Combien de temps dois je occuper une maison après reprise

Résolu
lapeou - 21 nov. 2016 à 16:07
djivi38
Messages postés
46765
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
12 août 2022
- 23 nov. 2016 à 16:31
Bonjour,
Je voudrai récupérer une maison donnée en location pour y habiter le temps de faire des travaux et la relouer ensuite. quel est la durée d'occupation minimale pour que mon congé soit valide ?
A voir également:

2 réponses

djivi38
Messages postés
46765
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
12 août 2022
13 307
22 nov. 2016 à 02:22
Bonjour,

Les tribunaux sanctionnent le congé pour reprise dès lors que le logement demeure inoccupé après le départ du locataire. La jurisprudence estime que le bénéficiaire du congé pour reprise (c'est-à-dire le bailleur lui-même ou une personne de sa famille) doit habiter le logement dans un délai raisonnable et pour une durée sérieuse. La loi ne prévoit pas de délai précis et la jurisprudence apprécie au cas par cas. On estime que ce délai doit s'entendre de quelques semaines à quelques mois (Cour d'appel Paris, 7 janvier 1998). En revanche, une reprise qui intervient deux ans après le départ du locataire est considérée comme frauduleuse (Cour d'appel de Nîmes, 15 janvier 2008). Si la reprise n'est effective que pour une durée très courte, le congé sera également considéré comme frauduleux. Là encore, aucune durée d'occupation minimale n'est prévue par la loi mais la jurisprudence a déjà considéré que la reprise pour une durée d'occupation de cinq mois satisfait aux exigences légales (CA Toulouse, 23 juin 1998). La mise en vente d'un appartement libéré à la suite d'un congé avec reprise pour habiter caractérise également une fraude (Cass. civ. 3e, 12 octobre 2004).

Amende pénale :
Le fait pour un bailleur de délivrer un congé justifié frauduleusement par sa décision de reprendre ou de vendre le logement est puni d'une amende pénale dont le montant ne peut être supérieur à 6.000 euros pour une personne physique et à 30.000 euros pour une personne morale. Il s'agit de plafonds et le juge ajustera en fonction de la gravité de la fraude constatée.

Dommages et intérêts :
En cas de congé frauduleux, le propriétaire sera condamné à indemniser le locataire. Le locataire peut se prévaloir d'un préjudice matériel, constitué par les frais du déménagement par exemple. Il peut également apporter la preuve d'un préjudice moral, notamment en raison de l'incertitude sur son sort et l'angoisse d'avoir à trouver un nouveau logement compte tenu de l'état du marché immobilier. Quelques rares décisions ont prononcé la réintégration du locataire dans les lieux.


Voir également (parmi plein de liens sur les congés frauduleux) :
https://www.unpi.org/index.php?action=fiche_question_reponse&id=377

CDT.
1
maylin27
Messages postés
26044
Date d'inscription
mercredi 2 février 2011
Statut
Contributeur
Dernière intervention
11 mai 2021
8 685
22 nov. 2016 à 05:14
bonjour,
de mémoire, c'est deux ans d'occupation pour éviter le congé frauduleux !

cordialement
0