Préavis de location et résiliation du bail

"Préavis de location et résiliation du bail"

Le locataire qui résilie son bail de location doit respecter un délai de préavis de trois mois. Mais ce préavis de départ est réduit à un mois dans beaucoup de cas. Les durées à connaitre.

Qu'est-ce qu'un préavis en cas de location ?

Le préavis est un délai de prévenance entre la date où le bailleur est informé du départ futur de son locataire et la date à laquelle le contrat de location est effectivement résilié. Pendant le délai de préavis, le locataire et le bailleur restent liés par le contrat de bail et les obligations respectives qui en découlent. Le locataire continue donc de payer son loyer et de jouir du logement loué.

En effet, un contrat de location ne peut pas être résilié du jour au lendemain par le locataire. Ce dernier doit respecter un délai entre le moment où le bailleur est averti de son départ et le moment où il n'a plus à payer de loyer. En pratique, ce délai s'appelle le préavis. Ce dernier vise notamment à permettre au bailleur de disposer d'un délai pour trouver un nouveau locataire et ainsi évité la vacance du logement entre deux locataires.

Quelle est la durée du préavis d'un locataire ?

En principe, le locataire peut quitter une maison ou un appartement à tout moment à condition de respecter un délai de préavis de trois mois. Mais cette durée peut être réduite en cas d'accord amiable du propriétaire pour réduire le préavis ou, plus couramment, lorsque le locataire se trouve dans l'un des cas permettant de réduire le préavis à un mois. La loi prévoit ainsi une liste de cas de préavis réduit dont la liste figure ci-dessous. 

Précision : ces règles ne s'appliquent qu'aux locations nues de logements à usage de résidence principale (soumises à la loi du 6 juillet 1989). Et non pas donc à la location de résidence secondaire, et encore moins au bail commercial.

Quels sont les cas de préavis réduit à 1 mois ?

La loi a considérablement élargi le nombre de cas de préavis réduit à un mois ces dernières années. Dès lors que les conditions du préavis réduit sont remplies, le bailleur ne peut pas s'opposer à la réduction du délai à 1 mois et ce quelles que soient les clauses prévues dans le contrat de bail. A l'inverse, lorsque le locataire n'entre pas dans une de ces catégories, il a toujours la possibilité de demander une réduction du délai de préavis au propriétaire. Ce dernier est alors libre d'accepter ou non cette demande. 

Précision : les conjoints mariés et les partenaires signataires d'un pacs sont légalement co-titulaires du bail. Il suffit donc que l'un d'eux réponde aux conditions ci-dessus pour que le préavis soit réduit à un mois.

Zone tendue

La loi Alur a instauré un préavis réduit à un mois en faveur des locataires dont le logement est situé dans une zone d'urbanisation continue de plus de 50 000 habitants où il existe un déséquilibre marqué entre l'offre et la demande de logements, dite « zone tendue ». La liste des villes en zone tendue est fixée par décret. Toutes les locations situées en zone tendue sont concernées quelle que soit la date de signature du contrat de location. En pratique, ces zones tendues concernent un très grand nombre d'agglomérations, et donc de logements. Pour autant, un nombre important de départements français ne comportent aucune zone tendue, notamment dans les zones rurales. Dans ce cas, le locataire devra justifier d'un événement particulier pour avoir droit au délai de préavis réduit à 1 mois.

Perte involontaire d'emploi

Dans les logements qui ne sont pas situés en zone tendue, le préavis est tout de même réduit à un mois quand le locataire perd son emploi indépendamment de sa volonté, c'est-à-dire quand il fait l'objet d'un licenciement. La jurisprudence considère que la signature d'une rupture conventionnelle par le salarié donne également droit à la réduction du délai de préavis (arrêt n°15-15175 de la Cour de Cassation (3e chambre civile) du 9 juin 2016).

Fin de droits chômage

En revanche, l'arrivée en fin de droits au chômage ne permet pas de bénéficier du délai de préavis d'un mois. Ce cas de réduction de préavis ne concerne pas non plus les départs en retraite, ni les démissions. Mais la Cour de cassation a autorisé le préavis réduit pour les non-renouvellements de CDD (arrêt de la 3e chambre civile du 8 décembre 1999, pourvoi n° 98-10206).

Ce droit au préavis réduit n'est pas accordé non plus aux non-salariés et travailleurs indépendants qui mettent un terme à leur activité professionnelle (arrêt 92-15816 rendu par la 3e chambre civile de la Cour de Cassation le 16 mars 1994).

Résilier en ligne

Mutation professionnelle

Le locataire peut bénéficier d'un préavis réduit à un mois en cas de mutation professionnelle. Aucune condition d'éloignement géographique n'est en principe exigée. De même, la mutation peut tout-à-fait avoir été sollicitée par le salarié lui-même. Le locataire peut donc bénéficier du droit à préavis réduit, y compris s'il est muté dans la même ville... (arrêt de la Cour de cassation du 22 octobre 2003). D'après la Cour de cassation, le préavis réduit est également admis pour les salariés qui changent de résidence principale pour suivre leur entreprise (3e chambre civile, arrêt n°02-20886 du 9 mars 2004).

Reprise d'emploi

Le locataire embauché dans une entreprise, après avoir perdu son précédent emploi, peut résilier le bail avec un préavis d'un mois. Le préavis d'un mois est également accordé quand le locataire entre dans la vie active et trouve un premier emploi.

RSA

Le bénéfice du préavis réduit à un mois est accordé aux locataires qui perçoivent le RSA au moment de leur départ. Mais ils doivent bénéficier officiellement de cette allocation : le seul fait de respecter les conditions de ressources du RSA ne suffit pas. Pour bénéficier du préavis réduit à 1 mois, la personne qui touche le RSA doit donc pouvoir présenter une attestation de la Caf prouvant qu'elle perçoit bien cette aide lorsqu'elle quitte la location.

Etat de santé

Les locataires dont l'état de santé exige un déménagement rapide peuvent également avoir droit au préavis réduit sous réserve de produire un certificat médical justifiant un changement de domicile. Attention : la réduction du délai de préavis de 3 mois à 1 mois ne s'applique pas en cas de simple fatigue physique ou psychique, et ce même si celle-ci a été constatée par un médecin. Depuis les lois Alur et Macron, il n'existe plus de condition d'âge minimale (auparavant fixée à 60 ans). Les titulaires de l'allocation aux adultes handicapés (AAH) bénéficient également du préavis réduit à un mois.

Attribution d'un HLM

Lorsque le locataire d'un logement du parc privé se voit attribuer un logement social, son préavis est également réduit à un mois. Il en est de même si le locataire d'un logement du parc social change de logement tout en restant dans le parc social si le nouveau logement appartient au même bailleur social.

En revanche, si le bailleur est différent, il existe un flou juridique sur la durée du préavis. La loi Alur prévoit que le délai est de 1 mois en cas de changement de logement dans le parc social (article 15 de la loi du 6 juillet 1989), sans autres précisions. Mais l'article L. 353-15 du Code de la construction et de l’habitation mentionne, lui, toujours que la durée du préavis est de 2 mois si les deux logements appartiennent à deux bailleurs différents. Cette disposition n'ayant pas été abrogée malgré la loi Alur, il existe actuellement un conflit d'interprétation sur cette question.

Autres événements

Pour les événements professionnels ou familiaux ne figurant pas dans la liste des cas de réduction du délai de préavis à 1 mois, le délai applicable est de 3 mois. Y compris certains événements importants, comme l'achat d'une résidence principale, une grossesse ou une naissance dans le foyer. Ces cas ne donnent pas droit au préavis réduit : le locataire est donc soumis au délai de préavis de 3 mois.

Comment donner son préavis de départ d'une location ?

Pour adresser son préavis, le locataire peut s'aider de notre modèle de lettre de congé pour une location. La lettre doit être envoyée en recommandé avec accusé de réception (AR) ou remise en main propre contre émargement ou récépissé. Si le locataire bénéficie du préavis réduit à un mois, il doit mentionner le motif de cette réduction de délai dans son courrier. Pour ce faire, il peut utiliser un modèle de préavis réduit à 1 mois.

Comment se calcule le délai de préavis ?

Le point de départ du délai de préavis court à compter de la date de réception du courrier par le propriétaire ou son représentant (une agence immobilière par exemple). Le locataire doit donc veiller à disposer d'une preuve de la bonne réception de son courrier par le bailleur afin de pouvoir la présenter en cas de litige. Le délai de préavis se calcule en jours calendaires de mois en mois : tous les jours du calendrier sont donc pris en compte. Exemple : en cas de préavis de 3 mois déposé le 5 juin, le bail sera résilié le  5 septembre. A noter que le bailleur et le locataire peuvent s'accorder pour réduire le délai de préavis dès lors que le bailleur trouve un nouveau locataire avant la date d'expiration du délai de préavis et que le locataire est d'accord pour quitter son logement plus tôt, ce qui lui permet de réduire le nombre de jours de loyer à payer.

Location Nue