Que devient la part d'un indivisaire [Résolu]

Messages postés
3
Date d'inscription
mardi 16 avril 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
16 avril 2019
- - Dernière réponse : christian06_1947
Messages postés
3
Date d'inscription
mardi 16 avril 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
16 avril 2019
- 16 avril 2019 à 11:51
Bonjour,

Mon épouse possède en nue-propriété des biens à la suite du décès de sa mère avec ses deux frères.

Son père est toujours vivant et possède l’usufruit du patrimoine.

Un de ces frères vient de décéder sans femme sans enfants, sans testament mais avec des dettes.

Nous allons accepter le succession sous réserve d'actif.

Pour régler ces dettes à l'issue de la procédure, je pense que le notaire demandera au père qui a l'usufruit du patrimoine à la suite du décès de son épouse de payer ces dettes avec la part en nue-propriété qui appartenait au décédé à hauteur de 1/6 ème.

Suis-je dans le vrai ?

Merci.
Afficher la suite 

Votre réponse

2 réponses

Messages postés
3913
Date d'inscription
vendredi 2 mars 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
18 avril 2019
1158
0
Merci
Bonjour
Ces dettes seront payées par les héritiers venant à la succession, à savoir le père et les frère et soeur, avec les biens composant cette succession et subsidiairement les héritiers sur leur patrimoine personnel.
christian06_1947
Messages postés
3
Date d'inscription
mardi 16 avril 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
16 avril 2019
-
Les héritiers vont par précaution accepter la succession sous réserve d'actif. Je ne vois pas pourquoi on pourrait utiliser leur part d'indivision pour régler les dettes.

C'est pour cela que je précisais que seule la part du défunt dans l’indivision soit 1/6 ème peut être utilisée, pas celles des autres indivisaires.

Sinon il y a incohérence avec le choix de l'option "sous réserves d'actif".
Commenter la réponse de Ulpien1
Messages postés
542
Date d'inscription
mardi 11 novembre 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
17 avril 2019
414
0
Merci
Peu importe que le père ait encore une part d'usufruit (qu'il ne tient pas de son fils récemment décédé) et peu importe qu'il y ait acceptation à concurrence de l'actif net, les débiteurs resteront le père pour un quart et les frères/soeurs pour les trois autres quarts.

L'acceptation à concurrence de l'actif net évite juste de devoir être redevable à l'infini des dettes du défunt.
christian06_1947
Messages postés
3
Date d'inscription
mardi 16 avril 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
16 avril 2019
-
Merci
Commenter la réponse de Uldrich
Dossier à la une