Compromis de vente [Fermé]

Signaler
Messages postés
5
Date d'inscription
vendredi 29 février 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
1 mars 2008
-
 fafra -
Bonjour,

J'ai signé un compromis de vente chez un notaire en janvier pour l'achat d'une maison. Le notaire vient d'apprendre aujourd'hui que le propriètaire avait déjà signé sur un simple papier type acheté en librairie une promesse de vente en Novembre 2007 avec une autre personne (Mr X). Cette autre personne qui avait précisé oralement au propriétaire qu'il n'avait pas son prêt immobilier, resurrgit et dit qu'il a maintenant un prêt et veut acquérir le bien.
Je précise que dans la promesse de vente signée avec Mr X il n'y a pas de clause de précisant une date butoire pour l'achat.

Que puis-je faire? est-ce que la promesse de vente de Mr X est valide?

9 réponses

j'ai signer un compromis de vente le 1 fevrier pour vendre ma maison et l'acheteur ne ma toujours pas fourni d'attestation de pret.
qu'elle recourt je peut faire face a lacheteur ou l'agence qui me dit que cela va se fait mais qu'il faut etre patient, elle non plus ne ma jamais ien fourni.
19
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

droit-finances 17328 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Nous sommes les vendeurs de notre maison et avons signé un compromis de vente le 03 Avril 2008. Les acquéreurs ont notés comme clause suspensive l'obtention de prêt alors qu'il ne leur était pas nécessaire car il disposait de la somme. Mais, mardi 13 Mai 2008 l'agence chez qui nous avons signé ce compromis nous apprend que les acquéreurs ne nous achètent plus notre maison arguant le non obtention de prêt.
Que peut-on faire lorsque le banquier fournit une attestation de complaisance (pour ne pas risquer de perdre son client) de refus de prêt ?
Peut-on le prouver ?
Car nous avons confié le dossier à notre banquier, qui d'après ses déclarations les acquéreurs remplissent et disposent des conditions nécessaires d'obtention. Cette situation nous gêne beaucoup car nous venons d'acheter une autre maison et cela créé des frais non prévus ainsi que les échéances suplémentaires d'un prêt relai.
N'y a-t-il aucun recours ?
Cela nous paraît trop facile, car entre-temps nous avons refusé certains acquéreurs potentiels et perdu du temps.
Merci de votre réponse.
Messages postés
4100
Date d'inscription
vendredi 3 août 2007
Statut
Webmaster
Dernière intervention
25 janvier 2021
13 757
Vous posez là une nouvelle question. Ne le faites pas à la suite de cette discussion. Mieux vaut poser cette nouvelle question dans une nouvelle discussion avec un nouveau sujet. Elle sera plus facilement visible et vous aurez davantage de réponses.
Messages postés
1473
Date d'inscription
vendredi 18 janvier 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
14 juin 2016
1 135
Bonjour,

C'est le vendeur qui est dans une position difficile, il ne peut pas signer deux compromis à la suite, sans s'assurer de la caducité du premier compromis.

Conformément à la loi du crédit immobilier protection de l'emprunteur, la première promesse est censée être faite sous la condition suspensive du crédit immobilier, mais le délai de réalisation est cantonnée à quatre mois.

Mais il y a trop d'imprécisions pour être affirmatifs,

La loi du 13 juillet 1979, impose un calendrier

A - Phase Bancaire
1ent - Offre du prêteur à l'emprunteur
(mêmes conditions du prêt pendant un délai de 30 jours - article 7 - 1er alinéa de la loi)

2ent - Acceptation par l'emprunteur
obligatoirement dix jour après la remise de l'offre + acceptation par écrit contre récépissé,
(avant l'acceptation aucun remise de fonds)

3ent - Durée de validité de cette offre (4 mois minimum)
L'offre est toujours acceptée sous la condition résolutoire de la non conclusion dans un délai de 4 mois à compter de son acceptation du contrat le prêt est demandé (article 9 - 1er alinéa)

Cependant les parties peuvent convenir d'un délai plus long que celui-ci.
Messages postés
5
Date d'inscription
vendredi 29 février 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
1 mars 2008

Merci beaucoup pour votre réponse, le vendeur a en effet commis une erreur qui ne nous permet pas d'acquérir la maison pour laquelle nous avions déjà fait pas mal de projets, d'ou grosse déception. Le premier compromis a été signé le 14 novembre et la clause suspensive de prêt était bien précisée.

bonne soirée.
bonjour dominique j ai vu que vous connaissez pas mal de chose dans le domaine juridique(notaire)
alors moi voila mon histoire
je suis le vendeur et j ai signé un compromis de vente chez le notaire avec les futurs acquereurs le 16 juin 2008 et a l heure d aujourd hui (3aout) moi meme et les acheteurs nous n avons pas de nouvelles de leur banque (quoi il faut encore attendre )donc je voulais savoir si la banque a elle meme un délais pour donner sa réponse?CAR JE M inquiète merci d avance
Bonjour j aurais aimer avoir un renseignement ,avec mon conjoint nous sommes interessés par l achat d une maison celle ci a ete mise en vente il y a un ans les proprio on signé un compromis avec un acheteur qui ne donne plus signe de vie que faut il faire pour pouvoir acheter cette maison ? l acheteur a t il le droit de dire qu il la prend maintenant?
Je me permet de vous contacter afin d'éclaircir qq points flous.
j'ai signé un compromis le 15 septembre dernier l'acte devait être signé le 21 novembre, puis le 27 et maintenant pas avant le 3 décembre.
la date butoir est le 28 novembre, donc aujourd'hui.
y a t il caducité du compromis?
d'autre part, nous avons emmenagé dans le lieux, et nous constatons des faits sérieux. l'installation electrique est à refaire et est même par endroit dangereuse... mortelle aux dires de 2 electriciens que j'ai fait passer.

personne que ce soit l'agence immobilière, ou les vendeurs ne nous a informés.

merci de m' aider, et de me dire si j'ai un recours....
Messages postés
1473
Date d'inscription
vendredi 18 janvier 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
14 juin 2016
1 135
Bonjour,

Il me semble qu'il y a, ou du moins, je le présume, un autre problème,
En effet, vous indiquez dans votre question, que le "vendeur" n'est pas en mesure "d'acquérir" ces terrains, ce qui signifie, que le vendeur n'est pas encore propriétaire, mais il "anticipe" cette réalisation et vend dès à présent.
Il s'agit d'une vieille pratique de marchand de biens,
Cependant, la vente de la chose d'autrui est nulle, ce qui est le cas, votre promesse est caduque, (article 1599 du Code civil), "La vente de la chose d'autrui est nulle : elle peut donner lieu à des dommages-intérêts lorsque l'acheteur a ignoré que la chose fût à autrui".
Quand la vente est conclue sous la condition suspensive d'acquisition du bien par le vendeur, elle est nulle comme affectée d'une condition purement potestative (Cour de cassation - 13 octobre 1993 - 3ème chambre civile).
Il est rigoureusement impossible de vendre par anticipation, vous êtes en droit de demander de la part du vendeur, un titre régulier, authentique et publié à la conservation des hypothèques, et non pas de vagues assurances, sans aucun justificatif.
Une vieille manipulation pratiquées par les marchands de biens et les banques d'affaires à Paris est la cession de la promesse de vente à un autre bénéficiaire, ce qui permet de faire une substantielle plus value sans aucune taxation, maintenant, cette pratique, n'est plus possibile. On faisait alors une cession de promesse de vente.
En ce qui vous concerne, votre promesse ne stipule par de durée de validité, elle est donc cantonnée à un délai de réalisation de 4 mois. Un bon conseil, même lors de la rédaction d'une promesse de vente (le contentieux arrive toujours entre sa signature et la vente définitive) exigez une origine de propriété, un titre régulier de la part du vendeur,
pour connaître, l'existence de servitudes, d'un pacte de préférence, et autres difficultés.

Bien à vous,

courrier du 10 mars 2008
votre réponse du 13 mars


Monsieur,

c'est avec retard et vous voudrez bien m'en excuser, que je vous remerçie d'avoir bien voulu répondre à mon courrier, concernant un compromis de vente en agence, sans date butoir aux conditions suspensives.
Néanmoins, j'ai mal expliqué mon problème. En effet, vous me répondez comme si j'étais l'acquéreur, alors que je suis le vendeur, chose que je n'ai pas mentionné dans mon courrier. Vous voudrez bien m'en excuser !
Je suppose que votre réponse ne sera pas la même.
Quoi qu'il en soit, je tiens à vous remercier encore une fois de vos précieux conseils.
Avec toute ma gratitude, je vous prie Monsieur, d'accepter sincères salutations.

Brimbeuf Serge
Messages postés
5
Date d'inscription
vendredi 29 février 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
1 mars 2008

Bonsoir,

Suite à une de vos interventions précédente concernant le loi du 13 juillet 1979 et si j'ai bien compris. L'acquéreur doit prouver qu'il a une offre de prêt dans les 4 mois suivant la signature de la promesse de vente sinon cette promesse de vente est caduque.

Merci de bien vouloir éclairer ma lanterne sur ce sujet.
Messages postés
1473
Date d'inscription
vendredi 18 janvier 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
14 juin 2016
1 135
Bonjour,

Oui c'est exact le délai prévu est de 4 mois, mais les parties peuvent convenir un délai plus long,
Il faudrait avoir le premier compromis, pour vous répondre, vérifier bien le délai de réalisation,

Bien à vous,

Bonjour,
le 16/05/2006, nous avons signé en agence, un compromis de vente de terrains à construire sous conditions suspensives, sans dâte butoir, qui est le sujet de mon courrier.
1ère condition: obtention de permis de construire.
2ème " obtention d'un prêt bancaire.
Les permis de construire ont été accordés le 17/09/2007, soit 16 mois d'attente.
L'acquéreur ne nous dit rien sur la 2ème condition.
Le 24 octobre 2007, il nous fait savoir que l'importance du délai d'obtention des permis de construire et les résultats infructueux de la pré-commercialisation de ces terrains, (qui n'est pas une condition suspensive), le contraignent à ne pas être actuellement en mesure d'acquerir ces terrains.
Ma question: le délai de 4 mois pourrait-il s'appliquer à l'une où l'autre, où les deux, conditions suspensives, pour que nous puissions dénoncer le compromis à notre avantage? A savoir que l'agence reste muette à nos questions, alors qu'elle a omis, à notre avis, d'indiquer une dâte butoir aux conditions suspensives.
Concrètement, existe-t-il une jurisprudence à ce sujet, sur laquelle nous pourrions nos référer?
Merçi d'éclairer notre lanterne, qui est bien faiblarde!!!
Cordialement.
Etant Vendeur et ayant signé un compromis de vente depuis le 09/02/08
l'acte vente aurais dut etre signé le 30/04/08,notre Notaire ne nous pas prevenu de l' annulation
à ce jour nous somme dans une impasse (c'est une maison en indivis)Nous sommes tous d'accord sur la vente
le Notaire veut nous faire casser le compromis la vente a éte faite par une agence immobiliére il veut également mettre
notre PERE sous tutelle (il est vrai qu'il na pas toute sa tete)
le Notaire nous annonce a ce jour que l'acheteur veut se deciisté en a til le droit .
MERCI SI QUELQUIN PEUT ME RESEIGNER
A priori, votre notaire n'a pas fait son boulot.

Il aurait du suivre le dossier et relancer vos acquéreurs avant la date de signature.

Si j'étais à votre place je changerai de notaire, après tout ils sont payé pour un certain travail et doivent vous fournir un service de qualité ce qui n'a pas l'air d'être le cas. Un notaire ça se change !

Le compromis comporte surement des conditions suspensives.

Ces dernières ont elles été réalisées ?

Vous pouvez envoyer un courrier AR à votre acquereur en lui demandant de prouver qu'il a eu son prêt. Il a 8 jours pour vous répondre a partir de la réception du courrier. S'il ne répond pas, la vente est caduc et vous pouvez garder le dépot de garantie qu'il a versé au moment du compromis.

Bon courage
Bonjour

Nous vendons notre maison et un acheteur s est présenter et donner son accord pour l acquérir, 2 mois après la signature du compromis de vente chez le notaire l acheteur se rétracte alors qu'il nous avait confirmer l'obtention du prêt il invoque la raison suivante : son assurance vie lui couterai plus cher par mois ce qui rend impossible la transaction.

Nous avons entre temps fait l'achat d un autre bien et avons du recourir a un pret relais pour le faire ce qui rend la sitiuation stressante.

Quels sont nos droits et notre recours svp par rapport a l acheteur.
bonjour à tous!

La loi du 13 juillet 1979, impose un calendrier

A - Phase Bancaire
1ent - Offre du prêteur à l'emprunteur
(mêmes conditions du prêt pendant un délai de 30 jours - article 7 - 1er alinéa de la loi)

2ent - Acceptation par l'emprunteur
obligatoirement dix jour après la remise de l'offre + acceptation par écrit contre récépissé,
(avant l'acceptation aucun remise de fonds)

3ent - Durée de validité de cette offre (4 mois minimum)
L'offre est toujours acceptée sous la condition résolutoire de la non conclusion dans un dé

Résumons: le durée de validité du compromis dépend des 2 parties: acheteur/vendeur
quand bien même les garanties bancaires sont établies; vous n'échappez pas à 1 lecture attentive de vos contrats d'assurance!