Ma voisine me hait parce que je suis étudiante !!

Signaler
-
Messages postés
120106
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
17 octobre 2021
-
Bonjour à toutes et à tous,

Je suis étudiante et j’habite dans un immeuble à une minute et demi de mon université en collocation avec mon frère, lui aussi étudiant. Nous faisons face à un soucis avec notre voisine du dessous. Il se trouve que l’immeuble dans lequel nous habitons est (comme beaucoup) assez mal isolé. Ayant déjà vécu dans une situation où les voisins m’ont empêché de dormir pendant des mois, j’ai tout de suite tenu à faire très attention au bruit. Marcher en chaussette, à petits pas, bien respecter les horaires pour les choses qui font du bruit comme la machine à laver, l’aspirateur, la vaisselle ect. Nous n’avons pas de télé, n’écoutons pas de musique sans écouteurs. Je marche sur la pointe des pieds par défaut car mes tendons sont trop court et je surveille le bruit de mon frère moi même car j’aime ma tranquillité. On pourrait facilement dire que j’ai un train de vie de « mamie » haha.
Un soir à 19h35 nous venions de nous mettre à table quand la voisine est venue sonner. Elle entre directement dans le vice du sujet sans préambule et nous explique qu’elle est très en colère contre nous mais qu’elle va essayer de rester respectueuse (spoiler : elle ne l’a pas été.). Selon elle nous « bougeons nos meubles toute la journée » depuis 4 mois, trainons nos chaise, rions trop fort. Cette timeline me paraît étrange car nous étions dans l’appartement uniquement depuis 3 mois (hors le déménagement qui avait-il été fait effectivement il y a 4 mois) et nous avions passés un bout de ces 3 mois en confinement chez nos parents donc pas dans l’appartement. De plus depuis le déménagement aucun meuble n’a été bougé, à part le canapé dépliant que l’on a déplié et replié (comme en indique le nom) et le séchoir à linge que l’on a déplié et replié également. Quant aux rires, nous avons rarement des éclats de rire incontrôlables et bruyants, surtout pas après des heures correctes. L’ambiance est plutôt chacun dans sa chambre.
Je me suis excusé platement et ai promis de mettre des patins sous les chaises et les meubles que nous déplaçons. Je lui ai également demandé pourquoi ne rien avoir dit pendant tout ce temps si elle était si en colère. Elle a commencé alors à me dire que elle essayait de faire volontairement du bruit dans son appartement pour que l’on s’en rende compte nous mêmes (nous n’avons rien entendu). Mais que en voyant l’inefficacité de la methode son compagnon lui avait conseillé de venir nous prévenir au cas où nous ne savions pas que nous faisions du bruit (Merci monsieur le compagnon d’avoir eu cette présence d’esprit un peu tardive). Puis elle m’a dis que lorsqu’elle avait apprit que nous étions étudiants elle était déjà en colère, et était déjà allé se plaindre en prévention au délégué du syndicat des résidents (qui habite en face de nous !! Et qui est un homme charmant.). Elle m’a dit qu’elle pensait que comme nous étions étudiants nous traînions nos chaises et laissions sonner le micro onde exprès pour l’embêter et qu’elle ne voulait pas nous faire le plaisir de venir nous voir pour que l’on s’explique (c’est un tel plaisir !). Je lui ai expliqué que non, nous n’avons aucune intention de lui nuire et que outre notre activité d’étudiants nous sommes également humains. Elle n’a rien voulu entendre et nous a vanté son accomplissement de s’être battue pour faire expulser les précédents locataires et avoir réussi. J’avais discuté avec le fameux délégué du syndicat des résidents qui m’avait effectivement parlé d’étudiants bruyants dans notre appartement qui ont quitté la résidence après avoir obtenu le diplôme (l’histoire n’a pas l’air de concorder). Mon assiette refroidissait donc j’ai coupé court à cette discussion en m’excusant toujours plus du dérangement causé.
Nous avons mis de la feutrine sous TOUS les meubles. Si c’est par terre c’est feutriné. Nous avons aussi redoublé d’efforts et de tapis pour eviter le moindre bruit. Nous rentrons en plus de ça assez souvent le week-end et le vacances chez nos parents. Ces vacances d’été mon frère est partit en stage et je suis allé travailler en bord de mer. En rentrant 2 mois après, j’ai fais route de nuit et suis arrivée à 23h15 à l’appartement, j’ai déchargé seule la voiture de mes deux grosses valises et quelques sacs avant d’en ouvrir une pour piocher des affaires essentielles. À 23h45 alors en pyjama, démaquillée, épuisée et prête à dormir jusqu’à la nuit des temps, la sonnerie retentit et rebelote c’est la voisine qui m’accuse de tapage nocturne et de faire une fête. J’étais pourtant seule, en pyjama et l’appartement dans le noir complet. Je m’excuse car j’ai sûrement parlé un peu fort en appelant ma maman puis mon copain pour dire que j’étais à bon port.

Nous voilà à la situation actuelle. Pardon pour le petit roman de piètre qualité, merci à ceux qui ont eu la patience de lire en entier ! Le problème : Je me sens épiée par ma voisine car le moindre bruit provoque sa venue (toujours très agréable et respectueuse évidemment) à notre porte ou pire sa non venue et un allé direct chez le délégué du syndicat des résidents. Et je sais que si elle en a l’occasion, elle ira faire pression pour que l’on soit «encouragé à partir ». Je deviens parano du moindre bruit que je fais et ai l’impression de ne plus vivre, d’étouffer ! Je n’ose même plus inviter mon amie ou mon copain à manger. Je me doute qu’elle a eu des expériences malheureuses avec des étudiants qui provoquent sa méfiance, mais je m’efforce de faire au mieux pour tout le monde. Dois je avoir peur pour ma sécurité de logement ? Où se trouve la limite entre vivre et nuire selon vous ? Est ce que j’ai manqué quelque chose qui pourrait apaiser la situation ?

Merci de m’avoir lue et passez une bonne journée/soirée.

3 réponses

Bonjour,
J'ai eu le même genre de voisine il y a de cela des années et je sais à quel point ça gâche une vie.
Elle se plaignait même que je tire ma chasse d'eau, bla bla bla.

Bref pour qu'elle me lâche et que ma proprio comprenne ce qui se passait rellement, j'ai dû user d'un petit stratagème.

Je suis parti 3 semaines chez mes parents et j'ai laissé ma voiture dans la cour de l'immeuble. J'ai laissé une toute petit lampe allumé dans ma chambre. Rien de plus.

Lors de mon retour, j'avais dans la boîte aux lettres, plein de petits mots désagréables en quoi j'avais trop fait de bruit ce lundi, qu'elle en a marre de mes invités le mardi, que j arrête de faire l aspirateur à 8h du matin, etc etc etc sauf que je n'étais pas là !!!
Je suis allé la voir avec ces petits mots et je lui ai demandé des explications( avec ma valise à la main) je lui ai informé que que j'étais absente pendant 3 semaines et que donc ce n'était pas possible. Elle a eu quand même le culot de me demander si j'avais pas donné mes clés à quelqu'un, chose à laquelle j'ai répondu qu'elle devait cesser de m'importuner.

Le lendemain, j'ai contacté ma proprio. Je lui ai remis les mots et lui ai informé de mes vacances. La proprio était choqué de tous ses mensonges....

Cette voisine a cessé de m'ennuyer mais a continué avec un autre voisin.

Voilà désolé pour le pavé et je te souhaite bon courage....
Messages postés
3837
Date d'inscription
jeudi 18 février 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
17 octobre 2021
5 997
bonjour
je rajoute: cessez de vous excuser pour des choses/bruits que vous n'avez pas fait...cela la conforte dans son délire
dites lui quelle fasse constater le bruit par huissier de justice sinon quelle cesse de vous harceler
soyez ferme... puisque la douceur ne marche pas
Messages postés
120106
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
17 octobre 2021
1 422
Exactement et vous avez dit :
" Elle entre directement dans le vice du sujet "
Lapsus tout à fait révélateur ...;D