Menaces au travail - Mort aux rats

Messages postés
2
Date d'inscription
lundi 29 avril 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
2 mai 2019
- - Dernière réponse : Ambert09
Messages postés
2
Date d'inscription
lundi 29 avril 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
2 mai 2019
- 2 mai 2019 à 21:21
Bonjour,

Je suis fonctionnaire territoriale. Alors que j'avais oublié mes clés au travail, j'ai assisté en 2017 à une conversation de quatre de mes collègues et de mes supérieurs hiérarchiques.

Ils ont projeté de mettre prochainement de la mort aux rats dans ma nourriture, puis ont mis des restes de viande dans le café que moi seule consomme régulièrement, alors que je suis végétarienne.

J'ai rapporté cet incident au président de ma collectivité.

Les collègues impliqués ont reconnu les faits, et ont écopé d'un simple avertissement.

Ils m'ont alors isolées, limitant mes libertés, et m'infligeant une sanction (blâme) pour mon "air insolent".

J'ai fait une dépression, puis une tentative de suicide au travail.

J'ai été arrêtée 6 mois pour syndrome anxio dépressif post réactionnel.

Que puis-je faire ?

Merci d'avance de vos réponses.
Afficher la suite 

Votre réponse

1 réponse

Messages postés
2128
Date d'inscription
mardi 9 novembre 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
25 mai 2019
94
0
Merci
Bonjour,

Il faut faire un signalement de harcèlement moral auprès de la direction des ressources humaines en recommandé avec AR et du CHSCT.
Contactez les prud'hommes et l'inspection du travail. Ne vous laissez pas faire.

https://www.journaldunet.fr/management/guide-du-management/1200407-signaler-un-harcelement-moral/

Dans votre courrier, tenez vous en aux faits, et ne portez pas de jugement. Soyez le plus précis possible et n'hésitez pas à citer des témoins si vous pouvez.


Article L122-49
Créé par Loi n°2002-73 du 17 janvier 2002 - art. 169 JORF 18 janvier 2002
Abrogé par Ordonnance n°2007-329 du 12 mars 2007 - art. 12 (VD) JORF 13 mars 2007 en vigueur au plus tard le 1er mars 2008
Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel.

Aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l'objet d'une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, notamment en matière de rémunération, de formation, de reclassement, d'affectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation ou de renouvellement de contrat pour avoir subi, ou refusé de subir, les agissements définis à l'alinéa précédent ou pour avoir témoigné de tels agissements ou les avoir relatés.

Toute rupture du contrat de travail qui en résulterait, toute disposition ou tout acte contraire est nul de plein droit.



Cordialement
Ambert09
Messages postés
2
Date d'inscription
lundi 29 avril 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
2 mai 2019
-
Merci de votre réponse. Cependant, je travaille dans une collectivité territoriale et celle-ci ne dépend pas de l'inspection du travail, ni des prud'hommes.

J'ai déjà signalé depuis plusieurs mois au président de ma collectivité ce ce qui s'était passé. Les agents impliqués ont eu un simple avertissement.

Par la suite, ceux-ci m'ont rendu la vie impossible travail, restreignant mes libertés, me menaçant sans cesse de renvoi, et m'infligeant des sanctions injustifiées.

Tant et si bien qu'en juin 2018, j'ai fait une tentative de suicide sur mon lieu de travail.

J'ai déclarer un accident du travail, confirmé par la commission de réforme. Mais jusqu'à aujourd'hui, le président de la collectivité a refusé de se prononcer à ce propos, me laissant en congé maladie ordinaire avec un salaire réduit, et bloquant par la même mes demandes de réparation.
Commenter la réponse de Thordendall
Dossier à la une