Perte d'autonomie de mes parents. Que faire ?

Signaler
-
madmyke
Messages postés
44326
Date d'inscription
lundi 21 janvier 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
16 février 2020
-
Bonsoir,

Contexte :
- Mon père est un bon père qui aime ses enfants et sa femme. Il aide ma mère depuis toujours fasse à sa maladie (elle a la SEP). Cependant il est alcoolique et en mauvaise santé (tumeur cérébrale + foie).
- Ma mère est dans un lit médicalisé. Elle est devenu une enfant (je n'arrive pas à avoir une conversation sérieuse avec elle). Elle reste devant les jeux télévisés et à travers les émissions j'ai l'impression qu'elle vit. Elle rigole et chante quand elle n'est pas devant la télé. C'est la plus forte entre mon père et elle.
Elle est encadré par un dispositif d'aide : infirmiers + aidants.
- Nous sommes deux enfants et un demi-frère. Ma soeur habite à 30min de chez mes parents. J'habite à 2h30. Et mon demi-frère à 2/3h. Nous parlons de cette situation constamment mais nous ne savons pas quoi faire.
- Nos soutiens : ma tante et ma cousine (du côté de ma mère).

Situation actuelle :
- Mon père est devenu un tyran vis à vis des personnes qui aident ma mère. Il voudrait tout faire mais ne peut plus.
- Il est malade en partie par sa faute car alcoolique depuis des années (même avant la perte totale d'autonomie de ma mère) et à cause d'une tumeur. Il ne veut pas se soigner.
Il raconte de plus en plus n'importe quoi et se mélange les pinceaux auprès de notre entourage familial. Heureusement nous les avions prévenu de la situation.
- Le médecin de mon père a été informé de son alcoolisme par mes soins car je voulais le placer sous tutelle mais en me renseignant je me suis rendu compte que c'était bien plus compliqué que ça et que cela pourrait totalement détruire l'environnement de mes parents. Ma mère a toujours voulu vivre la fin de sa vie avec mon père dans une maison plein pied et avec lui. Jusque-là nous nous efforçons de laisser ce rêve arriver mais j'ai l'impression que rien ne va plus.
Mon père parle sans arrêt de la mort et de sa fin. Il déprime ma mère même si elle est forte, je le sais. Il se plaît de douleurs qui sont liés à sa maladie et son alcoolémie. Le médecin lui a annoncé 5 à 10 ans à vivre s'il n'arrête pas l'alcool ou la charcuterie (bien sur du coup, le fautif le saucisson !). Bref, je me dis que si ce n'est pas l'alcool ça sera la tumeur.. c'est la maladie sur laquelle on est totalement dans le flou ! On ne sait pas où ça en est mais on constate tout ça :
> perte d'autonomie grandissante de papa ;
> consommation d'alcool toujours aussi importante ;
> déprime sur sa vie et ne supporte plus son état actuel ;
> tyran envers les aidants et les différents organismes d'aides ;
> difficulté à regarder un film même en état "normal" et n'arrive plus à jouer à ses jeux en ligne ou à faire des jeux de mémoires type les mots croisés etc. ;
> de plus en plus de mal à s'exprimer de manière cohérente quand il a bu ;

A mon avis, l'alcool est un accélérant de sa mauvaise santé lié à sa tumeur.

J'aimerais pouvoir proposer un plan d'aide à mes proches mais je ne sais pas quoi faire. Auriez-vous des conseils ?

Mon père est contre une aide. Ma mère soutiendrait à priori mon père (je ne lui ai jamais demandé) mais si c'est le cas. Existe t'il un recours ? Ou devons-nous attendre le déclin de nos parents sans rien pouvoir faire ?

1 réponse

Messages postés
44326
Date d'inscription
lundi 21 janvier 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
16 février 2020
83
Bonjour,

Merci de ne pas poster sous "anonyme" mais sou un pseudo différent. Anonyme est automatiquement effacé.

Concernant votre post, il n'est pas tellement juridique mais humain.
Il n'est pas possible d'aider quelqu'un qui rejette toute les aides, qu'importe les raisons, pour votre papa.
Concernant votre maman je pense que les prises en charge possible sont déjà là.

Concernant les enfants la distance est une difficulté très sérieuse (j'ai connu plus ou moins ça mais heureusement mon père était un "ange").

Je comprend le désarroi, mais le gros soucis étant votre père, à moins de déménager pour s'en rapprocher et sans doute "pour rien" vu son état d'esprit, je crains oui qu'il faille plus ou moins accepter cette situation jusqu'à la fin en faisant le maximum de ce qui est humainement supportable.

Bav.
Dossier à la une