Passage garde alternée - garde exclusive [Fermé]

Signaler
-
 djana -
Bonjour,

Je suis le papa d'une petite fille de 11 ans. Depuis notre divorce il y a 8 ans, nous avons convenu d'une garde alternée avec sa maman. Nous vivons en région parisienne. Cette garde alternée déborde beaucoup et ma fille vient très régulièrement chez moi; sa maman un peu plus abandonniste ne passe pas de vacances avec elle, me demande très régulièrement de la prendre "exceptionnellement" alors que c'est sa semaine, et ne s'occuppe que très peu de ses scéances de GRS (sport 2 fois par semaine).
Je viens de refaire ma vie avec une personne et nous avons décidé de partir nous installer près de Nice, et avons arlé de ce projet à ma fille qui souhaite vivre avec nous. Je souhaiterais connaitre les modalités / les risques d'une demande de modification du système de garde. Est-ce que les enfants de 11 ans sont réellemen écoutés ?

45 réponses

Messages postés
935
Date d'inscription
mercredi 5 mars 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
14 octobre 2019
519
Il ne faut pas être impressionné, dès que je réponds à une question, je reviens sur la lsite des questions non répondues et je choisis les sujet que je connais (j'ai travaillé 15 ans en Cabinet d'Avocat). Voilà c'est pas plus compliqué que cela.

Pour répondre à votre question, il faudrait que vous discutiez sérieusement avec votre fille. Savoir ce qu'elle désire réellement. Soit venir habiter chez vous sois rester chez sa mère. Ensuite, prévenir votre ex du changement de votre situation. Je pense que vous êtes resté en bon termes pour avoir choisi la garde alternée ?

Au cas où votre fille désirerait rester avec vous, faite le savoir à votre ex, expliquez lui es choses calmement et séreinement, mettez vous d'accord, et faites lui savoir que vous vouler passer par le JAF pour que les choses soient bien claires entre vous. Dans ces conditions, si tout le monde est d'accord, vous pourrez tout à fait établir une demande conjointe avec l'aide d'un Avocat (c'est ce que nous avons fait avec mon époux) cela ous coutera beaucoup moins cher en honoraires (ils seront partagés en 2).

Par contre, si votre fille décide de rester chez sa mère. Alors soit ! Prévenez tout de même votre ex de votre prochain départ, dites lui que vous allez saisir le JAF pour définir les conditions de la pension alimentaire, du droit de visite et d'hébergement. En général, si l'une des parties part loin du domicile de l'enfant, comme vous à NICE, vous pouvez demander :

1°) Que les frais de transport soient partager à part égale entre les parties (votre ex paye l'aller et vous le retour, par exemple.

2°) Habitant sur NICE, vous ne pourrez pas prendre votre fille une semaine sur deux, alors dans ce cas, et si vous le demandez, le JAF vous accordera le droit de visite et d'hébergement pour toutes les vacances scolaire, savoir les 12 jours de la Toussaint, les 15 jours de février, les 15 jours de Pâques. Par contre, en ce qui concerne Noël et jour de l'an, rien ne changera, une fois se sera vous à noël et votre ex pour le jour de l'an et l'année prochaine l'inverse. Quant aux grandes vacances, il y aura également toujours un mois chez vous et un mois chez sa mère.

3°) En ce qui concerne vos angoisses quant à l'appréciation du JAF, ne vous inquiétez pas là dessus. Si la demande et faite conjointement, il n'y aura aucune conséquence. Cela arrive très souvent que pour les besoins du travail l'une ou l'autre des parties doit déménager. Idem si la demande est faite séparément. C'est pour votre travail que vous partez ou vous partez pour une quelconque raison, le JAF s'en fout totalement, tant que l'enfant y trouve son équilibre. De plus, elle n'a plus 2 ans mais 11 ans, c'est une adolescente aujourd'hui et cela les juges en tiennent compte.

A vous d'être suffisamment intelligent pour le faire comprendre à votre fille, et d'avoir une discution très sérieuse avec elle au sujet de votre future déménagement.

Mais comme je vous l'ai déjà dit, faites le très très vite. N'attendez pas le dernier moment. Tenez moi au courant,

34
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

droit-finances 24854 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

bonjour rien avoir avec le sujet ,ma copine est partie avec mes deux filles de 3 ans et de 6 mois et elle ne veut pas me les ramener avant le jugement.j ai eu ma fille au telephone qui ma dit qu elle voulait que je vienne la chercher mais sa mere a racrocher duree dappel 15 seconde (je l ai eu au telephone huit jour apres son depart .est ce normal que je n'ai ni telephone ni adresse et auqun renseignement de ou se trouve mes enfants?Elle est partis sans argent ni carte vitale ni carnet de sante nilivret de famille
bonjour,

Je suis la belle mère de deux enfants adorables, jusqu'à il y a peu de temps encore, mais l'incompétence chronique de la mère envers les enfants nous oblige à demander une garde définitive.
La procédure est en cours
Mais étant un réel danger et une personne malsaine ( notre ado est réellement sous mauvaise influence) j 'ai pensé à demander l'autorité parentale exclusive pour le papa bien sûr puisque je ne suis RIEN aux yeux de la justice !
Cette demande se fait-elle souvent ? si oui nos chances d'aboutirent sont de quel ordre ?
merci de vos réponses.
Une belle mère désemparée et extrèmement triste de voir et de constater depuis trois ans déjà les dégats physiques et psychologiques sur les petits.
> olgaline
Bizarre, vous dites que les petits sont adorables mais la mère tres mauvaise...
c'est assez contradictoire!
Et heureusement que les belles mères n'ont pas leur mot à dire sinon on peut aussi demander au boucher...
bonjour, je vais essayer de faire rapide.
voila je suis divorcer depuis 3ans et nous avions convenu mon ex-femme et moi de la garde alterné 1 semaine/1 semaine,
et par la force des choses je vais etre muter à 800 kms de mes enfants...
voila d'un commun accord entre mon ex femme et moi ,nous avons decider a l'amiable de la pension que je lui verserai ainsi que le mode de garde et des vacances..bref nous sommes daccord sur tout.
je suppose que nous devons passez devant le jaf et d'apres ce que j'ai pu lire dans les forums ,étant donné que c'est à l'amiable nous n'avons pas besoins de prendre un avocat..
ma questions est la suivante:
faut-il longtemps pour que le JAF nous convoque ou c'est plutot rapide???
merci d'avance pour votre reponse et à bientot

bonjour Bernymilly,

Je souhaite avoir quelques informations concernant les criteres pour qu'un juge decide de la garde exclusive d'un enfant.

Mon histoire :
J'ai une petite fille d'aujourd'hui 5 ans, qui vie en alternance chez moi et chez sa mère et ceux depuis pres de 1 an.
j'ai refais ma vie il y a 3 ans avec une femme qui a elle aussi une fille du même age que la mienne, les filles s'entendent comme 2 vrai soeurs au point que lorsque ce n'est pas ma semaine la fille de ma compagne est triste au point de pleurer. Actuellement en interim je ne suis jamais resté inactif plus de 2 mois. J'habite un appartement avec 2 chambres, dont une avec un lit superposée et plein d'affaire a ma fille afin de l'accueillir convenablement. Je l'ai inscrite à un club de gym depuis 1 an, elle ne manque jamais de rien, on sort en famille tout les week end, on voyage,....Un vrai a famille !
Chez sa mère elle ne fait rien, sa mere ne travaillant pas ne peut subvenir aux besoins de ses 2 enfants ( elle a un fils d'une relation precedante et est egalement en conflit avec le pere de celui-ci ). Elle change regulierement de petit ami que ma fille appel "les copains de maman", lorsqu'elles doivent sortir ma fille n'a pas de rehausseur dans les vehicules qui l'a transporte, il est même arrivé quel soit dans le box d'une camionnette assise à même le sol pour effectuer 40km de route. Pendant les vacances elles ne sortent pas, arrivé le 22 de chaque mois la mere de ma fille n'a plus un sous pour quoique ce soit et donc termine ses mois avec je ne sais même pas quoi.
Le plus grave le mère de mon bébé, a deja fait 2 ts ( une lorsqu'elle a su que je refaisais ma vie apres 1 an de separation et la deuxieme enfermé dans son appartement avec ma fille a coté d'elle (TS par absorbsion de medicament) c'est dailleurs ma puce qui a prevenu que sa mere etait tombée par terre).
De plus j'ai tres souvent ma fille avec moi car sa mere a toujours des choses a faire et me demande de garder la petite exeptionnelement ( ce qui ne me deplais jamais bien au contraire ).
et depuis 2 semaines j'ai ma fille et ce pendant 8 mois (soit disant pour une formation).

Bref, je suis fatigué de la vie que mene ma fille. elle même souhaite vivre avec moi (mais bon j'en tiens pas trop compte du faite qu'elle n'a que 5 ans et que le contraste confort/finance/aisance ferai pencher la balance en ma faveur aux yeux de n'importe quel enfant).

Je voulais savoir sur quoi se fonde le jugement lors d'une telle demande.
Dois-je faire consulter ma fille par un pédopsy ?
J'ai déjà demandé une enquete sociale pour savoir dans quel condition vivait ma fille mais les enqueteurs m'ont dit qu'il fallait que j'aide la mère qui etait deboussolé. (aller comprendre, je m'inquiete de ma fille on me parle de sa mere qui ne sait pas gérer sa vie mais pas un mot sur mon enfant, ses conditions de vie !) Et cerise sur le gateau j'ai jamais reçu le bilan par ecrit.
que va regarder le juge ?
Mes finances, mon comportement ? me relations de travail ? Mes relations avec ma famille ? Ma compagne et sa fille ?
je ne sais vraiment pas sur quoi ce fondent leur jugement et j'en ai peur.
Car m'on bébé est vouée a un echec scolaire si ele reste sous la coupe de sa mère. Et je met en doute l'education qu'elle lui inculque.

Merci déjà de prendre le temps de lire ce tres long post, et aussi d'y repondre car j'ai vraiment besoin d'aiguillage pour savoir quel comportement je dois adopter face a cette situation que j'imagine insoutenable pour ma petite.

Cdt,

Dj.
Messages postés
935
Date d'inscription
mercredi 5 mars 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
14 octobre 2019
519
Normalement c'est à 12 ans. Mais vous pouvez très bien faire une demande de changement de mode de garde en précisant que c'est à la demande de votre fille.

Avec mon époux, c'est ce que nous avons fait pour sa fille. Prenez un avocat qui fera la demande auprès du JAF et votre ex sera convoquée.

Mais faites le très rapidement. Les JAF sont complètement débordé. Pourquoi attendre votre départ, faites le maintenant, votre ex devra également vous verser une pension pour votre fille. Il faudrait voir quel montant.
> rose c'est la vie
Moi, je ne suis pas étonné par ce genre de réponse: la forme reflète bien souvent le fond. Un peu plus de réflexion, un peu moins de fote d'ortograf...
Un père en résidence alternée depuis 4 ans.
> rose c'est la vie
je trouve votre jugement bien hâtif, que dites vous des mères qui"dépossèdent" les pères de leurs enfants pour aller vivre à l'autre bout du pays, simplement pour nuire,mais surtout en fait pour toucher des pensions alimentaires. Ces femmes qui prétexte faire tout pour le bien de leurs enfants, mais qui n'hésite pas à mettre son sou ses enfant(s) en première place lors de conflit, je pense qu'un enfant est en général très proche de sa maman , mais je pense également que lorsqu'un enfant veut vivre avec son père, c'est qu'il y a forcément quelques raisons, même non évoquées volontairement ou involontairement .
> krys
hé bien lisez l'histoire de PM, édifiante...

Une mère qui dépossède le père d'un enfant ne fait pas vivre son ex dans la terreur. Les pères se vengent et les femmes perverses courent pas les rues !!! Faut arrêter !!!! Elles pensant plus à leurs enfants qu'à leurs exs.

Quand des pères sont disjonctés et veulent faire chier l'autre, hé bien on les laisse faire. La GA leur permet de revendiquer leurs droits sur tout. On est dans la muflerie totale.
> Phiphi
je suis une jeune fille sirieuxe vivi a maroc khenifra age 21 je cherche un omploi com gerder des enfant .femme de menage .repond moi mon msn hasna_3omri@hotmail.fr tele 035586531 mon nom hanan
ton message a retenu mon attention
j'aurais besoin d'une aide pour mes enfants
comment faire?
Attention danger garde alternée, qui ressemble à s'y méprendre à une assignation à résidence déguisée, qui sous couvert de bien être des enfants, partage, équité, oblige des personnes à se côtoyer dans une proximité géographique proprement délétère, rendant toute perspective de reconstruction sereine et savamment dosée de légèreté parce que il en faut un peu pour aimer et se laisser porter et croire encore. Or à quoi et à qui tout ceci profite-t-il ? Mon gamin lui s'en contente et subit les insultes de son père à mon encontre ainsi qu'à mon compagnon... Mais il est petit, il n'a pas trop de recul et son esprit critique est en deveinir, encore bien neuf à présent.
Alors oui, disons garde alternée si on parle entre adultes responsables, raisonnables sans acrimonie et venin mais dans le cas contraire, la garde alternée ne fait qu'entretenir le malaise, la haine, les griefs et tout le reste et ce n'en déplaise aux magistrat, devant les mômes qui n'en peuvent plus, sont tristes, foirent leur scolarité, n'ont pas le choix et subissent, et se retrouvent devant des psy et autres conneries que l'on pourrait épargner aux gamins, car les avocat et les psy à force ben eux ils changent de voitures plus souvent que ceux qui ont une l'audace et le courage d'annoncer leur désaveux dans des vies de couples bancales. Moi mes parents ont divorcés quand j'étais bébé et je suis restée avec ma mère et je voyais régulièrement mon père, encore aujourd'hui et je n'ai jamais eu besoin d'une garde alternée pour aimer l'un et l'autre, comme si l'amour c'était un truc à la semaine, sur commande, réglé comme du papier à musique, du genre ben du 1er au 15 j'aime ma mère et du 15 au 30 j'aime mon père, et les enfants aiment aussi les nouveaux compagnons si ceux ci sont capables des les prendre pour des enfants et non comme le "machin miroir reflet " dis moi qui est le plus beau ton gosse ou le mien, moi je suis prof et des gosses j'en vois toute l'année des adorables comme des pénibles à côté la plus c'est distrayant et pourtant on leur dispense à tous le même savoir, et c'est pareil.
Pour moi la garde alternée c'est de la politique, c'est du pugilat organisé, c'est s'interdire le bonheur aux enfants comme aux adultes; Mon compagnon est doté d'une patience à l'épreuve de la médiocrité et du fiiel belliqueux, ben faut avoir envie et faut aimer sacrément pour accepter ça, les insultes de l'ex conjoint, l'immixtion dans la vie privée, se croiser en ville, et tout le tralala... Non Courage fuyons, pour nos enfants et nous mêmes, les enfants irons bien, rassurez-vous.
bonjour,

je suis tout à fait de votre avis. Je suis la belle mère de 2 enfants depuis plus d'un an. Je constate des troubles du comportement chez eux. Apparemment, ils se contentent de la GA et en sont les victimes. Les situations conflictuelles se multiplient avec l'ex qui de plus s'immisse dans notre vie privée et monte les enfants contre nous. La meilleure des solution pour tout le monde serait qu'elle obtienne la garde exclusive et le papa qui est très attaché à ses enfants 1 we sur 2 et moitiée vacs. Connaissez-vous de la jurisprudence ? : je recherche les motifs et le mode de calcul de pension alimentaire dans ce cas. Je vous remercie pour vos réponses.
bonsoir,je suis maman de deux filles ,1 de douze ans et demie et 7 ans.Je suis séparée depuis 4 ans.Le papa des enfants réhitère sa demande de garde alternée en juin 2007.La première a ete refusée et la juge lui avait conseillé d être plus coopératif!En septembre 2007 l aînée a été entendue par la juge ,elle a exprimé son refus et de plus lui a exprimé son désir de ne plus s y rendre,car elle se sent injustement punie par rapport à la plus petite(peut être 1 cllimat de représailles quant a son refus de la garde alternée)J ai demandé une médiation car il ne me répond même pas au téléphone,depuis 3 ans,et je lui fait souvent part des dates par AR car il nie ce que je peux lui dire au sujet des enfants a l oral.(la juge m a reproché d avoir des soucis de communication moi aussi!!!!!! alors que ma démarche vise à ne pas l exclure des décisions etc....)Enfin ,voilà que le jaf décide d une enquête sociale et j ai très peur pour les enfants:exple:le papa ,le jour d une kermesse a refusé que je donne 1 verre d eau à la plus petite qui était venue me le demander,prétextant que c était son week end.Notre fille s est vu l objet d un tel conflit,et j ai dû rencontrer 1 psy pour elle pendant plusieurs mois car elle avait développé 1 toc,elle se faisait suivre 1 bteille d eau partout...Le papa a plus de cinquante ans ,travaille et vit chez ses parents,et souhaite cette garde pour accroître le clivage et car les enfants chez lui n ont pas le droit de parler de moi,ni de me téléphoner parfois du week end !Tout ce que je souhaite c est que les enfants puissent grandir et se construire avec 1 image de l autre parent positive ,écartée de tout animosité ou rancoeur ex conjugale,et surtout ne pas leur voler leur enfance,tellement importante pour leur devenir d adulte.Peut on dans ce contexte,attribuer 1 garde alternée,le papa disant qu il me dira bonjour le jour ou il l obtiendrait,cité à l audience!Aussi ,la juge doit rendre la décision début Mai PAR COURRIER selon elle,et a parlé d enquête sociale,ne s appuit elle pas sur le compte rendu de l enquête????J ai besoin d y voir plus clair,et je me sens très seule.J oubliais,les enfants n ont pas les mêmes vacances (collège ,15 j et primaire 12j)du coup le papa les prends séparément et ne veux aucun arrangement,c est terrible lors des départs et des arrivées les vacances commencent à devenir de véritables cauchemars!MERCI POUR VOS REPONSES.
Bonjour,

je vous conte la suite de nos aventures, car elles sont intéressantes pour ceux qui hésitent encore à rejeter ou non cette idiotie de garde alternée...

Après un non-lieu sur la levée de garde alternée, nous prenons les mesures nécessaires car nous déménageons dans 2 mois. Donc : médiation + lettres recommandées avec tentatives d'établir un plan à l'amiable avec le père + négociations directes avec les grands parents paternels qui sont de meilleurs interlocuteurs que le père.
1) Le médiateur s'évertue à nous faire culpabiliser de notre départ et brandit le spectre de la défaite au cas où nous fassions appel. Il essaie ainsi de nous fidéliser (et surtout de fidéliser notre chéquier).
2) Le père du petit fait la sourde oreille et ne se manifeste pas, ni ne se rend auprès du médiateur : je rappelle que c'est à des gens aussi irresponsables et obtus que les JAF donnent systématiquement raison.
3) Les grands parents ont manipulé le petit et lui ont obligé à nous raconter la chose suivante, pour qu'on les laisse tranquille : "J'ai demandé à papa si je pouvais partir avec vous et il a dit qu'il était d'accord". Chose qui bien sur n'est jamais arrivée - le petit a fini par l'avouer. Ce dernier continue en effet à vouloir venir vivre avec nous et est conscient qu'il y a un problème grave là-derrière. Ceci-dit, nous ne comprenons pas bien l'attitude des grands parents.

Acculés, nous faisons donc appel, et au prix où ça coûte, c'est quand même malheureux. Mais ça va aller vite :
Au précédent procès, il y a eu vice de procédure car le dossier de la partie adverse ne nous avait pas été remis. Nous l'avons récupéré aujourd'hui, et il est croustillant !!! Attestations d'un barman, de piliers de bar du coin et autres RMIstes, et même d'un gars qu'on voit souvent traîner avec les SDF du quartier (le petit nous les montre parfois en disant : "c'est des amis à papa !"). Nous avons aussi découvert, via une attestation, que la compagne actuelle du père du petit (42 ans) est mineure. De nombreuses attestations sont fausses, et certaines visaient à nous faire passer pour des fous hystériques. Je suis en train de me demander si les JAF lisent les attestations ou s'ils tranchent avant même le début de l'audience, par jurisprudence? Bref : j'ai l'impression que ces gens-là sont des criminels, ils prennent des décisions qu'ils n'appliqueraient même pas pour eux-mêmes. Maintenir les couples dans de telles tensions n'est jamais dans l'intérêt d'un enfant, qui se retrouve plongé dans des crises perpétuelles.

Mon nouveau conjoint, qui a été violemment frappé par le père du petit, a décidé de témoigner de nouveau en ce sens, car il a été hospitalisé une nuit aux urgences après une altercation et en a la preuve formelle. Toutefois, l'avocate nous dit que cela relève de conflits entre adultes... et que le petit n'est donc pas concerné. Mais où va-t-on???
Bonsoir ,

J'ai lu avec intérêt ce que vous vivez ... je vis exactement le même scénario .

Une GA a été prononcée par une JAF tout récemment , en contradiction avec l'enquête sociale qui donnait la résidence chez la mère et qui souligne que le père vise son propre intérêt et non celui des enfants ; alors que je redemandais une garde classique .
Le père , fonctionnaire de police , travaillant de nuit et en 4 nuits , 2 jours de repos pouvait jusque là prendre les enfants sur ses jours de repos ... mais tout cela a vite dégénéré , je n'entre pas dans les détails , c'est compliqué . Il n'y a aucune communication possible . Le père habite à 30 km de chez la mère , travaille de nuit et dort le jour ( les enfants , 5 et 7 ans dont un enfant autiste sont devant la TV quand Mr dort ) , impose des allers-retour fatiguants domicile - école alors que l'aîné est déjà beaucoup sur les routes entre hôpital et école et cela après son travail de nuit ( danger )et quand cela n'arrange pas monsieur , il déscolarise le plus jeune sur les jours où l'aîné n'est pas scolarisé ( intégration scolaire ) ; ne donne pas les traitements médicaux ou double les doses du neuroleptique de l'enfant , insulte la mère , menace de mort le beau-père , utilise sa carte de police pour prendre un des enfants à la sortie de l'école alors que ce n'est pas un jour prévu avec lui , j'en passe et des meilleures ; il y a même eu une main courante qui revient sur sa violence par d'autres policiers qu'il a copieusement insultés ... sa concubine produit des " attestations " diffamantes " , signe les devoirs , signe les recommandés envoyés au père sur le pas de sa porte ( interdit )... et garde les enfants sur son lieu de travail ( travaille jusqu'à 21h ) alors que le père part au travail . Et encore , je ne parle pas de ce que la jaf a dit concernant sa décision , c'est hallucinant !!!

J'ai demandé à passer en appel à date fixe pour rejetter la décision abberante de GA .Nous avons été très étonnés de passer ... environ un mois après la demande d'appel ; bien, sûr , cela va être reporté ... mais il faut garder espoir ; nous avons pris "notre" tour .

Quant à savoir si nous aurons gain de cause , c'est une autre affaire car , en France , dès qu'un père demande une GA ,c'est un saint !! et une mère qui la refuse une mauvaise mère !!!

En plus , il est maintenant mal venu de critiquer les pères sur leur conduite ( violence par exemple ) car une loi toute récente dit que si un des parents " dénigre " l'autre , cela signifie qu'il n'a pas les capacités éducatives à s'occuper de ses enfants ... donc , tout ce qui concerne le comportement de l'autre parent , qu'il soit alcoolique , violent ... n'intéresse pas les juges et peut porter préjudice à celui ou celle qui demande l'appel .

De plus , pour prouver que les enfants vont mal ... c'est une autre histoire ... leur témoignage n'est pas pris en compte par les tribunaux , à part les plus grands ... les psy refusent de produire des certificats médicaux ... quoique pour mon cas , le père a réussi à s'en faire un , de complaisance ... ; les A.S ne se mouillent pas non plus ; l'éducation nationale , n'en parlons même pas . Bref , sortir d'une GA est très difficile , merci Ségolène !!! je n'ai rien contre ce type de garde quand les 2 parents sont d'accord et surtout quand le père se sent rééllement investi ... le père de mes enfants ne s'est découvert une paternité qu'à partir du moment où j'ai refait ma vie et encore plus lorsque ma fille est née .Il a vite compris que la GA sous - entendait qu'il ne paierait plus de PA . Il est surendetté et a essayé d'en jouer déjà dès le 1er jugement pour ne pas la payer ; il a même eu une procédure de retrait directement sur salaire ... Mais cela , les juges s'en balancent . Mais il y a de quoi se demander comment ce genre d'individu peut gérer à terme les allocations d'un enfant handicapé ? !

Ce serait d'ailleurs intéressant d'engager une conversation sur le cas de GA avec des enfants malades ... et voir aussi pourquoi la GA a été refusée finalement en appel ... .
moi pour ce que j'en vis, la justice en France, tout comme la police d'ailleurs, ne s'embarrasse pas de nos états d'âme et encore moins de ceux de nos enfants. Ils appliquent la loi et la jurisprudence (sachant qu'ils ne prendraient même pas ces décisions pour eux-mêmes), et entretiennent des situations de conflit et des sentiments de culpabilité : pour l'enfant, voir régulièrement ses deux parents est plus important que l'un des deux soit poussé à la déprime perpétuelle et aux actes violents de l'ex-mari. Bref : il suffit qu'un seul parent veuille la garde alternée et le juge la lui donne avec le sourire. L'ennui c'est que c'est presque impossible de s'en dépêtrer ensuite : c'est un piège à andouilles, un boulet de Sysiphe par excellence : tout n'est plus que sacrifice, à en dégoûter les éventuels nouveaux conjoints arrivant dans votre vie d'avoir à leur tour des enfants avec vous ! La garde alternée, c'est l'assurance de votre ex de pouvoir surveiller votre vie et de vous assurer que vous ne vous reconstruirez pas sans son bon vouloir, sa signature et son consentement express. Résistez, ne cédez jamais au gardes alternées, c'est un enfermement, et une punition aux femmes d'avoir eu l'audace de quitter leurs hommes. La voie mono parentale est la plus pratique pour refaire sa vie chacun de son côté. Nous avons essayé de lever la garde alternée qui plane sur nous - comment en parler autrement que comme une épée de Damoclès? (vous allez me croire très Grèce Classique !) - à l'audience, voyant les tensions, le juge avait promis l'enquête sociale, car le conflit nécessitait le retrait de la garde alternée... mais sur le papier jugement, rien de tout celà !!! Tout a été débouté, alors attention, les promesses des magistrats sont les mêmes que celles de nos dirigeants : démagogues et mensongères. Préparez vous psychologiquement car c'est vous qui passez pour la méchante, et le papier que vous allez recevoir sera surement un torchon où tout aura été écrit pour justifier la décision du juge : c'est anxiogène, ordurier, et ça fait plus de mal que ça n'aide les gens à vivre ce qui leur est imposé.

NOTE : la suite de notre histoire : ce n'est pas l'avocate qui avait omis de nous transmettre le dossier de la partie adverse, mais la partie adverse elle-même. Ce vice de procédure pourrait leur coûter cher en appel. Toutefois, nous commençons à croire que le père va accepter que son gamin vive avec nous après notre déménagement, au vu de ce qu'il lui a dit. Ne pas payer de pension alimentaire était au fond le seul véritable motif de tout ce déchirement (pognon quand tu nous tiens ! Nous avions demandé une somme symbolique de 50 euros par mois). Gonflé à bloc en tant que père modèle par sa victoire au procès, va-t-il assumer son rôle jusqu'au bout? La suite dans le prochain épisode !
Quelle incompétence des magistrats dans ce pays !!! Je suis sidéré par ce que je lis et comment, au nom de la morale et de principes ethniques bien français on peut en arriver là. On pourrait être tenté de faire justice soi-même mais non : on essaie d'être fair-play, de faire tout ce qu'il faut dans les règles, parmi des avocats véreux qui nous traitent comme des vaches à lait, on perd beaucoup d'argent, d'énergie surtout et d'estime de soi dans le processus. Les pourris se sentent toujours valorisés par la moindre victoire et même s'ils perdent, ils restent pourris et ne peuvent jamais tomber plus bas - donc ils n'ont rien à perdre.

Ma propre mère et son conjoint sont en procès depuis 3 ans pour des histoires professionnelles monstrueuses que je ne préfère pas conter en détails, mais on les accuse de harcèlement sexuel et détournements de fonds dans leur entreprise, sous prétexte que son compagnon a un poste à responsabilité et que ça gène. Avec le temps, les retours en appel incessants, les procédures coûteuses... toute la famille s'est lassé de les soutenir. Tous finissent par croire qu'elle est coupable de ce qui lui arrive et attendent la décision de la justice pour voir si oui ou non elle avait "raison" ou non. En attendant, depuis 3 ans, ils n'ont pas de revenus et doivent louer leur maison l'été (en attendant ils sont à la rue !!!). Bref je n'en dis pas plus car on s'éloigne du sujet, mais maintenant que je lutte pour casser une garde alternée débile, je comprends ce qu'elle a du ressentir, l'incompréhension, la frustration de ne pas être entendu et de passer pour le pourri de service. La justice fait un mal fou aux petites gens.
Il est peut-être temps de responsabiliser un peu les médiateurs, qui sont souvent à l'origine des compromis invivables que constituent les gardes alternées. Dans notre cas, le médiateur est visiblement du côté du père, et surtout de son portefeuille. Pas en tous cas de celui de de l'enfant. Je veux que ce qui se passe se sache, pour que d'autres se rendent compte par eux-mêmes et évitent de se retrouver dans une prison. Car chez les médiateurs, il n'y a que les pigeons désireux d'être "dans les règles" qui y vont, et c'est ceux-là qu'on plume jusqu'au bout.

Comme vous allez pouvoir le juger vous-même avec l'extrait audio ci-joint, le type a dû fumer de l'herbe avec le père de mon fils : sur la bande, on croirait entendre un adolescent attardé qui essaie de réconcilier ses deux copains de classe dans la cour de récréation du lycée.

Si vous avez suivi l'histoire, nous faisons appel d'un maintien de garde alternée car nous quittons la région dans un mois et demi. La garde alternée n'ayant pas été levée par une juge un peu trop coincée et favorable au père, il nous fallait nous arranger nous-mêmes auprès du père, qui s'est décidé à rencontrer le médiateur au dernier moment, mais qui n'a jamais répondu à nos lettres et continue de nous insulter et de nous menacer de mort - surtout mon conjoint - par l'intermédiaire du petit.
Le médiateur refuse d'entendre que le père m'a moi-même frappée devant le petit et qu'il a envoyé mon conjoint aux urgences dans une superbe crise de "paternite" aigüe - tout ça passera preuves à l'appui pendant l'appel. On dirait qu'il est impossible d'envisager aux médiateurs, dans leur élan de sympathie pour ces gens - pères ou mères - qui se posent en victimes magnifiques, que si quelqu'un qui est parti pour causes de violences il ne souhaite plus adresser la parole à l'autre. Il y a 5 ans, lors de la première médiation, nous n'avions déjà rien à nous dire, et toute conversation était stérile - à la grande joie du médiateur qui alignait les zéros sur son chéquier (le père n'est pas solvable car n'a jamais travaillé de sa vie, j'ai tout payé... et cédé à la garde alternée). Question attitude, le père était parfait devant le médiateur et à peine sorti de la salle, c'était les insultes (je ne cite pas c'est inutile) et des menaces au poing levé. Revivre ça? Non merci !!! Alors on va se faire des médiations tous les 5 ans parce que ça ne va pas? Mais ça n'ira plus jamais entre nous mes pauvres, quand un couple est séparé, ne faites pas tout pour le réunir à nouveau ! On à le droit de continuer sa vie autrement !

Bref : dans le message audio que vous allez entendre, le médiateur annonce qu'il me faut rencontrer le père... et pour ce faire, il brandit expressément la menace que je perde la garde de mon enfant en faisant appel, puisque c'est moi qui ai fait le choix de partir. Comment pourrait-on qualifier cela, sinon d'abject? Y'a-t-il plus bas dans l'échelle de la félonie lorsqu'on dit cela à une mère? Pour assurer ses fins de mois ce monsieur me rappelle gentiment que je me suis exposé à perdre ce que j'ai de plus précieux au monde, parce que j'ai le malheur de vouloir être libre, mais il a malheureusement raison puisque la jurisprudence se base sur l'imbécilité suivante : " c'est vous qui partez, c'est vous qui assumez" donc il faudrait rester et baisser son pantalon... Ce que j'entends dans ce message, c'est exactement du même niveau que le père et que tous ces hommes qui abusent de la garde alternée pour assujettir à résidence : le ton doux et endormi de ce médiateur ne cache pas la vérité : "je ne te laisserai jamais vivre tranquille", "je ferai tout pour t'empêcher de partir","si tu bouges un sourcil, tu perdras ton gamin"... combien de fois j'ai entendu ça de la bouche du père? Je ne le compte plus.

Les message audio est à l'adresse suivante : supprimé par la modération

Moralité : ces gens là, sous couvert de bonnes intentions, pratiquent un clientélisme, forcent à la consommation et sont bien bien bien pourris dans l'âme. J'ai élevé seule mon enfant et ai tout assuré financièrement, la garde alternée n'a fait que à protéger le père qui n'a jamais fait d'efforts, s'est contenté de toucher les demi-parts et la CAF (il n'a jamais bossé, je le répète) et pire, bousille le peu que je fais avec mon gosse. ET MAINTENANT J'ENTENDS CA SUR REPONDEUR? Alors je veux que ça se sache.
Bonjour pm ,

Je vois comment nous sommes toutes en souffrance dans cette histoire de GA .

Il y a tant à dire sur les médiateurs . Il est vrai qu'ils ( ou elles ) sont là pour nous faire " cracher" du fric .

Je ne relate pas mon expérience pour le moment car moi , j'ai refusé cette médiation . Cela a très certainement été mal vu par le JAF qui sont très vexés quand un des parents refuse ... mais passons ... .

Par contre , il existe aussi des médiations ( gratuites ) organisées par les caf ... mais cela n'a rien de " judiciaire" certes ...

Cependant , quand vous acceptez d'entrer dans ce système ... surtout quand il s'agit de GA .... c'est comme si vous l'aviez déjà accepté ... alors , attention !!! J'expliquerai plus tard comment la mienne s'est passée ... hallucinant !!!

Courage ... tout ce que vous vivez ( violences ) ; je le vis aussi ... et je suis solidaire de votre colère .
Merci beaucoup pour votre message.

hier soir mon fils est revenu de 5 jours chez son père. Il m'a dit qu'il avait encore insisté pour le convaincre de partir vivre avec nous. Mais le père refus d'entendre. Mon fils, au courant de la procédure, m'a alors dit "Ben si tu gagnes, je viendrai vivre à la montagne avec vous... mais si tu perds, il sera temps de se dire adieu". A sept ans, ça fait bizarre.
Cela n'est jamais simple . Mon fils aîné , souffrant de troubles autistiques ( suivi depuis ses 2 ans, refusé à l'école dans un premier temps , viré de chez sa nounou , de la garderie ... saccageant la classe de rage ... ) ,7 ans et demi profite pour resortir ce qu'il entend chez son père ... récemment , lui refusant ( pour la énième fois) un jouet dans un supermarché ( c'est un enfant-tyran ... cela c'était calmé ... mais la Ga a tout bousillé ) ) ... il m'a répondu que je ne lui donnais pas de cadeau car je n'aime pas les enfants !Je vous dis pas l'association d'idées!!!Je ne parle pas non plus des insultes qu'il répète ...

Il fait ce qu'il veut chez son père ; l'enquêtrice sociale a même parlé de "privilèges" ... et il faut sans cesse le recadrer . Il n'obeît plus ; il peut être très violent aussi notamment avec les autre enfants ( sous neuroléptique) ... le père est même allé avec lui au commissariat pour lui faire dire qu'il ne voulait pas aller chez sa mère ( il avait 6 ans ) ... bel exemple de manipulation et limite sap !!! il dit à l'école que je ne l'aime plus et que je veux plus de lui !!! bref , il est sans cesse manipulé ; le second , 5 ans , ( le père s'en fout pas mal et ne s'en occupe pas ) nous a dit au bout de la 1ère semaine de Ga ; de retour chez le père ... "ça va ,vous vous amusez bien , sans nous !!" Il parle de son père qui le "secoue" ( je l'ai vu faire par le passé ) , s'isole à l'école , lui qui est très extraverti ... Il souffre de ne pas voir sa petite soeur ... Bref , il est aussi suivi par un psy ... et de 2 !!!

La GA est une absurdité dans mon cas . Cela ne fait que du mal aux enfants ...
Bonjour, benimilly, j'ai une question à vous poser car les choses se corsent...

Ce matin un clerc assermenté m'a donné une assignation en référé devant le JAF pour le 6 juin. Le père a donc décidé de saisir le JAF en urgence pour obtenir la résidence principale du petit, avec une pension alimentaire grassouillette, et des arguments en sa faveur assez raides, la plupart horribles à mon encontre, et même un qui est facile à démonter, tellement il est stupide : celui comme quoi je connaissais ma mutation en janvier, lors du procès, et que je ne l'avais pas dit volontairement - absurdité, puisque les résultats académiques des mutations tombent chaque année en mars, et les résultats définitifs fin juin...

Le dossier va certainement passer devant la même JAF, qui est clairement en faveur du père. Elle donnera donc la garde au père sans nous écouter. Par ailleurs, l'appel de la première décision est en cours. Je n'arrive pas à joindre mon avocate et sa secrétaire ne sait pas si dans ce cas là il faut plaider aux deux : elle attend de recevoir le papier. Que peut-il se passer dans ce cas-là? N'y aura-il qu'un seul procès? Faudra-t-il faire appel deux fois (je ne doute pas que la JAF donnera raison au père une fois de plus)?
Mon fils, 7 ans, renouvelle sa demande sans arrêt auprès du père et auprès de moi de venir avec nous. Son père l'engueule. Au vu des demandes de pension alimentaire, on a bien compris de quoi il en retourne. Pourquoi sont-ce toujours les femmes qu'on fait passer pour des vampires à fric? Je n'ai pas demandé de pension alimentaire, en aucun cas, sachant que le père est insolvable, et on a déjà retourné cet argument contre moi. La jurisprudence dans ces cas là maintient l'enfant dans son cadre habituel...
Messages postés
935
Date d'inscription
mercredi 5 mars 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
14 octobre 2019
519
Il y a 2 dossiers bien distinct, celui de l'appel pour la 1ère décision du JAF, et celui de l'assignation en référé. Il faudra que votre avocate, lors de l'audience du 06 juin précise, que les demande de votre ex, ont déjà été faite en premier instance au fond et qu'une procédure devant la cour d'appel est en cours. Bref, elle connait son affaire.

Si malgré tout la décision en référé vous donne tort, vous aurez également la possibilité de faire appel de cette décision. Bref, c'est une affaire qui ne fera que tourner en rond. Par ailleurs, avec l'aide de votre avocate, à vous de contrer votre ex sur ces dires, surtout au sujet de votre mutation, et de démontrer qu'en janvier vous ne pouviez être déjà au courant de votre futur mutation. Apporter les preuves de vos dires.
Aïe... Encore une qui s'est mise dans la m. de son plein gré.

Comme quoi même entre parents intelligents (et consentants) ça finit aussi par devenir un calvaire.

Sans être pessimiste, vous allez au devant de gros ennuis : une procédure juridique de levée de GA est longue, chère et moralement rédhibitoire, car elle envenime les relations entre les exs et les enfants en souffrent directement. Mais c'est à mes yeux un combat noble et important, qu'il faudrait porter à plus grande échelle, à titre préventif.

Alors que vous auriez besoin de couper les ponts (le syndrome du téléphone en est la preuve formelle) vous êtes maintenue dans une relation à la petite semaine avec votre ex. Ca vous faisait peut-être du bien pendant que vous étiez encore seuls, pour franchir le pas, mais quand on refait sa vie ça devient une vraie entrave !!! A ceux et celles qui liront ceci, on ne le lira jamais assez : n'acceptez pas les Gardes Alternées !!! Les pères bafoués continueront à se poser en pères bafoués, Garde Alternée ou pas.

Sachez que les Juges aux Affaires Familiales n'ont aucune complaisance avec les gens comme vous (et comme nous) qui veulent vivre tranquilles : la loi c'est la loi, remettre une GA en cause, c'est parfois mal vu, suivant les juges et les tribunaux. Il faut compter une première instance qui vous sera sans doute défavorable SAUF si le père est ok pour lever la garde (alors il n'y a même pas besoin d'avocat, on peut saisir un Juge aux Affaires Familiales) - et après il faut faire prèsque systématiquement appel - là on augmente ses chances sans être sur à 100%.
Ca fait donc très cher, car il faut payer deux fois. Par ailleurs il faut un bon dossier et des preuves matérielles, ou pléthore d'attestations. C'est là le plus dur. Ne jamais dénigrer l'autre parent (ou on est tout de suite en tort), se concentrer sur le mal être de l'enfant (attestations disant qu'il va mal). Mais pour nous la JAF a été claire : on ne lève pas la GA - malgré le profil hallucinant d'un ex conjoint violent, alcoolique avéré, vivant avec une compagne mineure, comme c'est le cas pour nous. DONC : en première instance, attention aux surprises : on va tout faire pour vous plomber et ça fait mal à l'estime de soi de se faire entendre que vous êtes un méchant... Tout ça alors que c'est vous qui vous bougez le c.l, c'est vous qui vous exposez à l'adversité, et videz votre portefeuille pour l'harmonie familiale - ceci n'étant pas une garantie d'être entendu. On a souvent l'impression que les JAF croient qu'on fait ça par embourgeoisement, entre deux tasses de thé, allez hop, un petit procès pour le moindre pet de travers - un peu comme eux le font, finalement, entre deux parties de golf et tours en Mercédes... un petit procès !

Une GA ne se lève pas comme ça, comme c'est le flou artistique et juridique, les JAF préfèrent ne rien toucher, du moment qu'il y a distance respectable entre les parents. Si vous quittez la région (ce qui est souhaitable) le risque de perdre vos enfants est réel !

Maintenant, éthiquement, qu'est-ce que celà veut dire? J'ai vu sur le web de nombreux pères qui se posent en pères bafoués, tenant un discours de femme sur leurs enfants (on dirait que ce sont eux qui les ont portés pendant 9 mois) et surtout haïssant les familles recomposées - ce qu'on peut comprendre d'ailleurs. Ces nouveaux pères accusent leurs exs de se remettre en couple et pour eux les nouveaux concubins sont le diable en personne - mais eux, ils ont le droit de se remettre avec une nouvelle compagne, par contre... Allez voir celui-là : http://injustice.over-blog.org.over-blog.com/

Sinon pour laisser un témoignage sur les injustices aux affaires familiales (allez voir il y a pas mal d'infos) :

http://injustice-affamiliales.blogspot.com/
bonjour,

nous sommes dans le même cas de figure que Phiphi, avec le père. En cas de rejet de nos propositions, nous allons faire appel.
Bonjour , voila je soufre depuis Mai 2005, Ma femme a dépose une plainte contre moi devant le JAF , Motif: Violences conjugal , Kidnapping des enfants vers l'Algérie.
résultat, Je suis Condamné avant que je passe devant le Juge pénal, quitté mon appartement que je suis propriétaire,j'ai pas la garde de mes filles, je dois versais une pension alimentaire pour mes enfants, la total...
J'ai toujours réclame mon innocence que je n'est jamais frappé mon épouse, c'était le contraire j'ai des certificats Médicaux du Médecin légiste de l'hôpital, qui indique que c'est moi la victime.coup de couteau, fourchette, ect...
après enquête de la police Spécialisé en Violences Conjugal Monsieur le procureur a classe le Dossier sans suite en Novembre 2005 et moi je suis condamné provisoirement en Juin 2005 avant l'enquête, suite a cela ma femme décide de place ma grande fille au Foyer elle accuse ma grande fille de violence envers sa mère résulta , ma fille se trouve dans un foyer avec des enfants drogués, délinquants,......
Puisque violence conjugal ne tiens pas la route il faut trouve autre choses,j'ai vu le Juge qui a donne l'ordonnance dans une conférence public sur le droit de de la famille, nous avons eu un grand débat devant une grande salle , mais le juge ne se rappel plus de moi, a la fin de deux heures de débat il se rappel du Prénom de ma fille il ma pose une question, ce n'est pas par hasard le juge en question, je lui répond oui Monsieur le juge ,Vous être le Juge en question il avait un Silence glacial a la salle, et le soupire des travailleurs sociaux présent aux débat, il me demande des excuses et les nouvelles de mes filles; ( car depuis sa décision je n'est jamais vu mes filles ) malgré son ordonnance de Juin 2005 ,il me dit qu'il va arrangé ça finalement non il se Décésie du dossier pour le motif quand c'est vu hors audience malgré la conférence étais public, il y a un autre juge qui a pris l'affaire il refait tout a Zéro mais les mesures injustes qui a pris le juge en question il sont toujours d'actualité, j'étais reçu par ce juge a ma demande pour avoir des explications, il me demande les nouvelles de mes filles,il me présente ces excuses, si vous étiez a ma place , ume femme qui pleure, qui demande de l'aide.......
je lui dit répondu je fait la meme chose mais j'attend l'enquet et la suite des choses, a la fin il découvre les monsange de ma femme,le disfonctionnement de la justice, je suis trouve un SDF , j'ai perdu mon Commerce, j'ai perdu confiance a la justice, j'ai tout perdu a cause d'un Juge. ( Il y a la Discrémination Judicaire ) pour la justice un Maghrébin il coupable , je suis condamné a cause de mon origine. je ne peut rien réclame a la justice une Condamdanation provisoire , ont protège le laucal mieux que le national ce histoire se passe en Alsace, a la Capital du Droit de l'homme. a vous de juge mes Excuses pour l'hortographe.
Bjr,

nous venons de passer devant le JAF à ma demande pour une faire cesser la garde alternée et passer en garde exclusive.
Le JAF nous a debouté tous les deux, et laisser ce mode de garde.Or mon ex compagne à saisi la cour d'appel de Versailles pour faire appel.Elle veut demenager dans le 19 rejoindre son compganon, à qui on a enlevé ses enfants car il est alcoolique.J'habite en face de l'ecole.
Quelle chance pour qu'elle gagne appel ? Deplus je suis obligé de me faire assiter par un avoué ou avocat, ce qui a un gout non negligable et non prévu.Risque t elle de s'enfoncer encore plus et de perdre definitivement ?
Que me conseillez vous ?
Bonjour, je vais vous répondre, mais avec réserve.

Il semblerait que dans ce genre de cas, la garde soit confiée à la personne qui reste dans la cadre de vie de l'enfant, qui est, selon les juges, plus sécurisant, mais au fond, demeure pure démagogie. Ceci a en tout cas fait jurisprudence, mais pas dans tous les tribunaux. C'est un peu la loterie, du moins ça l'est avec les Juges aux affaires familiales. En revanche, en appel, je ne sais pas comment ça se passe : il s'agit sans doute, comme on l'a dit plus haut, de magistrats plus compétents et moins à cheval sur des idéologies, plus enclins à consulter des spécialistes, psychologues, à écouter les enfants, demander des enquêtes sociales... les JAF tranchant davantage à la tête du client et ne s'embarrassant pas des états d'âme ou des souffrances du monde : c'est la loi avant tout. En appel cette dame a donc ses chances. Si vous saisissez un JAF avant elle, vous aurez certainement la garde grâce à cette jurisprudence. Mais faites-le en accord avec vos enfants ou vous allez les détruire. Soyez intègre avec vous-même : je doute, pour avoir vécu des ruptures souvent dans ma vie, qu'un homme en soit capable sans distance et longueur de temps.

J'ai vu sur le net de nombreuses personnes qui ont eu la garde arbitrairement car ils restaient dans la région alors que le ou la conjointe partait, malgré attestations de psychologues, violences, etc. On oublie que les procédures sont chères et qu'on ne fait pas des demandes juste pour s'amuser. C'est que ces juges sont certainement très bien payés, ne parlons pas des avocats...
Il y a un mois, une jeune femme a du abandonner le projet de partir rejoindre son conjoint, à cause d'une décision de justice qui maintenaient les enfants sur place. On ne le répètera jamais assez : les JAF sont des charognes. La justice est un copieux charnier.

Bonsoir berny,

J'aimerais avoir votre avis sur une situation particulière.

Je me suis séparée du père de mon enfant depuis 3 ans bientôt et il y a eu un jugement. Lors de celui-ci, j'avais saisi le JAF et je demandais à ce que l'enfant ait sa résidence chez moi, mais son père s'y était opposé et avait demandé une RA sur sa proposition de venir s'installer plus près de ma résidence. Elle lui a finalement été accordée et elle s'effectue depuis sur le principe : semaine chez maman, we chez papa et partage des vacances. Les trajets sont partagés par moitié, et le père verse une pension alimentaire pour l'enfant étant donné que nos revenus ne sont pas équivalents.

Or, le père vient de m'annoncer qu'il quitte son appartement situé à 20 kms de ma commune pour aller s'installer avec sa nouvelle compagne, récemment maman, à 150 kms de la résidence de l'enfant, et de son école. Il prétend m'imposer des allers/retours tous les dimanches pour récupérer l'enfant chez lui comme cela est stipulé dans le jugement alors nous appliquions l'inverse depuis que nous avions constaté que l'enfant souffrait d'être arraché du domicile de l'autre parent quand le premier venait l'y chercher.

Si l'application de ce jugement était possible tant qu'il habitait à 20 kms, peut-il l'être encore à 150 kms ? Ou faudrait-il changer le mode de résidence ? cela pourrait-il se faire avec une médiation ? Ou faudra-t-il absolument passer par le JAF ? Je ne suis pas pour un changement qui serait déstabilisant pour l'enfant, mais je crains qu'il n'y ait pas le choix... Qu'en est-il vraiment ?

Je vous remercie de répondre assez vite, j'ai un rendez-vous pour une médiation dans les prochains jours
Bonsoir ,

Encore un exemple qui montre que la Ga ou Ra si vous voulez fige tout ; pas de possibilté de muter , de déménager , de refaire sa vie sereinement .

Bref , il est clair que vous n'allez pas faire tous ces km et l'enfant non plus !! vous imaginez !!! ça rime à quoi ?

Pourquoi pas la médiation si votre ex et vous avez un minimum d'entente; cela permettra de fixer les choses et peut-être trouver un autre rythme d'alternance. mais j'ai cru lire le mot "imposer" ... ça n'a pas l'air sur .

Réfléchissez à une solution qui vous convienne et essayez de voir ce que veut vraiment votre ex ; avec une nouvelle famille , il pourrait bien tirer la couverture à lui .Préparez bien tout ce que voulez dire sur papier .

C'est vrai que les JAF aiment quand il y a accord , essayez d'y arriver ... sinon , saisissez ; il va vite y avoir conflit et au pls ça dégénère , au plus ça se complique .

Courage
Bonsoir,

Devant le risque que je perde la garde de mon enfant, nous avons fait une pétition et rassemblé presque 100 signatures dans mon établissement d'exercice en une journée. Nous avons transmis la pétition à l'avocate et sensibilisé de nombreuses personnes. Nous nous sommes rendus-compte que l'intégralité des professeurs de lycée ignorent le principe même de résidence alternée.

Pour nous, il y a de l'espoir : notre demande d'appel a eu lieu avant le référé de la partie adverse et l'appel est donc prioritaire. A présent je comprends mieux pourquoi les grands parents paternels ont fait mentir le petit en disant que "papa est d'accord" avec nos propositions : pour gagner du temps et nous avoir en douce !!!

Cependant, notre avocate a été claire : si nous allons et plaidons au référé le 6 avril, la JAF donnera la garde au père sous prétexte que nous déménageons : cette JAF est pro garde alternée et trouve suspect tout individu qui n'est pas d'accord avec elle. C'est un abus de pouvoir et en tant qu'enseignante, cela me touche beaucoup. En effet, d'un côté les profs ne sont pas contrôlés par ce qu'ils font en classe et sont 100% souverains dans leurs décisions, notamment de sanction. Or, aujourd'hui, si un prof est trop frontal, les élèves se rebiffent car ils ont perdu le respect de l'autorité : on ne verra jamais débarquer la police pour insulte à professeur, car cela est devenu trop courant. Par ailleurs, les associations de parents ainsi que l'administration donnent toujours finalement raison à l'élève, qui est le "client" et centre du système éducatif. Un prof a donc tout intérêt à être équitable et conciliant, et à ne pas trop "juger selon la gueule" : les élèves fonctionnent à l'affect...

Bref... Ceci dit notre avocate nous a conté une histoire de Garde Alternée cassée en première instance en faveur de la mère, qui partait dans un autre département. Mais le père était par contre quelqu'un de correct et de respectueux. Pas comme avec nous...
Bonsoir pm,

Je ne suis pas complétement d'accord avec toi concernant "l'élève - client" et le prof"tout puissant" ; mais bon , tu bosses en lep , si j'ai bien compris et ce n'est pas tous les jours rose . Par contre , d'accord pour l'affect ; même les pires , en grattant un peu ne sont que des enfants .

Par contre , je salue ton initiative de pétition . Tb idée ...Pourvu que ta pugnacité soit récompensée et ton petit enfin apaisé .

Vu le nombre de messages concernant le thème ; il faudra bientôt monter une asso ou encore un comité de soutien ...
Cette semaine , ça a été RDV au conseil de l'ordre des médecins pour porter plainte contre un certificat médical de complaisance produit devant le jaf ( le jour même de l'audience d'ailleurs ) qui m'a été bien défavorable ...

Et depuis le début de la semaine , je me bats avec la CAF concernant le partage des allocations familiales : je résume :quand le père le demande , il doit remplir un imprimé où doit être signifié l'accord ou le désaccord de la mère ... si il y a accord , le partage se fait ; si il y désaccord , le partage se fait aussi ... logique , non ?

Alors le père , toujours dans sa vengeance ( 5 ans que ça dure ) est passé par sa propre caf ( je n'ai rien signé , ni vu, le père ayant coché de suite la case désaccord ) ) ,qui a envoyé sa décision de lui payer sa part d'AF à ma CAF ... j'ai ( après maintes négociations ) eu ce papier : pas de nom ,aucune signature de la personne qui l'a envoyé ... erreur sur la date de naissance des enfants ( qui sont devenus jumeaux !!!) ... bref , c'est louche ; Mr a quelqu'un dans la place ( que je connais ) ...

Et ne parlons pas du calcul de la caf ... et de sa notion de personne à charge ... !!

J'ai été sucrée de 92.40 euros ( 1/3 des allocations pour 3 enfants ... 2 en GA et une bien à nous ) ... tandis que Mr devient allocataire ... car sa concubine a un enfant ( pas le sien ) ... donc il perçoit la même chose que moi !!!

Elle doit être contente , puisqu'avant , elle ne touchait rien ... c'est tout bénéf pour ce ménage surrendetté ; d'ailleurs, les 2 s'en vantent auprès des enfants en disant que papa achète les habits avec les sous de maman ( véridique) .

Mr n'a plus à payer de PA ...

Le niveau de vie de mes enfants a bien baissé , non ? Les alloc ne servant en fait qu'à payer leur dettes ... .

On me répond ; c'est la loi ... vous savez , celle de 2007 , qui se disait égalitaire ... il faut réagir ... moi je vais écrire aux responsables des 2 CAF . et , pourquoi pas aller en commission de conciliation ;mais il faut tous le faire car , dans les faits, l'application de cette loi fait qu'elle est arbitraire et appauvrit les mères ( donc les enfants ) ... et ils veulent un partage en 2 de toutes les allocations ... Moi qui ait un enfant handicapé ... pauvre gosse!!

Quelle idée d'accorder une GA en cas de conflit parental aussi fort !! ridicule . Et dire que cette JAF a sûrement fait plus d'études que moi ... comme quoi on peut être cultivé et con ...


J'ai aussi appris qu'il ne fallait pas fournir de justificatifs à la CAF quand il y avait modification dans la famille et qu'une simple lettre suffisait pour les prévenir ... pas étonnant qu'elle croule , comme la SS ... . Vive les fausses déclarations !!!

Mon médecin m'a donné quelques jours car je suis à bout .

Vivement l'appel , en principe le 12 juin ... espérons que les 3 juges qui vont s'occuper de notre affaire seront enfin clairvoyants parce que les décision de JAF ; merci ... il faudrait en faire un livre ...

Un dernier exemple : une jaf a décidé ... alors que le père avait frappé ses enfants dès la première fois qu'il les avait pris après son divorce ( 1er jugement ) , placé en garde à vue , s'est vu accorder un droit de visite dans un lieu de rencontre sous surveillance ( normal) . Il a frappé aussi la mère à plusieurs reprises dont encore une fois début de semaine ... Bref , la jaf a décidé que la mère devait l'héberger le mois où il a les enfants pour les grandes vacances .

Elle est peut-être " mutée " aux assises et a pris ce "couple" comme cobaye pour sa première affaire ??? ! ( ironie macabre) .

Courage ...
Ils vont pas bien aux affaires familiales... C'est consternant. Alors croiser un JAF sur son chemin est synonyme de profond malheur??? Pourquoi ce maintien forcé des couples séparés?

Je suis d'accord pour travailler dans un but associatif ou de rédaction d'un livre (il en existe un : "Le Livre noir de la GA" allez voir sur Sisyphe.org). J'ai déjà été contactée par une personne qui travaille là-dessus mais pas de nouvelles depuis une semaine.
Quant aux médias, on peut les oublier... Il leur en faut plus que ça pour bouger. Pas facile comme projet mais à mon avis indispensable, nécessaire, vital. Je le répète : au lycée, à part une femme de ménage, personne n'avait eu vent de ce nouveau système de garde. Qu'est-ce qu'il fait froid, en France, dans les familles...
Vous pouvez demander une garde alternée à une JAF mais sur ce forum, on l'a assez dit : c'est quand même de la m..de pour pouvoir se reconstruire après. De plus cela répond à des critères précis (distance, etc) qu'il faut méditer. Votre ex est un peu excessive mais vu ce qui se passe et ce qu'on raconte ici, je peux la comprendre !!!

4 mois ça fait un peu court pour faire son deuil d'une relation... Mon conseil ne regarde que moi... mais évitez de faire une démarche qui vous rapproche à nouveau de cette vie passée avec cette femme. Il faut passer à autre chose. Le problème de ces médiations et gardes alternées et qu'elles forcent à renouer - même un peu - avec les exs. Chose idiote, qui ne marche que dans les séries télé genre "Friends" ou tout le monde il est beau éduqué et gentil.

Maintenant, engager une démarche judiciaire est toujours risqué et corrompt les relations humaines très très vite. Mieux vaut trouver accord à l'amiable. Sinon c'est parti pour de longs et coûteux rendez-vous chez l'avocat...
Quant à la situation précaire de votre ex, elle peut changer : si ça ne fait que 4 mois que vous vous êtes séparés, elle va bientôt se retourner et commencer une nouvelle vie. Je pense que le plus sage est de laisser faire. Mais comme je le dis, ça n'engage que moi. C'est tellement humain pour un homme de vouloir se mêler de la vie d'une ex, de vouloir tout savoir de ce qu'elle fait. Mais une séparation n'est facile pour personne, même si une femme va refaire sa vie plus vite qu'un homme.
bonjour je suis maman de 4 enfants dont ma premiere fille vie chez son pere.nous sommes passer devant le jaf en fevrier 2002 et il a obtenu la garde de la petite.il y a deux ans maintenant ma fille agee de 7 ans et demi me demande de venir chez moi une semaine sur deux.son pere refuse pour motif qu il ne la veras plus.lors qu on habite a 10min l un de l autre et quelle est inscrite dans la meme ecole que sa soeur.il ma cacher beuacoup de chose comme la psy par exemple.et la grand mere sans mele.il refuse que je lui dise bonjour et que je lui parle.penser vous que je peux obtenir la garde alterner
BOUJOUR JE SUIS FACE A 1 PROBLEME VENAN DE LA COUR D4APPEL EN EFFET JE N AI PAS EU LE DROIT JUSQUE ICI DAVOIR MA FILLE CAR JE NE VIVAIT PAS DS 1 MAISON RIEN K MOI MAIS DEPUI QUE JE ME SUIS MI AVEC MA NOUVELLE COMPAGNE LE DOSSIER A ETE REVU ET G LE DROIT DE GARDE ALTERNER CEPENDANT JE DOIT VERSER 1 PENSION DONT JE N AI PAS ETE AVERTI CAR DS LE DOSSIER DE LA COUR IL Y A PLEIN DE FAUTE NOTAMENT SUR MES DEPENSES CAR JE N AI PAS LES MOYEN DE SUBVENIR A 1 PENSION AUSSI ELEVER ET MON AVOCAT MA LITERALEMENT ENVOYER BOULER ET MA DI DALLER VOIR AILLEUR CAR ELLE NE VOULER PAS SENBETER.MAINTENAN JE NE SAIS PLUS QUOI FAIRE CAR SI JE FAI APEL C A MES FRAIS ET JE N AI PAS LES MOYEN .AIDEZ MOI A COMPRENDRE COMMENT FAIRE POUR QUE LE DOSSIER SOIT REVUE SANS FAUTE CETTE FOIS CI
Bonjour ,
Je n'ai pas tout compris ... c'est c'est un jugement en appel ... qui a " gagné " , qui a fait cet appel ?

Si j'ai bien compris , vous ne voulez pas payer de PA ... en ce qui concerne les erreurs concernant les revenus et les dépenses déclarées ; c'est quand même vous qui donnez les documents !!! On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre .

En appel , les juges sont plus au fait des situations ; votre ex doit avoir des revenus plus faibles .
Vous avez une GA , ce n'est pas suffisant ? Bon courage , c'est un cadeau empoisonné ...
Sinon , il reste la cour de cassation ... mais cela devient ridicule ... Attendez plusieurs mois et retournez au JAF ... c'est tout ce qu'on peut dire ... .
Dossier à la une