Avocat fantôme

Signaler
Messages postés
2
Date d'inscription
vendredi 17 juillet 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
19 juillet 2020
-
Messages postés
2
Date d'inscription
vendredi 17 juillet 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
19 juillet 2020
-
Bonjour,

Victime d’harcèlement dans mon ancienne entreprise et n’ayant pas pu le résoudre après plus de 2 ans de processus interne à l’entreprise (recours aux syndicats, médiation via la médecine du travail, présentation de mon cas au RH et passage en commission internet en présence de la chef d’établissement), j’ai finalement décidé d’intenter un recours devant les prud’hommes en faisant appel à un avocat pour me conseiller.
Rencontré la première fois dans son cabinet le Mardi 7 Mai 2019, il avait évalué ma situation à l’aide des premiers documents que je lui avais donné. Pour finalement me dire que cela pouvait être défendable. J’ai donc signé une convention en lui donnant la somme de 1600 € (sous la forme de 3 chèques encaissable).
A partir de ce rdv j’ai passé plus de 7 mois à récolter les documents demandés et à batailler pour obtenir le saint graal (inaptitude à mon poste sans possibilité de reclassement) qui était le seul moyen pour mon avocat de porter plainte pour harcèlement.
C’est finalement en Juillet 2019 que j’obtiens mon inaptitude et que je la transmets à mon avocat avec d’autres documents. A chaque fois que je finis de réunir les documents demandés par mon avocat, celui-ci me demande toujours de nouveaux documents (dans le but de repousser l’échéance). M’en disant que c’est pour la bonne cause nous continuons ce manège jusqu’en mi-décembre.
C’est à ce moment que je lui passe la main sur mon dossier afin qu’il rédige un courrier à l’attention de mon ex-employeur. Je précise que mon paiement de 1600€ couvrait donc les 3 h passées dans son bureau en mai 2019 et la rédaction du courrier. Résultat des courses, rien n’a été fait du coté de l’avocat. Et cela malgré 2 relances téléphoniques (en février et en mars), 2 emails restés sans réponses et 1 recommandé avec AR.
Dans ce recommandé (datant d’il y a 2 semaines) je lui ai rappelé ses obligations et je l’ai mis en demeure d’exécuter sa part du contrat tout en lui exigeant de me donner un délai d’exécution réaliste. A ce jour, je n’ai pas eu de réponse de sa part. J'ai plus l'impression d'avoir à faire avec une anguille qu'avec un avocat..... Je précise qu'en mars 2020 , j'avais pu l'avoir au téléphone et qu'il affirmait ne pas avoir pu rédiger le courrier à cause de la grève des avocats et de la crise sanitaire. Dans mon dernier courrier je lui ai bien fait comprendre que ses prétextes ne tiennent pas la route. Je pense avoir été beaucoup trop conciliant avec cet avocat et je ne vous cache pas mon énorme déception sachant que pour l'instant j'ai été le seul a avoir travaillé réellement sur mon dossier et cela pendant plus de 6 mois. Je ne vous cache pas que cela a été très éprouvant aussi bien physiquement que psychologiquement.

Pour moi les 2 options suivantes se présentent

1) L'avocat fait son job cet été
2) Si ce n'est pas le cas j'entame une démarche de façon à récupérer les honoraires perçus....

Dans le cas de la seconde option comment dois je procéder et quelles sont mes chances d'avoir gain de cause ?


Merci de vos réponses

Cdt
Olivier

2 réponses

Messages postés
12236
Date d'inscription
vendredi 28 janvier 2011
Statut
Contributeur
Dernière intervention
5 août 2020
3 104
Messages postés
2
Date d'inscription
vendredi 17 juillet 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
19 juillet 2020

Bonjour,


J'ai appris vendredi qu'il est possible légalement d'intenter un recours devant les prud'hommes au maximum jusqu'à un an après le licenciement (licenciement pour inaptitude professionnelle).

Ayant été licencié le 1er Aout 2019, il me reste théoriquement 12 jours pour porter l'affaire.

Quand j'avais vu mon avocat en mai 2019 et signé une convention d'honoraire, j'avais versé des honoraires pour la 1ère phase qui incluait :

1-Le temps passé sur mon dossier.

2-Ainsi qu'une procédure de conciliation.

Cette procédure de conciliation consistait une fois les documents réunis (chose faite en décembre 2019) à rediger un courrier à l'attention de mon ex-employeur.

Résultat des courses mon avocat intégralement payé, n'a jamais fait sa part du travail après m'avoir fait perdre 8 mois à rassembler des documents, pour un procès qui n'aura jamais lieu.

Il ne réponds ni aux emails, ni aux recommandés avec AR. Et la seule fois ou j'ai pu l'avoir au téléphone en mars 2019, me trouve des excuses bidons en évoquant la grêve des avocats datant de fin 2019, et la crise sanitaire. Enfin bref! ces 2 derniers pretextes n'empêchent en rien de rédiger un courrier à l'attention de mon ex-employeur.
Dossier à la une