Nullité ordonnance saisie pénale

Signaler
Messages postés
21
Date d'inscription
lundi 16 décembre 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
22 mai 2020
-
Messages postés
162
Date d'inscription
lundi 18 mai 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
29 mai 2020
-
bonsoir,
Dans le cadre d'une affaire de recel, mon compte bancaire a été saisi. Il s'agit bien de mon compte mais le nom du titulaire est erroné: ce n'est pas le mien mais celui d'une autre personne de l'affaire!!! Je n'ai pas contesté le document dans le délai imparti car je ne savais pas comment m'y prendre et je n'avais pas d'avocat mais je souhaite me servir de cette erreur monumentale lors de mon audience pour faire annuler cette piece. Comment puis je faire?quel article de loi invoquer? Si je vous pose la question, c'est que mon avocate l'ignore!!!!!

1 réponse

Messages postés
162
Date d'inscription
lundi 18 mai 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
29 mai 2020
63
je souhaite me servir de cette erreur monumentale lors de mon audience pour faire annuler cette piece.

la juridiction répressive joindra votre demande de nullité au fond, c'est à dire qu'elle jugera toute l'affaire puis dira à la fin (comme 99% des fois) "il ne s'agit que d'une erreur matérielle qui n'a pas entâchée les droits de la défense de Mme Mondschein. En effet, Mme Mondschein étant condamnée à payer X euros la saisie préventive de son compte même avec un titulaire incorrect ne lui porte aucun préjudice puisqu'elle doit bien les X euros. De plus Mme Mondschein n'a pas contesté dans les temps. Par conséquent la demande de nullité est rejetée".

Ne vous faites donc pas trop d'illusions.

Ce genre de nullité ne fonctionne que si on ne doit pas l'argent et que c'est l'autre nom indiqué qui doit l'argent.
Comme là vous devrez l'argent tous les deux, la nullité sera rejetée.

Car sinon cela voudrait dire que quelqu'un qui doit de l'argent pourrait n'avoir jamais rien à payer si quelqu'un à n'importe quel moment de la procédure a fait une erreur. Ces erreurs matérielles n'annulent jamais les dommages et intérêts à payer ni les saisies conservatoires.
Dossier à la une