Séparation, je ne veux pas vendre à mon ex [Résolu]

Signaler
-
djivi38
Messages postés
31548
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
27 janvier 2020
-
Bonjour,

Ma conjointe et moi allons nous séparer après 11 ans de vie commune, enfin, en fait c'est elle qui se sépare de moi. Je suis anéanti mais nous souhaitons tous les deux faire les choses bien, nous restons en bons termes, et optons pour la garde alternée des enfants.
Nous ne sommes ni mariés, ni pacsés, avons deux enfants de 2 ans et 7 ans.
Nous sommes propriétaires à 50% chacun, d'une magnifique maison que nous avions rêvée et dont j'ai fait les plans et énormément de travaux.
A ce jour, mon salaire ne me permet pas de racheter la maison, celle-ci vaut 300K€, il nous reste 148K€ de prêt à rembourser.
Il en est de même pour mon ex, qui ne gagne pas plus que moi aujourd'hui, car elle vient de commencer, mais cela va rapidement changer, et elle gagnera près de 3000€/mois d'ici quelques mois.

Au début, elle parlait de vendre la maison puisque aucun de nous deux ne pourrait la garder. Cela me fait terriblement mal et j'ai toujours dit que je voulais la garder, mais face à la réalité financière, que bien entendu j'accepte, je suis d'accord pour vendre.
Le problème, mon problème devrais-je dire, c'est que aujourd'hui elle évoque la possibilité de garder la maison et se renseigne afin de voir si cela lui serait possible.
Alors, je vous le dis de suite, c'est mon cœur qui parle le plus face à mon esprit, si c'est pour me juger et me condamner passez votre chemin svp. Voilà, JE NE VEUX PAS QU'ELLE GARDE NOTRE MAISON ET QU'ELLE Y VIVE !!! Son annonce m'a anéanti, je perds mon âme sœur, l'amour de ma vie, ma vie de famille, la vie de famille de mes enfants brisée, je perds ma maison.... Et il me serait insupportable qu'elle continue de vivre dans cette maison. Elle a décidé de partir, c'est sa décision, qu'elle parte. Si j'avais les moyens j'aurais également dit que je voulais garder la maison. Je sais, c'est pas équitable, je ne le cache pas, mais pour moi, elle a décidé de partir donc je garde la maison si je peux sinon on la vend. Si c'est elle qui garde la maison, je vais avoir l'impression qu'elle me quitte et me met dehors en plus.

Ma question est donc très simple. Je suis d'accord pour vendre la maison, ai-je le droit de refuser que mon ex l'achète ?
D'avance merci

2 réponses

Messages postés
19608
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
26 janvier 2020
7 224
Bonjour,
Pensez à vos enfants qui pourront profiter de cette maison si leur mère en devient propriétaire...
Il profiteront d'une autre, cela ne change rien.
Et ce n'est pas le sujet.
Merci
anemonedemer
Messages postés
19608
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
26 janvier 2020
7 224
parce que cette maison que vous aimez tant et où ils habitent ne signifie rien pour eux ??? tant pis.
djivi38
Messages postés
31548
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
27 janvier 2020
7 023 > anemonedemer
Messages postés
19608
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
26 janvier 2020

pour la peine... du coup, je te mets +1... et j'espère que cet internaute râleur, hautain et glacial a bien lu le post 9 !!
Exactement tant pis.
Gardez vos leçons, elles n'ont aucun échos aujourd'hui.
Messages postés
11059
Date d'inscription
lundi 9 mai 2016
Statut
Contributeur
Dernière intervention
25 janvier 2020
2 557
Bonjour,

Non, vous ne pouvez pas vous y opposer...

Cdt
Merci pour votre réponse.
Et dans les faits? Si je ne signe pas l'acte de vente? Mais que j'accepte de le signer pour une autre personne?
gt.55
Messages postés
11059
Date d'inscription
lundi 9 mai 2016
Statut
Contributeur
Dernière intervention
25 janvier 2020
2 557 > natwork
Il faudrait que cette autre personne rachète le bien à un prix supérieur à celui proposé par votre femme...
Très bien.
Merci beaucoup à vous
L'indivisaire dispose d'un droit de préemption (815-14 cc); tant pis pour votre mal au coeur.
Dossier à la une