Nuisances clientèle boite de nuit

marcy76 3 Messages postés mardi 30 avril 2013Date d'inscription 1 mai 2013 Dernière intervention - 30 avril 2013 à 19:10 - Dernière réponse : Rochat1 10119 Messages postés jeudi 3 mars 2011Date d'inscription 24 avril 2018 Dernière intervention
- 6 avril 2018 à 10:11
Bonjour,

Nouvelle résidente (locataire je ne sais pas si ça a une importance) dans un immeuble de centre ville depuis quelques mois, je subi les nuisances sonores de la clientèle d'une boîte de nuit située dans la rue côté cour de l'immeuble quasiment toutes les semaines.

Si j'avais vu qu'un établissement de ce type était installé dans le quartier je n'aurai probablement jamais loué ici, mais l'activité de cet établissement sans enseigne, dont les murs ne laissent rien deviner m'était totalement inconnue...et pour cause!

Voilà le contexte : depuis des mois, tous les week-ends, généralement dans la nuit du samedi, mais parfois aussi celle du vendredi, nous sommes réveillés à 2h /3h du matin par les cris et gémissements, généralement de filles, qui sortent de la boîte de nuit.
On a l'impression qu'on les étrangle, qu'on les agresse, ... on a même entendu des expressions comme "tu me fais mal" assez inquiétantes, mais généralement ce sont des insultes, ...
La sécurité immédiate de ces personnes ne semble pas en cause au départ, car d'après ce qu'on voit depuis chez nous, ce sont généralement des personnes bien alcoolisées, parmi un groupe de jeunes de guère plus de 22 ans (clientèle très jeune), qui suite à une dispute à l'intérieur se battent devant l'établissement puis dans les deux rues attenantes, soit au pied de notre immeuble. Il semble que souvent il y ait pour motif des histoires de filles ou des vols de portable.
Mais dernièrement ça dégénère, c'est d'une telle violence dans les cris, et gémissements que ça nous amène à hésiter à appeler le poste de police secours, et à finir par le faire comme récemment.
La police nationale semble se déplacer quasiment à chaque fois, mais en général, elle n'embarque personne, (ce qu'elle ne peut pas forcément faire d'après ce que je sais) du coup à peine repartie, les jeunes non dispersés continuent une bonne demi-heure leur cris, et disputes, sans parler des insultes aux forces de l'ordre!
Le tout dure en générale plus d'une heure donc la nuisance est suffisante pour nous réveiller et nous empêcher de nous rendormir avant le retour au calme ... Sans parler que ça leur arrive de se battre devant notre porte, nos boites aux lettres qui sont défoncées, il y a des jets de sacs à ordures stockés dans les bacs municipaux, ... donc il y a dégradations de l'espace public.
MA QUESTION EST DONC :
Quelle action mener? et sur quelle base juridique? Je pensais m'adresser au maire et à un service de la préfecture, sous forme de courrier, accompagné d'une pétition si j'arrive à mobiliser les résidents de l'immeuble voire ceux des autres résidences qui bordent la boîte de nuit. Mais quel argument donner à cette action???
Merci pour vos conseils.
Afficher la suite 

12 réponses

Répondre au sujet
+1
Utile
si la police ne fait rien et ne procède à aucune interpellation je ne vois pas comment un procès pourrait aboutir ,contre qui d'ailleurs.
les politiques vont vous balader avec de belles paroles .
Vous êtes tombée dans un quartier mal fréquenté ou en tant que femme vous n'êtes pas en sécurité et ou il n'est pas agréable de vivre ( boites aux lettres défoncées ,ordures répandues).
un conseil déménagez au plus vite car vous n'obtiendrez rien par les voies légales .
Commenter la réponse de bulou
BmV 70424 Messages postés samedi 24 août 2002Date d'inscriptionModérateurStatut 30 mars 2018 Dernière intervention - 30 avril 2013 à 19:39
0
Utile
Appeler la police à chaque fois, plusieurs fois de suite si nécessaire + courrier(s) au maire
 

Commenter la réponse de BmV
0
Utile
2
Le patron de la boite est tenu a maintenir l'ordre à la sortie de sa boite, tu peux faire un courrier au préfet qui prendra des sanctions tel que fermeture administrative ou réduction du temps d'ouverture, la boite est aussi dans l'obligation de ne pas faire boire plus qu'il ne faut leurs clients (une boite peut fermer pour un client qui se fait contrôler en sortant de boite avec un fort taux d'alcool)
Nous avons ce problème dans notre ville; nous sommes arrivés à faire fermer la boite 5 mois mais elle a rouvert et depuis malgré
nous avons ce problème dans notre ville, nous avons constitué une association de riverains et sommes arrivés à faire fermer la boite 6 mois mais elle a rouvert et celà fait des années que nous avons des violences, des dégradations et surtout du bruit les jeudis soirs ( soirées étudiantes: que font les parents alors que le vendredi matin, leurs enfants doivent aller en cours...), la police n'intervient plus, la mairie contactée ne fait pas grand chose à part installer des caméras mais qui n'empêchent pas le bruit,la seule solution serait de sanctionner les parents ( les jeunes qui vont à la boite sont très souvent mineurs et alcoolisés sur la voie publique , ce qui est un délit !)mais la mairie ne veut pas en entendre parler donc la seule solution est de déménager, bon courage.....
Commenter la réponse de doom62
BmV 70424 Messages postés samedi 24 août 2002Date d'inscriptionModérateurStatut 30 mars 2018 Dernière intervention - 1 mai 2013 à 19:17
0
Utile
1
"si la police ne fait rien" : a-telle dit ça ?


Donc je répète : Appeler la police à chaque fois, plusieurs fois de suite si nécessaire dans la même journée/nuit + courrier(s) au maire (les élections sont en mars prochain ...) + déposer main courante à chaque fois + inciter des voisins à en faire autant + copie à la presse (en réclamant l'anonymat !) + info aux associations de quartier si elles existent



marcy76 3 Messages postés mardi 30 avril 2013Date d'inscription 1 mai 2013 Dernière intervention - 1 mai 2013 à 19:32
Merci pour vos conseils! j'ai fait appel au voisinage par voie d'affichage dans les parties communes, j'espère qu'on sera plusieurs à souhaiter se manifester. Je n'avais pas pensé à la presse, merci pour ce conseil!
Commenter la réponse de BmV
marcy76 3 Messages postés mardi 30 avril 2013Date d'inscription 1 mai 2013 Dernière intervention - 1 mai 2013 à 19:31
0
Utile
3
Je pense qu'il faut en effet remettre les politiques face à leurs responsabilités : il y a bien autorisation donnée à implanter une telle activité en plein centre ville ! Qu'ils en assument les conséquences! En effet l'échéance des élections municipales est une chance de pouvoir au moins se faire écouter ! Je ne pense pas que la police ne fasse rien, je sais qu'elle fait ce qu'elle peut, avec les moyens qui lui sont alloués (effectifs et pouvoirs de coercition).
Et déménager n'est pas la solution : déjà ça coûte cher je n'ai pas les moyens de bouger. Et ça donne raison aux fauteurs de troubles!
je vous souhaite bon courage mais je pense que d'autres ont déjà cherché à réagir sans succès .si vous êtes dans une grande ville c'est peine perdue de par mon expérience .les politiques vont faire semblant de vous écouter mais ils n'ont aucune solution
BmV 70424 Messages postés samedi 24 août 2002Date d'inscriptionModérateurStatut 30 mars 2018 Dernière intervention - 1 mai 2013 à 22:45
"mais je pense que " : en Droit, il est vivement déconseillé de faire des suppositions gratuites mais de s'en tenir aux faits.
    
Rochat1 10119 Messages postés jeudi 3 mars 2011Date d'inscription 24 avril 2018 Dernière intervention > BmV 70424 Messages postés samedi 24 août 2002Date d'inscriptionModérateurStatut 30 mars 2018 Dernière intervention - 6 avril 2018 à 10:11
Bonjour,

Le droit est une chose, le bon sens l'emporte souvent hélas !
Commenter la réponse de marcy76
jmwurth 2929 Messages postés dimanche 13 août 2006Date d'inscription 23 juin 2013 Dernière intervention - 2 mai 2013 à 08:56
0
Utile
Bonjour
C'est le bruit qui constitue la nuisance principale dans une sortie qui pourrait ne pas être règlementaire (empruntée seulement par des jeunes de 20 à 22 ans entre 2 et 3 heures du matin)
Commenter la réponse de jmwurth
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une