Héritage relation extra conjugale (France) [Résolu]

LeTonton1868 2 Messages postés lundi 8 octobre 2018Date d'inscription 8 octobre 2018 Dernière intervention - 8 oct. 2018 à 10:21 - Dernière réponse : GKLONE 1229 Messages postés jeudi 28 juin 2018Date d'inscription 21 octobre 2018 Dernière intervention
- 8 oct. 2018 à 16:45
Bonjour,

Je pose la question pour mes neveux (adultes) (N et M). Leur maman (P) est décédée. Leur père (R), toujours marié avec la maman de mes deux neveux, hérite de la moitié et les 2 enfants (N e t M) se partagent la moitié restante. Correct?

Toutefois, mon beau-frère (R) a eu en 2017 un enfant (X) d'une relation extra-conjugale, dont je ne sais si il a été reconnu par mon beau-frère (R).

Mes neveux se demandent si ce 3è enfant a droit à une part de l'héritage de leur mère décédée (P). Et si il aura droit, au décès de leur père (R), à une partie de l'héritage de leur père qui sera constitué de l'héritage de leur mère (P).
J'espère avoir été suffisamment explicite;-)

Je vous remercie par avance de votre réponse et vous adresse mes salutations les meilleures.
Afficher la suite 

Votre réponse

3 réponses

Meilleure réponse
condorcet 27718 Messages postés jeudi 11 février 2010Date d'inscription 22 octobre 2018 Dernière intervention - 8 oct. 2018 à 14:49
1
Merci
Mes neveux se demandent si ce 3è enfant a droit à une part de l'héritage de leur mère décédée (P).
"X" est l'enfant de "R" et non de "P".
En l'absence de lien de parenté avec "P", "X" n'a aucune vocation héréditaire envers "P", mais uniquement envers "R" s'il a été reconnu, quand bien-même serait-il un enfant adultérin issu d'une relation extra-conjugale.

Et si il aura droit, au décès de leur père....... (R),
Si "X" a été reconnu par "R" , même postérieurement au décès de "P", ce qui se comprendrait aisément, à l'instar de vos neveux "N" et "M", enfants nés de l'union de "R" et "P", il a cette vocation héréditaire envers "R" à l'égal de ses frères "consanguins" ""N" et "M", sauf testament de "R" pouvant l'exclure de la quotité disponible réduisant ainsi la part de "X" à son 1/4 d'héritier réservataire.

...... à une partie de l'héritage de leur père qui sera constitué de l'héritage de leur mère (P).
Ce n'est pas ainsi que la question doit être abordée.
La succession de "P' recueillie par "N", "M" et "X", s'exercera sur le patrimoine laissé par "P", sachant qu'un sujet de Droit ne peut posséder qu'un seul patrimoine composé d'éléments d'origine différente (certainement ou peut-être) sur lequel chaque successible exerce ses droits.

Pour éviter la confrontation que vous redoutez entre "N" et "M", d'une part, et "X" d'autre, part il serait peut-être judicieux que "R" prenne des dispositions testamentaires afin distinguer (sans les mélanger) les biens devant revenir au tandem "N" et "M" et à "X" (le coucou du nid).

J'espère avoir été suffisamment explicite;-)
Algébriquement parlant, cela pouvait aller !

Merci condorcet 1

Avec quelques mots c'est encore mieux Ajouter un commentaire

droit-finances a aidé 13232 internautes ce mois-ci

LeTonton1868 2 Messages postés lundi 8 octobre 2018Date d'inscription 8 octobre 2018 Dernière intervention - 8 oct. 2018 à 16:35
Un grand merci pour cette réponse claire et précise;-)

Je transmets ce commentaire à mes neveux de ce pas.

Vraiment votre forum fonctionne super vite et bien.

Avec mes meilleures salutations et remerciements.

Patrice

PS je pense que le sujet peut-être signalé comme résolu!
Commenter la réponse de condorcet
GKLONE 1229 Messages postés jeudi 28 juin 2018Date d'inscription 21 octobre 2018 Dernière intervention - 8 oct. 2018 à 16:45
0
Merci
Bonjour

'Leur père (R), toujours marié avec la maman de mes deux neveux, hérite de la moitié et les 2 enfants (N e t M) se partagent la moitié restante. Correct? '
Non, pas correct. Si leur mère n'a pas établi de testament ni de donation au dernier vivant, le père aura le choix entre l'usufruit sur la totalité et le quart en pleine propriété.
Les enfants auront donc, selon le choix de leur père, à se partager la totalité en nue propriété, ou bien les 3/4 en pleine propriété.
Cette répartition s'applique sur la succession de la mère, étant évident que le père conserve ce dont il est lui même propriétaire (éventuellement, par exemple, la moitié de la maison si c'est un bien communautaire)
Commenter la réponse de GKLONE

Dossier à la une