Suite a ce drame (crise de violence suicidaire avec couteau ayant dérapé sur moi, j'ai eu 3 jours d'ITT + fort taux d'alcoolémie) mon conjoint a été hospitalisé 1 mois et je vais déménager car j'ai conscience qu'il doit guérir avant qu'on puisse vivre notre relation sereinement. Nous avons fait ce qui nous semblait raisonnable le au vu du contexte. Il a 3 chefs d'inculpation et malgré ses nombreuses hospitalisations en psy, l'expert psychiatre semble penser qu'il n'a pas de trouble (en 15 min d'entretien...). S'il va en prison, il ne s'en remettra pas, il est déjà bien assez dépressif, ajoutez a cela mon départ de la maison (qu'il a acheté pour nous deux). Certes il y a eu de la violence psychologique et parfois physique, mais c'était des crises en totale contradiction avec ce qu'il est vraiment, un homme doux et sensible. Des traumas d'enfance en sont la cause. Il a un traitement. Je ne sais pas quoi faire pour l'aider. Nous n'avons pas plus d'info pour l'instant, il y aura sans doute un procès.

4 réponses

Messages postés
27582
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
13 octobre 2020
11 071
Bonjour,
Un homme doux et sensible ne prend pas de couteau !
Pour l'aider vous devez déjà sortir de ce déni et vous protéger.
Lui doit se soigner et vous devez ouvrier les yeux et l'encourager à suivre ses traitements.
Il n'ira pas en prison, il ira en hôpital psychiatrique d'abord et aura sans doute interdiction de vous approcher pendant quelques temps. Ce n'est que si il le fait quand même ou ne suit pas les soins qu'il ira en prison.
Messages postés
34167
Date d'inscription
samedi 22 mai 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
13 octobre 2020
7 002
Même style d'histoire avec la fille d'un collègue
Lui aussi doux et sensible et il venait d'être père
Il a tué avec un couteau sa femme sa fille et en plus a abusé d'elles 2 après leur mort
Jamais le père et la mère ne se remettront du décès de leur fille et petite fille
Messages postés
27582
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
13 octobre 2020
11 071 >
Messages postés
34167
Date d'inscription
samedi 22 mai 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
13 octobre 2020

Il faut aider les femmes à ouvrir les yeux ... Merci à ce procureur !
>
Messages postés
34167
Date d'inscription
samedi 22 mai 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
13 octobre 2020

Je pars car je ne supporte plus de le voir souffrir, empêtré dans ses tourments et ses peurs, et parce que je ne veux plus avoir peur de ses humeurs. Ceci dit, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même bateau, certains essayent de changer. Un crise suicidaire et des insultes ne valent pas un homicide ou un viol. Et dénoncer les actes d'un homme qu'on aime et qu'on sait victime de ses propres tourments est vraiment très dur, mais je l'ai fait. Les malades psy souffrent énormément de base, et doublement quand ils voient le mal qu'ils peuvent faire subir a ceux qu'ils aiment le plus. Je ne souhaite ça a personne. Mon avis est que leur place n'est pas en prison mais en hop psy (ce qui est déjà une sorte de prison mais avec des soins).
Messages postés
9464
Date d'inscription
dimanche 17 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
12 octobre 2020
4 047
Oui, un procureur peut engager une procédure alors que la victime n'a pas déposée de plainte lorsqu'une affaire lui paraît suffisamment grave.
Quant aux conséquences, il appartiendra à la justice d'en décider.

Merci pour vos réponses rapides. Merci beaucoup. J'aurai aimé qu'on m'explique d'où sortait ce depot plainte au moment où je l'ai reçu, si je n'avais pas tiré les vers du nez je n'aurai jamais su. J'ai cru que j'avais eu un trou noir, pensant que j'avais du déposer plainte dans un moment d'absence, je ne savais plus. Je pense qu'on devrait nous informer. Un des policiers m'envoyaient des SMS pour savoir si j'étais encore avec mon conjoint, et il semble en avoir fait une affaire personnelle. Tout s'est passée de manière très floue, rien n'était clair, on ne m'a jamais fait lire ma déposition, est-ce normal ? Je suis tout de même une adulte, j'avais choisi de vivre avec cet homme que j'aime et j'avais informé tous mes proches de ses pb psy, ce qui était ma façon de me protéger. Mais j'avoue avoir été dans le déni quant a la gravité de ses crises. Il a tout tenté pour comprendre et gérer ses humeurs (psy, hospit, traitements qui changeaient tout le temps, les médecins n'étaient jamais d'accord entre eux). C'est très bien que le a justice agisse, ca sera bénéfique pour beaucoup de femmes en souffrances. Encore une fois, je ne regrette que le manque d'information pour les victimes.

Merci pour vos réponses et avis.
Messages postés
9464
Date d'inscription
dimanche 17 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
12 octobre 2020
4 047
N'importe qui ayant eu connaissance de votre histoire a pu le signaler à la justice et une enquête rapide a été effectuée afin de savoir si une suite judiciaire devait intervenir. Vous connaissez la suite. Une enquête plus approfondie sera menée dans un 2ème temps avant d'aboutir ou non à un procès.

Vous évoquez vous-même le déni. C'est bien pour cela que la justice peut agir pour protéger une victime qui n'agit pas elle-même.

Pour ce qui est des autres points, comme votre déposition, je n'ai pas la réponse. Il serait utile de prendre contact avec un avocat pour vous aider dans la procédure qui va suivre.

J'y ai pensé. Mais je pensais que la police nous aurait informé si des témoins avaient pu en parler a la police. Mais après réflexion ça me paraît plus logique que nous ne soyons pas informés, personne ne souhaite très mêlé a une histoire pareille. J'en avais parle a ma psy et a mon médecin. Les voisins ont pu être témoins. Cela fait bcp de sources d'informations.
Merci pour votre reponse, merci beaucoup.
Messages postés
9464
Date d'inscription
dimanche 17 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
12 octobre 2020
4 047
Un crise suicidaire et des insultes ne valent pas un homicide ou un viol
Et le couteau à dérapé. Et 3 jours d'ITT. Un moindre mal !
Cet homme peut être dangereux pour vous, mais aussi pour lui. C'est déjà grave !

Et dénoncer les actes d'un homme qu'on aime et qu'on sait victime de ses propres tourments est vraiment très dur, mais je l'ai fait

Et c'est très courageux de votre part. La suite est entre les mains de la justice.
Dossier à la une