Depression, arret de travail et licenciement

happy - 5 avril 2012 à 16:38 - Dernière réponse : marylou. 18670 Messages postés vendredi 12 novembre 2010Date d'inscription 27 août 2016 Dernière intervention
- 5 avril 2012 à 18:58
Bonjour,
Mon contexte :
Je suis actuellement en arrêt de travail depuis plus de deux semaines pour trouble anxio-dépressif aigu. Je travaille au sein d'une société de prestataires de services en CDI depuis presque 1 an.
Mes conditions de travail, mes horaires décalées, l'ambiance infecte au sein de mon équipe pour un salaire de misère (à peine 27h au smic) ont déclenchés ma maladie. Je suis sous traitement qui me fait végéter toute la journée.
Je ne dors presque plus la nuit. Rien qu'en pensant à la reprise de mon travail je fais des rechutes de stress.

Mon souci :
je n'arrive pas à me faire à l'idée de devoir reprendre mon travail, mon patron me propose au pire un licenciement à l'amiable. Ayant déjà eu énormément de soucis à trouver cet emploi et devant payer mon loyer, j'ai peur de me retrouver (encore) cette fois ci sans indemnités et sans pouvoir trouver de travail. (je suis pourtant quelqu'un d'assez qualifié mais depuis avoir passé plus d'une année au chômage sans ressources (limite à crever la faim), je suis totalement perdue.
Je recherche des solutions pour m'en sortir, mais quand on est bourré de médicaments pour dormir, on a un peu du mal à chercher au bon endroit.

:/

merci d'avance.
Afficher la suite 

2 réponses

Répondre au sujet
-1
Utile
1
Bonjour,

Avec le licenciement à l'amiable vous aurez droit au chômage. Seulement, vous toucherez moins d'allocation que votre salaire actuel...

Vous pouvez éventuellement cherche un autre travail (je sais c'est pas facile) mais tentez votre chance.
marylou. 18670 Messages postés vendredi 12 novembre 2010Date d'inscription 27 août 2016 Dernière intervention - 5 avril 2012 à 18:58
hello

très bon conseil .; sachant que le licenciement à l'amiable n'existe pas ...
Commenter la réponse de el
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une