Copropriétaire

- - Dernière réponse : condorcet
Messages postés
31082
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
12 septembre 2019
- 9 sept. 2019 à 08:08
Bonjour, je suis copropriétaire d'un maison dont l'autre partie est décédé sans testament. Le seul héritier est un enfant mineur (placé en famille d'accueil). Quels sont mes droits sur cette propriété? Je demeure dans celle-ci et depuis près de 3 ans, j'assume seul les obligations financières pour cette maison. Le dossier est chez un notaire depuis tout ce temps. Suis-je légalement propriétaire???
Afficher la suite 

2 réponses

Messages postés
28119
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
12 septembre 2019
5679
0
Merci
bonjour,

non, vous n'êtes pas seule propriétaire puisque le défunt a un héritier !!
Et puisqu'il y a un notaire, j'imagine pour la succession, prenez RV et faites-vous tout expliquer.

cdt.
Commenter la réponse de djivi38
Messages postés
31082
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
12 septembre 2019
10568
0
Merci
j'assume seul les obligations financières pour cette maison.
Cependant vous êtes redevable d'une indemnité d'occupation envers votre co-indivisaire détenteur, comme vous, de droits dans la propriété de cette maison, indemnité égale à un demi-loyer.

S'agissant d'un enfant hébergé en famille d'accueil, mettez-vous en rapport avec "l'aide sociale à l'enfance" (A.S.E.), service rattaché au Conseil Départemental dont la mission est d' apporter un soutien matériel, éducatif et psychologique aux mineurs, à leur famille, aux mineurs émancipés et aux majeurs âgés de moins de 21 ans confrontés à des difficultés sociales susceptibles de compromettre gravement leur équilibre.

Vous pourrez ainsi élaborer avec l'ASE un plan de gestion de cette immeuble en indivision avec l'un de leurs protégés.

Le dossier est chez un notaire depuis tout ce temps.
Le notaire n'étant pas chargé de gérer les biens d'un mineur et ne peut rien faire pour vous.
Soit votre coindivisaire est majeur, alors vous réglez vos difficultés avec lui, soit il est mineur et ce sont ses parents ou, dans votre cas, l'A.S.E. à qui incombe de les assumer.
Commenter la réponse de condorcet
Dossier à la une