Porter plainte ou main courante pour viol sans preuves [Résolu]

- 4 août 2016 à 10:33 - Dernière réponse :
Messages postés
17260
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
15 novembre 2018
- 5 août 2016 à 09:12
Bonjour,
J'ai 17 ans et j'ai été victime de viol, non pas au sens commun mais au sens juridique du terme (la précision est importante à mes yeux, j ai toujours tendance à tout minimiser...). Malheureusement, je n'ai pas la moindre preuve. Pas de traces biologiques ni violences... La peur et la honte m'ont empêchée de m'opposer clairement à cet ancien ami. Enfin, il y a eu une fois où j'ai clairement dit non, et il n'en n'a rien eu à faire. J'ai dû prétexter un rendez vous à l'hôpital pour réussir à m'enfuir. Ce jour-là, j'étais égalemment alcoolisée, il m'a fait boire, enfin, de mon plein gré, sauf que si j'ai bu, c'était parce que jenme sentais mal. J'ai parlé plus haut de rendez vous à l'hôpital. J'ai un suivi psychiatrique et psychologique depuis novembre pour dépression qui s'est avérée être causée par un trouble de la personnalité, j'ai été diagnostiquée en janvier comme ayant des traits borderline, étant trop jeune pour nommer ça trouble de la personnalité. Ce dernier peut être causé par un abus sexuel justement, problème qui m'est arrivé avec la même personne en seconde. Pourquoi suis-je retournée le voir, alors ? À cause des comportements à risques causés par ma maladie. Il était entièrement conscient de ma solitude, de mes problèmes, du fait qu'à part lui, je ne parlais à presque personne. Il y a donc égalemment eu abus de faiblesse, enfin, selon moi tout du moins. Le problème, c'est qu'il n'y a aucune preuve, et la lecture de sms montrerait que j'étais consentante, alors que je suis juste incapable de me défendre et de m'imposer. Je n'osais pas le contredire quand par sms il m'a demandé si j'avais apprécié. Bien sûr que non. Évidemment, je me suis plusieurs fois dit que j'étais consentante vu que je n'ai rien fait contre ou presque. Un ami m'a dit que c'était à cause de l'utilisation de la suggestion. J'ai été voir la police hier, et le policier m'a bien fait comprendre qu'en l'absence de preuve, se lancer dans un procès serait très difficile, mais je ne veux pas que ce violeur reste libre, prêt à recommencer, sans que je sois sûre qu'il se soit rendu compte du mal qu'il m'a fait... Je connais au moins deux personnes qui pourraient donner de la crédibilité à mon témoignage en disant que c'est un pervers, mais ces deux personnes ne veulent plus me parler, je doute donc fortement qu'elles acceptent d'être mêlées à ça...
Que dois-je faire ? Abandonner l'idée de porter plainte et se contenter d'une main courante...?
Afficher la suite 

Votre réponse

7 réponses

Meilleure réponse
Messages postés
17260
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
15 novembre 2018
- 4 août 2016 à 11:53
1
Merci
Comme vous le dites... tous les éléments vont en faveur d'une relation consentante.
Le fait que ce soit un pervers ne prouve pas grand chose...

Je vais être horrible, et prendre sa défense... ne serait-ce que pour vous préparer à ce qui se passera si vous continuer dans cette lancée..

D'après ce que je lis, on est à la limite de la fille qui dit oui alors qu'elle pense non.
Comment le mec peut réaliser que c'est un viol ? comment il peut réaliser que réellement vous ne voulez pas alors que vous dites oui quand il demande une relation, que vous dites avoir apprécié...
"sans que je sois sûre qu'il se soit rendu compte du mal qu'il m'a fait "
Bah oui, si il pensait que vous étiez consentante, que vous avez apprécié, il n'a aucune idée de vous avoir fait du mal.
En fait, il pense peut-être même vous faire du bien, en vous faisant penser à autre chose.

Pour moi, vous ne trouverez pas d'aide auprès de la justice.
Commencez par chercher de l'aide psychologique, pour apprendre à vous accepter, et à vous imposer.

Ce qui vous permettra de le confronter, de lui expliquer à quel point ses actions vous ont fait souffrir.

Et rappelez vous... si pour les femmes "Non, ça veut dire non", pour les hommes "Oui, ça veut dire oui" (déja que peut-être et un jour, ça veut dire jamais, alors si en plus oui ne veut plus dire oui... on ne s'en sortira pas...)

Merci dna.factory 1

Avec quelques mots c'est encore mieux Ajouter un commentaire

droit-finances a aidé 14051 internautes ce mois-ci

Commenter la réponse de dna.factory
Meilleure réponse
Messages postés
8532
Date d'inscription
vendredi 12 avril 2013
Dernière intervention
15 novembre 2018
- 4 août 2016 à 13:34
1
Merci
Bonjour

Je tiens toutvd'abord à vous préciser que je suis une femme et même que j'ai été violée plus jeune.

Si on suit votre récit, vous avez eu une relation avec cet homme et vous vous étiez séparés. Puis vous êtes revenue vers lui. Vous l'avez vu plusieurs fois de votre plein gré, vous avez couché avec lui et lui avec confirmé avoir apprécié. La seule fois où vous avez dit non vous êtes ensuite partie sans coucher avec lui.

Excusez moi mais je ne vois pas de viol là dedans. Je vois une relation de couple malsaine.

C'est vous qui êtes revenue vers lui, vous y êtes allée plusieurs fois, vous n'avez pas dit non et avez écrit avoir apprécié. Comment voulez-vous que cet homme soit considéré comme violeur ?

Tout au mieux, s'il est parfaitement au courant de votre situation de santé, ce pourrait être de l'abus de faiblesse. Encore que si c'est vous qui êtes revenue vers lui ça va être compliqué là aussi.

Parlez de cette relation avec vos soignants, concentrez vous sur vos soins et cessez tout contact avec cet homme après lui avoir expliqué, même si lui revient vers vous ne lui répondez pas pour ne pas retomber dans ses bras.

Merci Ysabe_l 1

Avec quelques mots c'est encore mieux Ajouter un commentaire

droit-finances a aidé 14051 internautes ce mois-ci

Commenter la réponse de Ysabe_l
0
Merci
Je n'ai JAMAIS été en couple avec ce c*nn*rd. Je n'ai JAMAIS apprécié. Si je l'ai revu, c'est à cause des comportements à risque provoqués par ma maladie. JAMAIS je n'ai dit oui.
Messages postés
17260
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
15 novembre 2018
- 5 août 2016 à 09:08
Soyons franc...
Vous ne trouverez pas la réponse que vous souhaitée ici, et il n'y a pas de manière douce pour vous expliquez pourquoi...

Le problème principal, que ce soit pour porter plainte, ou pour obtenir de l'aide, est que votre histoire n'est pas claire.
Vous n'arrivez pas à nous faire comprendre ce qui vous est arrivé exactement, on est donc obligé de tirer nos propres conclusion, et de donner les conseils correspondant.
Si nos conclusions sont erronées, nos conseils aussi.
Et pareil si vous portez plainte, pareil devant un juge...

Et en fait, je pense que le problème, c'est même pour vous ce qui s'est passé n'est pas clair.
C'est pour ça que je répète le conseil que Ysabe_l et moi vous avons donné.
Cherchez de l'aide psychologique pour comprendre et accepter ce qui est arrivée.
A partir de là, vous serez capable de l'expliquer aux autres, et d'accepter leurs arguments.

Pour la question du 'viol', votre situation est très compliqué.
Vous dites ne pas avoir accepté, mais vous parlez d'une seule fois ou vous avez dit non.
Et votre message semble laisse comprendre que même si il était insistant malgré votre refus, il n'y a pas eu de relation (si ça ne s'est pas passé comme ça, alors il faut changer votre formulation).
Mon ex m'a dit non plusieurs fois (alors qu'on était en couple, qu'on vivait dans le même appart et dormait dans le même lit), ça ne l'a pas empêchée de me sauter dessus le lendemain...
Donc soit c'est la seule tentative, et y'a eu aucun viol. Soit y'a eu d'autre fois, ou vous n'avez pas dit non.
Le 'ni oui, ni non' en terme de relation sexuelle, c'est compliqué.
Une fille (consciente) qui me fille pas une gifle parce que je la tripote sans lui demander explicitement l'autorisation, je considère qu'elle est d'accord (accessoirement parce que si je lui demande explicitement l'autorisation, elle risque de se foutre de ma gueule).
Certaines femmes (et surtout les féministes) ne seront peut-être pas d'accord, mais je pense que beaucoup sont de mon avis.
Le même genre de comportement si la femme est alcoolisé... ça devient compliqué... surtout si 'on l'a fait boire de son plein gré...' je veux pas tomber dans le machisme primaire en disant qu'une femme qui boit jusqu'à en perdre la raison en présence de mec mérite ce qui lui arrive, mais dans les faits, il faut bien se douter de ce qu'il va se passer.
Je ne dis pas que c'est normal ou correct, juste que c'est 'habituel'.
Et accessoirement 'faire boire de son plein gré', ça ne veut rien dire. Si vous n'êtes pas capable de ne pas boire un verre qui est mis devant vous... alors n'allez pas boire en compagnie de mecs...
(et accessoirement n'allez jamais dans un resto chicos ou le serveur rempli votre verre à la seconde où vous le vider).

Il reste enfin la question de la fragilité. et des 'mensonges' qui ont surement du être énoncé pour arriver à la relation sexuelle...
Malheureusement, même si y'a moyen de faire quelque chose à ce niveau là laissez tomber pour le moment
Vous le dite vous même, vous n'êtes pas capable de vous opposer à lui, même par texto...
Comment voulez vous vous lancer dans des démarches stressantes et vous mettant en opposition avec lui, devant les autres...
Commenter la réponse de Kuro
Messages postés
17260
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
15 novembre 2018
- 5 août 2016 à 09:12
0
Merci
mais je ne veux pas que ce violeur reste [...] prêt à recommencer, sans que je sois sûre qu'il se soit rendu compte du mal qu'il m'a fait

Bah tant qu'il ne se rends pas compte qu'il vous a fait du mal, c'est sur qu'il va recommencer...
Commencez donc par lui dire ce qu'il en est avant de vouloir invoquer la justice
Commenter la réponse de dna.factory
-1
Merci
C'est toujours les coupables qui s'en soretent de toutes façons...
Messages postés
2095
Date d'inscription
mercredi 11 février 2009
Dernière intervention
14 novembre 2018
- 4 août 2016 à 14:26
Ca, c'est parce qu'ils sont souvent plus informés sur la manière de s'en sortir que leurs victimes
Commenter la réponse de Kuro
Dossier à la une