Immeuble très mal insonorisé [Résolu]

Signaler
-
dna.factory
Messages postés
19354
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
17 janvier 2020
-
Bonjour,

je loue depuis un peu plus d'un an un petit F1 dans un immeuble des années 60, au deuxième. Je ne le savais pas à l'époque mais visiblement, il faut éviter.
Au début, les bruits étaient supportable (discussion dans les parties communes, les portes sont des passoires autant pour le bruit que le froid, le bip de la porte de l'immeuble, en ce moment en plus elle grince en se refermant). D'autant plus que les apparts autour du mien n'étaient pas occupé.
En mai 2019, ça a commencé à se dégrader. J'ai eu des réveils très régulier jusqu'à 3h du matin par un homme qui rentrait dans son logement en ouvrant la porte vraiment de façon pas discrète et en tournant et virant durant 1h sur le parquet qui grince bien correctement. Je lui en ai parlé gentiment, il a dit que ce n'était pas lui, je n'ai pas insisté mais dans cet immeuble c'est assez simple de repéré l'origine des bruits.
En aout, j'ai commencé à chercher un autre logement, je suis malheureusement au RSA et ça ne simplifie pas la tache. Entre cet homme toujours aussi bruyant et les divers travaux dans les appartement autour je n'en pouvais plus.
Fin septembre, le logement face au mien et avec qui j'ai un bout de mur mitoyen est occupé. Une femme avec sa fille (qui a disparue de la circulation depuis) et son copain qui passe très régulièrement. N'oublions pas le chien qui adore japper un peu n'importe quand . Une lutte d'un mois et demi pour avoir un peu de calme. Un peu. Car on s'écoute vivre et c'est déjà compliqué à supporter (j'entend Monsieur quand il va au WC, je sais quand Madame est au téléphone ou dans la salle de bain, les placards qui grince comme le parquet, ... bref).
Depuis mi décembre, des appartements de nouveau en travaux, dont celui sous le mien. Aujourd'hui, j'ai eu l'audace d'aller demander aux ouvriers d'arrêter de siffler en bossant. Moi je veux bien supporter les bruits de travaux, mais entendre le bruit du raclage de plâtre est déjà pénible donc les entendre siffler en plus, zut quoi. Je fuis mon logement, donc je paie scrupuleusement le loyer sans faute. Je n'ai aps d'espace de calme et ça devient un peu compliqué. J'avoue avoir stopper toute recherche d'emploi, je ne peux pas me poser au calme. Au printemps, j'étais en projet de formation (dont je n'ai pas eu le financement) j'ai fait les démarches au milieu des travaux, c'était épuisant. J'allais aux entretiens avec les professionnel comme un zombie (réveillée en plus très souvent à 3h du matin, je le rappelle).

Je veux bien que la vie en immeuble comporte quelques désagréments, mais j'ai commun des immeubles plus calmes et pourtant bien plus grand (il y a 12 appartements ici, j'ai vécu dans des immeuble d'une bonnes centaines de logements, avec des gens au dessus de mat tête, j'étais au rez de chaussée).
Je cherche toujours ailleurs, ma situation pro n'est pas en ma faveur. Je me fais l'effet d'une harpie à réclamer un peu de clame chez moi, c'est fou.
Suis dans mon droit ou est ce que j'abuse?

Cordialement

6 réponses

Messages postés
27574
Date d'inscription
samedi 25 septembre 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
17 janvier 2020
6034
bonsoir

vous subissez les joies de la vie en copropriété ..... et de la difficulté du bien vivre ensemble

une seule solution : discuter avec les voisins, sinon il y a aussi les casques insonorisés et les boules quiès


Les boules quies me sont déjà obligatoires pour des nuits à peu prêt correctes. Je prend des anxiolytiques quand les bruits de la journées ont été trop stressant. Je ne peux pas vivre H24 avec des boules quies, je reçois des appels auxquels je dois répondre.
C'est un constat un peu simple de dire qu'on subis les joies de la vies en copro. Quand aux voisins, vous pouvez toujours leurs parler, ce ne sont jamais eux, mais no le chien ne fait pas de bruit, … bref, ce n'est jamais la faute de personne.
bonjour
tout à fait d'accord dna factory...
pour ma part j'ai réellement découvert les boules quies lors de mon unique année d'internat en terminale en 1974 avec 40 élèves dans une classe d’étude ainsi que dans des dortoirs d'aussi 40 élèves...et j'ai eu mon bac avec mention...
dna.factory
Messages postés
19354
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
17 janvier 2020
6175
moi je les ait découvert avec un chat ronfleur... et je regrette de ne pas les avoir découverte plus tôt... genre quand j'étais en foyer de jeune travailleur..
bonsoir
j'ai moi même vécu de nombreuses années dans ce type de logements mal insonorisés et malheureusement on ne peut lutter au quotidien contre la vie de nos voisins ... l'exemple le plus frappant est d'entendre les voisins aller aux toilettes: on en peut pas interdire aux voisins d'aller aux toilettes ..... sinon à passer pour une enquiquineuse.....essayez donc les boules quies en soirée et nuit :cela atténue grandement les bruits ....cherchez un autre logement .... malheureusement l'insonorisation et le confort des logements sont proportionnels aux revenus des locataires....
Je ne tiens nullement à interdire mes voisins d'aller aux toilettes, j'y vais aussi, c'est un acte de la vie courante. Par contre, les ouvriers ont ils besoin de siffler ou suis je une emmerdeuse à leur demander gentiment de faire leur travail sans ce genre d'extravagance? je ne peux pas vivre H24 avec des boules quies encore une fois. Idem, dois je subir le chien de la voisine (qui s'est considérablement calmé je l'avoue, mais j'ai du gueuler très fort puisque le dire gentiment m'a pas suffit)?
Et bien je resterais sans revenu et donc avec des possibilités de déménager réduites car trouver et tenir un emploi dans ses conditions est infaisable.
effectivement les ouvriers doivent vous considérer comme une enquiquineuse (même si vous ne l’êtes pas...) mais difficile de demander à un ouvrier de cesser de siffler car cela dérange la voisine qui est à domicile durant les heures de travail... et pourquoi ne pourriez vous pas trouver un travail dans ces conditions? du temps où vous seriez au travail vous n'entendriez pas tous ces bruits de la vie ordinaire...et vous utiliseriez les boules quies juste pour la nuit...
parce que je n'entend pas le réveil le matin avec les boules quies tout simplement. Et que pour trouver un emploi, il faut un endroit au calme où CHERCHER un emploi. C'est en principe son logement. CQFD. Je me vois mal passer/recevoir des appels à la médiathèque, ni y transporter tout ce qu'il me faut pour bosser.
Au passage : chercher un emploi est un vrai travail en soi, que l'on effectue de chez soi. Leurs horaires de travail devraient donc être les miennes mais vu que je fuis le bruit …

Bref, j'ai compris je suis une emmerdeuse, je pensais trouver des pistes ici, ce n'est pas le cas, désolée du dérangement. Et pas des pistes pour empêcher mes voisins d'aller aux WV hein masi pour jouir simplement de mon logement sans me taper une migraine tous les deux jours à causes de la fatigue du aux bruits incessant. Masi vu que c'est normal!
les bruits dans ce genre de logements ne sont pas normaux :ils sont habituels ... dés que vous êtes dans ce genre de logements anciens mal insonorisés vous entendez tous les bruits alentours
moi même j'ai vécu adolescente dans ce genre d’immeuble :quand je voulais me coucher tôt pour être en forme le lendemain matin et aller au lycée je n'arrivais pas à m'endormir car j'entendais la tv de mes parents à travers les murs .... même si le son de la tv n'était pas fort il passait quand même à travers le mur .... de ce fait j'ai pris l'habitude des boules quies pour m'endormir et le matin avec la chaleur du corps /des oreilles elles ramollissent suffisamment pour pouvoir entendre le réveil....
de quel travail parlez vous? un travail à domicile? car la plupart des gens cherchent un travail à l'extérieur et travaillent à l'extérieur...
et je suis une bénévole qui prend du temps pour vous répondre gentiment et vous disant qu'il n'y a guère d'autres solutions que de déménager ou de porter des boules quies....
je n'ai aucun pouvoir pour faire cesser le bruit autour de vous......
Messages postés
19354
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
17 janvier 2020
6175
parce que je n'entend pas le réveil le matin avec les boules quies tout simplement.
Je dors avec des boules quies depuis des années, et je n'ai jamais eu de problème pour entendre les réveils (ou les téléphones qui sonnent).
Surtout dans un F1 ou il n'y a même pas l'excuse d'oublier le réveil dans une autre pièce.
Peut-être votre réveil n'est pas adapté. Pas assez fort, pas assez long.
Peut-être faut-il investir quelques dizaines d'euros dans un réveil adapté.

Je me vois mal passer/recevoir des appels à la médiathèque, ni y transporter tout ce qu'il me faut pour bosser.
De plus en plus se développent des espace de co-working (plus de 600 en france).
Permettant justement aux personnes ayant des soucis pour travailler dans leur logement d'avoir un espace dédié pour cela.
Si vous avez besoin de plus qu'un ordinateur portable et d'un téléphone pour travailler, alors, vous avez besoin de toute façon d'un bureau et ne devez pas travailler chez vous dans un F1. Et si on parle de chercher un emploi, vous n'avez pas besoin de plus.

Accessoirement, je travaille dans un open space d'une vingtaine de personnes, et je serais surpris que mon poste de travail ne soit pas globalement plus bruyant que votre logement. Ce qui ne m’empêche pas pour autant de travailler.
Ho, et j'ai travaillé dans des usines. ou malgré les protection auditives obligatoire, le bruit des machines était permanent.

Si votre logement vous est invivable, il n'y a pas d'autres solution que d'en changer pour un logement dans le privé (laissez tomber les logement sociaux, ça risquerait d'être encore pire la prochaine fois, et oui, c'est possible).

Pour trouver un logement dans le privé, pour espérer pouvoir le choisir, il est indispensable d'avoir un emploi en CDI.

Donc, si vous voulez sortir un jour de cette situation, il va falloir prendre sur vous, et faire le nécessaire en arrêtant de vous chercher des excuses.
Dossier à la une