Une assurance qui refuse d'indemniser

- - Dernière réponse :  alex - 13 août 2019 à 10:37
Bonjour,
Amaguiz peut allécher par ses tarifs, les jeunes et ceux qui ont moins de ressources. Mais les prestations ne sont pas au niveau et lorsqu'il s'agit de défendre l'assuré ou de payer. Le comportement est tout autre. En fait, il s'agit toujours de ne rien payer.... J'ai été victime d'un incendie. Même si j'ai mis l'allumette dans la cheminée, je dis bien victime. Le problème vient d'un défaut de construction. Un poutre qui borde la sous sortie de cheminée s'est consumée. Elle aurait pu le faire dans 10 ans ou il y a 10 ans. Mais cela s'est passé en septembre 2017 3 mois après que j'aie acheté mon appartement. Depuis, tout est fait pour ne rien payer. J'ai eu une avance sur frais mais on m'impose une pénalité de 50% et pourquoi ? Dans un premier temps on me répond parce que je n'ai pas ramoné. Le problème est que personne ne voulait ramoner car le toit de l'immeuble était dangereux. Faire poser des barres de neige refusé aussi pour la même raison. C'est fou. Deux réclamations et jamais le même langage puisque maintenant on me répond que je n'ai pas faire vérifier l'installation... Lorsque vous achetez.... Même si vous avez toutes les pièces liées à l'acte de vente il faut faire vérifier... Mais comment faire vérifier un vice caché ? Pour faire la recherche de cause et nous inocenter il a fallu casser la cheminée... Donc pour voir cette poutre il fallait casser... On marche sur la tête... Tout cela pour appliquer une pénalité de 50% pour éviter d'indemniser. Je suis donc deux fois victime, d'un incendie et de mon assurance, Amaguiz. Prenez vos dispositions. Que puis je faire ? J'ai demandé l'intervention du médiateur, et après ?
Afficher la suite 

4 réponses

Messages postés
207
Date d'inscription
jeudi 27 avril 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
12 août 2019
68
0
Merci
Bonjour,

Je serais vous je prendrais rendez-vous avec un expert d'assuré.
Commenter la réponse de shanny19
0
Merci
bonjour

" Dans un premier temps on me répond parce que je n'ai pas ramoné."

Le ramonage étant obligatoire chaque année, vous auriez du le faire, ou avoir une attestation de l'ancien propriétaire qui l'avait fait (si moins d'un an)

"Le problème est que personne ne voulait ramoner car le toit de l'immeuble était dangereux. "

Donc si je comprends bien, ce n'est pas qu'un probleme de cheminée mais aussi un probleme de toit tout court.

Vous rapprocher d'un avocat, voir si le fait que la cheminée n'a pas été ramoné est une justification suffisante pour qu'amaguiz se désiste
Commenter la réponse de alex
0
Merci
Vous aviez impossibilité de ramoner ok, en connaissance de cause vous avez jeté l'allumette ...
Et alors, j'ai mis une allumette et ? Je suis coupable d'un problème de construction ? Que bien sûr,. Que je n'ai pas construit ? Vous voulez dire quoi ?
"Et alors, j'ai mis une allumette et ?"
la suite vous la connaissez

Coupable de la construction non, mais pris un risque en ayant connaissance du risque en ayant eu des entreprises qui ont refusé de faire le ramonage a cause de votre toit qui, était dangereux.
Je suis en copropriété, le toit n'est pas mon unique propriété. Et les autres n'ont rien fait en connaissance de cause ? Je ne sais pas. Je vous rappelle que le problème a eu lieu 3 mois après l'achat.
Commenter la réponse de Zatche
0
Merci
Bonjour
Bien qu'il n'y ait pas de lien de causalité entre l'absence de ramonage et la consumation de la poutre sous la souche, donc pas l'aggravation de ce fait, le contrat est malgré tout (hélas pour vous) très clair (fin de chapitre 4-1 écrit en gras...)
En cas de non-respect des mesures préventives 
Lorsqu’un sinistre survient ou est aggravé alors que vous ne respectez pas l’une des mesures de sécurité définies ci-dessus, l’indemnité à laquelle vous avez droit sera réduite de 50%.

Le ramonage annuel par un professionnel est une obligation contractuelle; amaguiz applique la sanction prévue par son irrespect.

Le problème est que personne ne voulait ramoner car le toit de l'immeuble était dangereux. 

Ce n'est pas un argument recevable...

Mais comment faire vérifier un vice caché ?

En le découvrant...
Vous disposez d'un recours pour ça (2 ans après découverte) contre votre vendeur, pour autant que votre acte ne stipule pas une renonciation à ce recours. Si le notaire du vendeur a bien fait son boulot, elle doit malgré tout y figurer.
L'exception serait que ce soit le vendeur qui ait réalisé l'ouvrage en cause, mais compte tenu des delais que vous indiquez, ce serait aussi râpé.
je ne dis pas le contraire pour l'ignorance du propriétaire :)
je parlais dans le cas présenté d'une volonté du propriétaire de cacher la chose^^

et sinon quelqu'un a une allumette? j'ai envie de faire un feu dans mon salon :)
kasom
Messages postés
26735
Date d'inscription
samedi 25 septembre 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
13 août 2019
5401 -
bonsoir alex

vos deux réponses sont mauvaises ; Diverker a raison,

vous auriez du vous abstenir de répondre , pour un professionnel (?) de l'immobilier votre réponse est des plus légère , incompréhensible ?
> kasom
Messages postés
26735
Date d'inscription
samedi 25 septembre 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
13 août 2019
-
"Un vice caché est un défaut d’une chose tel qu’il la rend impropre à l’usage auquel elle est destinée, ou qui diminue tellement cet usage que l’acquéreur ne l’aurait pas achetée ou l’aurait achetée à moindre prix s’il en avait eu connaissance."

Donc ma réponse n'est pas mauvaise en soit. Dans l'exemple que je cite, si le placo n'avait aps été la, l'acquéreur aurai eu l'information donc n'aurait pas acheté.

Dans le cas du post, c'est a l'acquéreur de prouver que le vendeur avait la connaissance de cette situation, si il n'en avait pas connaissance il peut être tenu responsable.
dna.factory
Messages postés
18648
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
13 août 2019
5121 -
@Alex, à quel endroit dans votre citation est-il fait référence au fait que le vendeur ait connaissance du vice en question ?
Comme disent Diverker et Kasom, si le vendeur avait connaissance du vice et l'avait tu ou dissimulé, c'est un dol. Si le vice est juste 'présent' et empêche l'utilisation normal du bien, c'est par défaut un vice caché.

Je rajouterais : un vice caché rends impropre l'usage auquel elle est destiné : le fait que la cheminé soit inutilisable ne rends pas impossible de vivre dans l'appartement. Quand à diminuer l'usage, seul un juge pourra décider ce qu'il en est réellement...
Mais pour moi, il n'y a pas de vice caché en l'état.
Bonjour exemple donné dans les commentaires
Commenter la réponse de Diverker
Dossier à la une