Menace de voisins suite à construction à étage

Signaler
-
Messages postés
4410
Date d'inscription
mercredi 21 novembre 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
7 juin 2021
-
Bonjour,

Nous faisons actuellement construire une maison avec étage dont une des fenêtres de l’étage donne directement chez nos voisins ayant une piscine.
Cette fenêtre donne sur un dégagement chez nous et nous l’avons volontairement placé à 1,5m de hauteur afin de limiter la gêne pour nos voisins.
Mes voisins nous menacent de trouble anormal du voisinage pour perte d’ensoleillement, perte de vue et perte d’intimité.
Autant les deux premiers TAV ne m’inquiètent guère, autant la perte d’intimité est évidemment réelle.
Nous souhaitons leur proposer d’opacifier la fenêtre (en rajoutant l’option ou en commandant une nouvelle fenêtre opacifiée avant la phase de mise hors d’air.
Pensez-vous que dans ce cas là, le risque de TAV en perte d’intimité disparait ?
Et de plus, pensez-vous qu’il est légal et légitime de leur demander de rédiger un papier comme quoi ils s’engagent sur les 10 prochaines années à ne pas faire de recours de TAV de quelconque nature ?

Merci pour votre retour.

Nic

7 réponses

Messages postés
81773
Date d'inscription
samedi 24 août 2002
Statut
Modérateur
Dernière intervention
10 juin 2021
13 593
À quelle distance de la limite de propriété se situe votre construction ?

 
Le RDC se situe à 4m de la limite de propriété et la fenêtre en question de l'étage à 7m et réponds bien aux contraintes de l'urbanisme de notre zone.
Messages postés
81773
Date d'inscription
samedi 24 août 2002
Statut
Modérateur
Dernière intervention
10 juin 2021
13 593
" et réponds bien aux contraintes de l'urbanisme de notre zone. " : OK.

Mais ça répond en plus et surtout aux dispositions des articles 678 et 679 du code civil concernant les vues.
https://www.pap.fr/patrimoine/voisinage/fenetres-portes-terrasses-respectez-les-distances/a1960
Vous êtes donc légalement totalement et doublement dans les clous.
Vous n'êtes même pas obligé d'opacifier cette fenêtre, sinon pour être agréable au voisin (si vous pensez qu'il le mérite ...)

Cela n'empêchera cependant pas ce dernier, bien que vous soyez en règle de toutes parts, de vous assigner pour un ou plusieurs TAV tels que vous les décrivez.
Mais il aura apparemment très peu de chances d'obtenir gain de cause vu les circonstances....


 
Merci beaucoup pour la réactivité et la précision de votre réponse qui nous rassure.
Nous opacifierons la fenêtre par respect et pour diminuer les tensions.
Par contre, j'ai l'impression qu'ils souhaitent trouver un recours (TAV ou autre) qui permettrait de justifier le versement de dommage et intérêts suite à la baisse de la valeur de leur bien immobilier. Pensez-vous que d'autres recours soient possibles pour qu'ils arrivent à leur ambition cachée de nous soutirer de l'argent pour financer la perte venale de leur bien?
Messages postés
23731
Date d'inscription
dimanche 16 avril 2006
Statut
Contributeur
Dernière intervention
10 juin 2021
6 654
Bonjour

Pensez-vous que d'autres recours soient possibles pour qu'ils arrivent à leur ambition cachée de nous soutirer de l'argent pour financer la perte venale de leur bien?

Article A424-8 (dernier alinéa) du Code de l'urbanisme
"Le permis est délivré sous réserve du droit des tiers (...). Il ne vérifie pas si le projet respecte les autres réglementations et les règles de droit privé. Toute personne s'estimant lésée par (...) d'autres dispositions de droit privé peut donc faire valoir ses droits en saisissant les tribunaux civils, même si le permis respecte les règles d'urbanisme."

Vos voisins ont le doit d'exercer un droit de recours à l'encontre de votre construction. Assistés par un avocat de leur choix, ils devront saisir la justice civile et trouver les arguments qui pourraient leur permettre d'obtenir gain de cause. C'est loin d'être fait...

Messages postés
4410
Date d'inscription
mercredi 21 novembre 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
7 juin 2021
1 839
Bonjour,
Le TAV concernant une construction respectant les règles d'urbanisme me semble improbable. Un juge qui reconnaitrait cela, créerait probablement des complications d'applications futures. Pas de risques à mon avis qu'il s'engage dans une décision de la sorte.
Messages postés
23731
Date d'inscription
dimanche 16 avril 2006
Statut
Contributeur
Dernière intervention
10 juin 2021
6 654
Messages postés
4410
Date d'inscription
mercredi 21 novembre 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
7 juin 2021
1 839
Je n'avais pas vu la "perte d'ensoleillement . Là dessus effectivement il pourrait y avoir problème . quand à la vue, il n'y en a pas (seulement un vis à vis) et la perte d'intimité ... Tout ceci relève néanmoins de l'appréciation du juge. Cependant, la démolition d'une maison suite à un problème d'ensoleillement est tout à fait exceptionnelle.
Bonjour
Hélas pour vous, si vous êtes assigné sur le fondement de la perte d'intimité, vous serez condamné à des dommages et intérêts malgré la distance séparant votre construction de la limite de propriété.
La cour de cassation a validé un arrêt de la cour d'appel d'Aix en Provence sur ce fondement et dans le cas suivant: construction R+1 située à 9 mètres de la limite de propriété avec fenêtre donnant sur piscine et terrasse du voisin. Montant des DI: 20000 euros.
C'est l'appréciation de notre société de m....!Un juge n'avait-il pas condamné un propriétaire à se séparer ou à tuer son coq!Cela s'était très mal terminé dans ce village pour le voisin qui avait dû revendre le bien et fuir, tant la vie lui était devenue impossible .
Considérant que dans la vie, il faut faire des compromis et opter le plus souvent sur le rapport gagnant/gagnant, est-il cohérent et valable juridiquement de faire deux manuscrits :
- m'engageant à installer une vitre opaque pour supprimer la seule perte d'intimité possible
- engageant mes voisins à ne pas nous poursuivre sur un quelconque TAV de toute nature sur les 10 prochaines années?
Bonjour
vous pouvez toujours tenter de convaincre vos voisins de souscrire à ces propositions.Il n'y a pas à établir deux conventions,mais une seule.Le mieux serait évidemment qu'elle soit notariée.
Pour ce qui est du renoncement au recours, il n'est pas utile de prévoir dix ans, l'action se prescrivant par cinq ans après la fin de la construction.