Vente d’un chien galeux

- - Dernière réponse :  marin2281 - 15 mai 2019 à 12:12
Bonjour à tous, je m’adresse à vous suite à l’acquisition d’un chien malade.
Il y a deux semaines je suis allée en animalerie est en suis ressortie avec un Jack Russell ayant possiblement une « allergie à la paille ». Je laisse passer 2 jours tout en observant que mon chien se gratte énormément, qu’il a des plaques rouges sur le ventre (qu’il avait déjà à l’animalerie) et qu’il couine dès qu’il se touche l’oreille. Sans attendre je l’emmène chez le vétérinaire qui diagnostique une gale des oreilles (très avancée) et de la peau, la facture des soins est alors de suite envoyée à l’animalerie qui la transmet à l’élevage d’origine du chien. Par ailleurs ce même vétérinaire avait vu le chien avant sa vente et avait dit au vendeur de ne pas le vendre tant que le diagnostic n’était pas établi, chose qu’il n’a pas faite. Cependant je reste quand meme là, avec un chien rongé par la gale, un appartement de 40m2 à devoir traiter le plus souvent possible, un chaton non sevré à protéger pour éviter d’être LA chance sur 500 d’avoir affaire à une transmission chien - chat, et une socialisation impossible pour mon chien (amis qui ont des chiens, parc à chien, école du chiot, ...). J’ai contacté l’animalerie pour leur dit que je refusais de payer 700€ (prix d’acquisition du chien) pour un chien ayant la gale, mais que je ne l’échangerais pas non plus contre un autre chien car cela ne rentre pas dans mes principes moraux. Je sais que l’éleveur peut me proposer une réduction de prix, ce que je recherche, mais celui-ci à décidé d’uniquement prendre les soins en charges ou me rembourser le chien si je lui rendais.
Que me conseilleriez vous de faire ? Porter plainte contre l’élevage et/ou l’animalerie ?
J’aimerais prendre contact avec l'élevage pour qu’on prenne une décision à l’amiable pour éviter le tribunal, cependant je ne suis pas en pleine connaissance de mes droits et de la législation.
J’attends vos réponses et merci de votre lecture.
Cordialement
Afficher la suite 

Votre réponse

4 réponses

Meilleure réponse
Messages postés
10438
Date d'inscription
jeudi 4 janvier 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
21 mai 2019
3657
4
Merci
Il y a tant d'animaux dans les refuges...les animaleries devraient être interdites.

Dire « Merci » 4

Heureux de vous avoir aidé ! Vous nous appréciez ? Donnez votre avis sur nous ! Evaluez Droit-Finances

droit-finances 18699 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Commenter la réponse de Marley-18
Messages postés
9723
Date d'inscription
lundi 9 mai 2016
Statut
Contributeur
Dernière intervention
21 mai 2019
1791
2
Merci
Bonjour,

Dans l'intérêt de tout le monde, annulez la vente !
Rapportez le chiot...

Cdt
Commenter la réponse de gt.55
2
Merci
Il existe des règles très stricte sur la vente des chiots.
Le vendeur doit fournir un certain nombre de documents et en particulier vous pouvez exiger un certificat de bonne santé établi par le vétérinaire.
Lien ci-dessous:

https://wamiz.com/chiens/guide/achat-d-un-chiot-les-formalites-et-papiers-0023.html

Puisque apparemment vous avez décidé de garder votre chiot, il ne vous reste plus qu'à le soigner (ce qui ne devrait pas un problème insoluble) et d'en faire supporter les frais à l'éleveur ou à l'animalerie (s'ils veulent bien).
Vous pouvez toujours porter plainte, mais ça risque de durer un moment et le résultat n'est pas garanti. (et quid du chiot pendant ce temps là !!!)
La solution la plus efficace, si vous n'y arrivez pas seule, c'est de contacter le conciliateur de justice (coordonnées en mairie) qui saura vous orienter.
Votre interlocuteur et le seul responsable, c'est l'animalerie qui vous a vendu le chiot. Ne vous trompez pas de cible.
Si tout s'arrange à l'amiable, tant mieux !!!!!
Bon courage.
Commenter la réponse de marin2281
Messages postés
3149
Date d'inscription
dimanche 21 mai 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
21 mai 2019
446
1
Merci
Pourquoi avoir acheté ce chien si vous aviez vu qu'il avait des plaques rouges ?
Commenter la réponse de bretecher
Dossier à la une