Ma banque refuse d'honorer une offre de prêt signée

Signaler
Messages postés
2
Date d'inscription
dimanche 6 octobre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
7 octobre 2013
-
 Germain -
Bonjour,

Le 19/09/2013 je valide une offre de prêt avec ma conseillère pour un montant de 28000 euros. Ce crédit comprends le remboursement de mon crédit en cours chez eux plus des fonds pour moi palier à un double loyer. Ce crédit est au taux de 5.5 %.

Le 05/10/2013 je contacte ma conseillère pour avoir la date du déblocage des fonds. Ma conseillère m'annonce qu'il faut refaire l'offre de prêt car elle ne peut m'accorder le taux de 5.5% car le crédit que je rembourse actuellement est à 8.5% et que donc mon nouveau crédit ne peux être inférieur à 8.5%.

Je voudrais savoir si ils ont le droit d'annuler mon offre de prêt ?

Merci de votre réponse

2 réponses

Non, une offre de prêt peut être refusée par l'emprunteur mais ne peut pas être annulée par la banque. Mais attention, cette offre n'est valable que 30 jours (si ma mémoire est bonne). Vous pouvez (et devez) exiger le déblocage du prêt, ce qu'on vous raconte sur les taux de l'ancien prêt et du nouveau n'est que de la "carabistouille".
Attention toutefois de ne pas confondre "offre de prêt" et "demande de prêt".
Messages postés
2
Date d'inscription
dimanche 6 octobre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
7 octobre 2013

Merci pour votre réponse.
C'est bien une offre de prêt, ma conseillère m'avait même donné une date approximative pour le déblocage. Nous avons signé le même jour et bizarrement plus de nouvelle. Nous avons en autres possession l'offre de contrat de crédit (exemplaire emprunteur et co-emprunteur)
Comment puis je l'obliger à débloquer les fonds ?
Pour un prêt conso, les fonds sont normalement virés au compte 14 jours calendaires après la date de l'émission de l'offre. Donc les fonds devraient déjà être en compte (par rapport au 19/9). Allez à la banque et mettez-leur l'offre de prêt sous le nez. Menacez les de voir une association de consommateurs (UFC) et faites-le si vous n'obtenez pas gain de cause.
Dossier à la une