Viol mineur de 8 ans il y a 27 ans [Résolu]

MADMILID 2 Messages postés dimanche 11 février 2018Date d'inscription 12 février 2018 Dernière intervention - 11 févr. 2018 à 23:48 - Dernière réponse : dna.factory 16609 Messages postés mercredi 18 avril 2007Date d'inscriptionContributeurStatut 15 juillet 2018 Dernière intervention
- 12 févr. 2018 à 15:39
Bonjour,

on m'a raconté le viol de ma nièce de 8 ans par un de ses oncles, un frère de mon beau frère, les faits auraient eu lieu en 1990 sur ma nièce qui a donc aujourd'hui 35 ans.

aucune plainte n'aurait été déposée selon ma source, or la prescription ne semble pas être en cours puisque la prescription pour un viol sur personne mineure n'intervient qu'au 38 é anniversaire de la victime.

ma nièce après une période de mutisme compréhensif et une sorte d'amnésie traumatique a commencé à parler à ses proches de ce viol par le frère de son père à l'automne dernier en 2017 sans doute après le déclic de "balance ton porc".

son entourage désormais au courant depuis 4 mois ainsi que les personnels de santé l'ayant pris en charge y compris en hôpital psychiatrique ne sont ils pas obligé par la loi de signaler ce viol sur mineur dont le prédateur est toujours en liberté au procureur de la république ??

cette question me concerne car je suis moi même au courant par l'intermédiaire de mon père depuis un mois

merci de votre réponse
Afficher la suite 

Votre réponse

3 réponses

dna.factory 16609 Messages postés mercredi 18 avril 2007Date d'inscriptionContributeurStatut 15 juillet 2018 Dernière intervention - 12 févr. 2018 à 07:48
0
Merci
Et coté preuve, y'a quoi ?
Loin de moi l'idée de défendre un supposé violeur pédophile, mais il faut se rappeler un peu l'affaire d'outreau. Vous le dites vous même : Y'a eu une sorte d'amnésie traumatique, serait-il absurde que votre nièce fasse l'amalgame de différents événements ? allant jusqu'à confondre des personnes ? voir mélanger réalité et fiction ?
Posez vous bien ces question avant de prendre votre corde et d'emmener cette personne au gros chêne au fond du jardin.

Vous n'avez aucunement obligation de signaler des 'rumeurs' à la police. En fait, si vous le faites, y'a même le risque que vous soyez coupable de diffamation.

C'est à votre nièce, et à elle seule de faire les démarches. Vous pouvez l'accompagner, mais vous ne pourrez pas le faire à sa place.
MADMILID 2 Messages postés dimanche 11 février 2018Date d'inscription 12 février 2018 Dernière intervention - 12 févr. 2018 à 09:34
Bonjour,

merci de votre réponse,

le problème c'est que dans ce type d'affaire il n'y a jamais de preuves directes

là on constate les conséquences d'un trauma dépression, neuroleptiques, plus de travail et hôpital psychiatrique avec deux enfants en bas âge et un mari. Alors que juste avant ma nièce était très bien insérée.

il y avait un contexte familial basé sur un grand père aujourd'hui décédé qui aurait eu des gestes inappropriés et des réflexions salaces sur ses filles cela nous avait été dit dans les années 80 par la même source mon beau frère c'est à dire le père de la fillette de 8 ans.

Aujourd'hui cela se transforme en un grand père qui aurait violé systématiquement ses filles donc les tantes de la fillette et les sœurs du prédateur présumé et même plus qui aurait contraints ses fils à des contacts sexuels avec leurs sœurs.

Là aussi se sont des rumeurs, ayant croisé ce grand père, mes parents et moi nous n'avons jamais rien constaté sauf des réflexions sexistes.

Après le choc d'avoir eu ce récit un peu gros, j'ai après une nuit de réflexion évoqué une éventuelle affabulation tellement c'était incroyable mais tout le monde a été choqué de ma réaction.

je vais voir comment évolue cette affaire.

merci
dna.factory 16609 Messages postés mercredi 18 avril 2007Date d'inscriptionContributeurStatut 15 juillet 2018 Dernière intervention - 12 févr. 2018 à 15:39
Je ne pense pas que ce forum soit suffisamment compétent pour un dossier si sensible.
Pour ce genre de dossier il faut que votre nièce (ou son mari) prenne contact avec un avocat et fasse le point avec lui.

Personnellement, je ne pense pas que la solution se trouvera auprès de la justice.
Aucune preuve. 30 ans après les faits. Aucun témoins. Le récit d'une personne qui avait 8 ans à l'époque.

Tenter de régler l'affaire de façon judiciaire risque d'être encore plus traumatique que de ne pas le faire.
Commenter la réponse de dna.factory
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une