Vendeur demande apport supplémentaire malgré accord de principe [Résolu]

Sulliva 5 Messages postés vendredi 20 mai 2016Date d'inscription 20 mai 2016 Dernière intervention - 20 mai 2016 à 10:04 - Dernière réponse : Sulliva 5 Messages postés vendredi 20 mai 2016Date d'inscription 20 mai 2016 Dernière intervention
- 20 mai 2016 à 13:57
Bonjour,

j'ai récemment formulé par e-mail (je doute que celle-ci ait une réelle valeur légale), via une agence, une offre d'achat pour un appartement. Cette offre a été acceptée par le vendeur qui demandait un accord de principe pour s'assurer de notre solvabilité.
Nous avons donc transmis cet accord de principe de notre banque mais le vendeur demande si nous pouvons augmenter l'apport car ils pensent que notre financement n'est pas assez garanti.

En gros, ils remettent en question l'accord de principe formulé par notre banque.
Je suis très étonné et me demande dans quel mesure cela peut s'expliquer. Du moment que notre banque annonce nous suivre, le vendeur ne devrait pas avoir à se soucier de ce genre de question?

Je suis assez étonné, et l'agence également. D'autant plus que vu la quantité de travaux à effectuer dans le bien je doute qu'ils aient une offre supérieure à la notre.
Afficher la suite 

Votre réponse

12 réponses

Poisson92100 23751 Messages postés samedi 15 novembre 2014Date d'inscription 20 juin 2018 Dernière intervention - Modifié par Poisson92100 le 20/05/2016 à 10:21
0
Merci
bonjour
Un échange de mail des lors qu'on prouve que cela a été bien reçu (ce qui est le cas s'il y a eu échange et pas juste mail envoyer) à valeur légale.

Qu'a t-il répondu ? Vous n'êtes pas très précis

Si c'est "OUI sous réserve de plus d'apport" il n'est engagé que si vous augmentez l'apport
Commenter la réponse de Poisson92100
^^Marie^^ 114913 Messages postés mardi 6 septembre 2005Date d'inscription 10 janvier 2017 Dernière intervention - 20 mai 2016 à 10:11
0
Merci
Bonjour

Le vendeur est, un peu dans ses droits de se faire du soucis pour votre financement.
Vous avez un accord de principe, c'est bien, mais cela ne justifie pas du tout que le crédit vous sera accordé.

Si vous avez un apport de 200k€ pour un financement global de 600k€, je doute que cela passe au niveau banque !! ^^

@+
Commenter la réponse de ^^Marie^^
Micha1. 6324 Messages postés dimanche 31 mai 2015Date d'inscription 3 mars 2017 Dernière intervention - 20 mai 2016 à 10:19
0
Merci
Bonjour,

le vendeur ne devrait pas avoir à se soucier de ce genre de question?

Je confirme votre raisonnement est bon.
Vous avez signé le compromis de vente ?
^^Marie^^ 114913 Messages postés mardi 6 septembre 2005Date d'inscription 10 janvier 2017 Dernière intervention - 20 mai 2016 à 10:32
Comme ça, le vendeur perdra des mois si cela n'aboutit pas.

Sulliva n'a même pas la preuve d'acceptation de l'offre, alors m'étonnerait fort qu'il ait signé le compromis de vente. Et qui plus est, relire le message initial, où le vendeur demande d'augmenter son apport en liquidité.
Sulliva 5 Messages postés vendredi 20 mai 2016Date d'inscription 20 mai 2016 Dernière intervention - 20 mai 2016 à 13:57
je confirme, pas de signature de compromis de vente. Il s'agit d'une première acquisition donc j'essaye juste de comprendre toutes les ficelles. Merci pour vos éclaircissements à tous.
Commenter la réponse de Micha1.
Sulliva 5 Messages postés vendredi 20 mai 2016Date d'inscription 20 mai 2016 Dernière intervention - Modifié par Sulliva le 20/05/2016 à 10:21
0
Merci
Bonjour et merci pour vos réponses,

les e-mails sont passés via l'agence donc je n'ai pas moi même tous les messages détaillés. Je vais voir avec eux mais ils avaient immédiatement dit que le vendeur souhaitait obtenir les garanties de paiement, donc j'imagine qu'ils ont émis une reserve.

Mon apport (actuel) représente 13% du montant total, et le prêt un taux d'endettement de 35% (sachant que je suis fonctionnaire titulaire).

Le fait est que je pourrais techniquement augmenter l'apport, sauf que l'appartement est dans un état pour l'instant lamentable et inhabitable (tapisserie usée avec moisissure suite à un dégât des eaux l'année dernière, moquette en très mauvais états, électricité pas aux normes) et qu'il est nécessaire pour nous de garder de quoi faire les travaux.

Je reste sur ma position ou j'ai beaucoup de mal à comprendre le vendeur, d'autant plus que je suis intéressé par ce bien car il se situe dans l'immeuble dans lequel j'habite, auquel cas je n'aurai jamais fait d'offre pour un bien dans cet état et demandant autant de travaux.

Après, si vous me dites que malgré tout le vendeur "peut se faire du soucis", bah je ne sais que faire de plus...

ps: "Si vous avez un apport de 200k€ pour un financement global de 600k€, je doute que cela passe au niveau banque !! ^^ " pour répondre à cette phrase, j'imagine que cela dépendrai de mes revenus quoiqu'il en soit, non?
^^Marie^^ 114913 Messages postés mardi 6 septembre 2005Date d'inscription 10 janvier 2017 Dernière intervention - 20 mai 2016 à 10:29
J'ai eu vu des crédits refusés à des fonctionnaires .....
^^Marie^^ 114913 Messages postés mardi 6 septembre 2005Date d'inscription 10 janvier 2017 Dernière intervention - 20 mai 2016 à 12:48
Mon apport (actuel) représente 13% du montant total, et le prêt un taux d'endettement de 35% (sachant que je suis fonctionnaire titulaire).

Normal que le vendeur s'en inquiète, avec un apport de 13% !
Surendettement de 35 % ? Déjà qu'à 33% cela ne passe pas souvent .....
Sulliva 5 Messages postés vendredi 20 mai 2016Date d'inscription 20 mai 2016 Dernière intervention - 20 mai 2016 à 13:13
Il semble que dans mon entourage les prêt passe plus facilement que de votre coté donc.
Nous verrons bien, cela ne m'embête pas outre mesure mais je préfère essayer de comprendre les intentions de chacun.
Commenter la réponse de Sulliva
Poisson92100 23751 Messages postés samedi 15 novembre 2014Date d'inscription 20 juin 2018 Dernière intervention - Modifié par Poisson92100 le 20/05/2016 à 10:34
0
Merci
"mais ils avaient immédiatement dit que le vendeur souhaitait obtenir les garanties de paiement"

donc vous n'avez pas un accord sur votre offre du vendeur (le prix n'est qu'un éléments dans une transaction, les conditions de financement en étant un autre aussi important.

En l'état il ne sont pas engagé mais vous pouvez poursuivre la négociation ou chercher ailleurs


PS et compte tenu du nombre conséquent de dossier qui n'aboutissent pas et obligent le vendeur a remettre en vente après avoir perdu 2 voire 4 mois leur demande de garantie sur le financement est compréhensible.
Maintenant ce qu'il veulent c'est que vous limitez le montant que vous mettrez dans la condition suspensive de prêt...si vous mettez prêt de 400000 et que vous demandez et obtenez un prêt de 500000 ce n'est plus leur problème (mais vous ne pourrez faire jouer la clause de refus de prêt que si vous présentez un refus pour 400, pas un refus pour 500)
ulyssesourd 1238 Messages postés mercredi 30 décembre 2009Date d'inscription 5 octobre 2017 Dernière intervention - 20 mai 2016 à 11:06
Bonjour
Un apport de 13% n'est pas suffisant pour rassurer un vendeur car votre endettement est de 35% ce qui est la limite extrême.
Pour mon cas j'ai du apporter 50.000€ sur les 220.000€ du prix de vente soit ... 22% ! et un endettement de 25% seulement et une très bonne garantie car j'ai des biens immobiliers derrière, qui sont en vente (le prêt est remboursé par anticipation depuis)
Et ceci sans compter les frais de notaire donc j'ai du apporter 17.000€ en plus des 50.000€ pour que le vendeur vende sa maison qu'à moi. Concurrence oblige !
Le vendeur est dans ses droits de demander une garantie que la vente s'aboutisse sinon s'il voit un autre acheteur potentiel avec un apport supérieur que le votre, il n' hésitera pas à NE PAS vendre à vous.
A+
Sulliva 5 Messages postés vendredi 20 mai 2016Date d'inscription 20 mai 2016 Dernière intervention - 20 mai 2016 à 13:15
J'ai également d'excellentes garanties, sans rentrer dans le détail.
Quoiqu'il en soit, je verrai bien, merci pour vos informations.
Commenter la réponse de Poisson92100
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une