Préavis réduit 1 mois de départ pour une situation tres compliqué .

Messages postés
3
Date d'inscription
lundi 11 mars 2019
Dernière intervention
11 mars 2019
- - Dernière réponse : Valenchantée
Messages postés
18175
Date d'inscription
samedi 8 octobre 2011
Statut
Contributeur
Dernière intervention
25 mars 2019
- 11 mars 2019 à 21:23
Bonjour.
j'aurais besoin d'un conseil qui va déterminer ma vie professionnelle et celle de mon petit garçon..
J'ai élevé mes 5 enfants , grandissant je me suis mise à la recherche d'emploi mais en vain .
J'ai fait de la distribution de publicités à pieds quelques heures par semaines, moins de 2 mois il y a très longtemps . le patron n'a pas continué car j'avais des handicaps au niveau des pieds .
Je suis restée à la recherche d'emploi des années et au RSA. Mais mon problème handicap s'est aggravé avec les années et je ne pouvais plus marcher, l'opération fut devenue obligatoire .
J'ai décidé de quitter ma région très sinistrée par le chômage car je n'en pouvais plus que l'on me laisse de coté .
J'ai traversé toute la France dans l'espoir de voir un jour la lumière au fond du tunnel.
L'ANPE en avait assez de me voir presque toutes les semaines avec mes nombreuses démarches entretiens sans suite. Ils ont découvert mon problème que je ne cachais pas . Ils m'ont envoyée voir le médecin de la cotorep qui m'a immédiatement mise avec le statut de travailleur handicapé . Cette reconnaissance m'a privée d'un emploi d'un petit magasin de village à 5 mns de chez moi .
J'ai donc élargi mes recherches et mes entretiens jusqu'à 80km de chez moi .
N'ayant jamais vraiment eu de travail à par deux intérims pour des remplacements d'un jour par ci par là mais aucun contrat d'embauche , le chef du personnel a trouvé courageuse ma demarche de recherche d'emploi si loin.
Sur 3 mois j'ai dû travailler une dizaine de jours .
Il a dit un cv vierge , et nouvelle sur la region je ne pouvais pas prétendre au poste . Il m'a laissé la chance de le convaincre que j'etais faite pour ce poste . Au final nous avons signé un contrat avec une période d'essai de deux mois. Celui ci se termine dans une semaine et je vais savoir si je serai gardée . Mais la responsable m'a dit en cachette que le patron ne regrettait pas d'avoir donné une chance à une personne venant de si loin avec un cv vierge. En conclusion je suis embauchée défénitivement dans 12 jours.

Comme vous pouvez le voir ma situation n'est pas commune .
Je fais plus de 3h de route 6 jours par semaine . Je travaille 1 voir deux dimanches par mois de 8h30 à 12h30 soit légèrement plus que le temps de l'aller retour . J'ai un salaire au SMIC mais je suis tellement contente de pouvoir enfin travailler et d'avoir une fiche de paie que cela ne me fait rien . J'avais prévu qu'au terme de la fin de mon essai de déménager plus proche de mon travail pour réduire les dépenses qui représentent plus de la moitié de mon revenu net Ma voiture fait du 10l au cent avec 300 000km et elle ne passe plus au contrôle en mai.
J'ai parlé avec une personne de mon futur déménagement et celle ci m'a appris que je ne pouvais pas donner mon préavis d'un mois car ce n’étais pas un premier emploi . Mais la distribution de publicités il y a plus de 10 ans et des remplacements de quelques jours sur un saisonnier pour des personnes absentes ne correspondent pas à des embauches ni des travaux puisque je suis toujours restée sous le régime du rsa .
Là actuellement je viens de faire ma déclaration trimestrielle , et si j'ai bien compris ceux qui retrouvent un emploi sûr perdent le statut du rsa trois mois après cette déclaration trimestrielle .

Ma question est est ce que je peux prétendre à un préavis réduit dés que j'aurais trouvé un logement proche de mon travail ?
Je me suis mise à chercher et les logements vont se libérer d'ici deux à trois mois voir début été .
Puis je pretendre ce préavis d'un mois et jusqu'à combien de mois car si j'arrive à trouver un logement au mois de juin cette demande sera toujours valable ou refusée car trop loin de la fin de période d'essai ?
Mon avenir professionnel dépend de la réponse que vous m'apporterez , soit sa continuité ou son arrêt car je ne pourrai pas vivre avec moins de 500 € et un enfant.

Je vous remercie d'avance pour vos réponses.

Cordialement,

L.L
Afficher la suite 

Votre réponse

2 réponses

Meilleure réponse
Messages postés
18175
Date d'inscription
samedi 8 octobre 2011
Statut
Contributeur
Dernière intervention
25 mars 2019
4706
2
Merci
Bonjour,

L'histoire professionnelle du locataire n'entre pas en jeu.

Vous venez de trouver un emploi consécutif à une période de chômage, donc vous avez droit à la réduction de préavis à un mois. Mais dépêchez vous car le délai est d'environ 3 mois entre l'embauche et le congé.

Faites une lettre RAR pour donner votre congé à votre bailleur, en précisant que vous bénéficiez de la réduction du préavis en raison de ce nouvel emploi consécutif à une période de chômage et n'oubliez pas de fournir un justificatif comme une attestation d'embauche par votre nouvel employeur ou la copie de votre contrat de travail.

Et bravo ... trouver du boulot avec un CV vierge, il faut le faire (donc bravo à votre employeur également !) !

Cordialement,

Dire « Merci » 2

Heureux de vous avoir aidé ! Vous nous appréciez ? Donnez votre avis sur nous ! Evaluez Droit-Finances

droit-finances 22728 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

lydiem33
Messages postés
3
Date d'inscription
lundi 11 mars 2019
Dernière intervention
11 mars 2019
-
Bonjour,.
merci pour votre réponse .
Je crois m'avoir mal exprimée :(
J'ai traversée la France pour trouver un emplois car dans ma région il n'y en avait pas .
Après ma période de remplacement saisonnier de 6 semaines ou je n'ai travaillé qu'a peine 3 tout au plus . Ils n'ont plus fait appelle a moi a cause de mon handicap alors que je travaillais plus vite que les autres et j'allais donner un coup de main pour ne pas rester a rien faire . Une personne qui travaillait a temps plein que je connais m'a dit que j'avais servi de bouche trou ni plus ni moins .

Voyant que je serais toujours a la recherche d'emploi à vie, que le chirurgien m'avait prévenu que les opérations arrivaient à une date ou elles ne pourraient plus être réalisable je me suis donc faite opérer . Malheureusement ce fut un désastre, plus d'un an sans pouvoir marcher car les os n'avaient pas été ressoudés . ils le sont que depuis octobre 2018 et rien ne me garanti que cela va tenir.

Donc cet emploi, pour le bailleur, la date de trop loin ( + 2,5 ans ), il ne fait pas suite a un licenciement et encore moins dans la même période du bail, et ce n'est ni a une mutation . Aucune raison ne peut être retenue pour mon cas . :(

S'il a raison sur ce point , ne puis je pas prétendre que l’intérim qui date n'est pas un travail puisque cela n'était pas des horaires fixes ni des jours fixes et que sur 6 semaines j'ai remplacé des personnes absentent . On m’appelait souvent vers 6h du matin ou vers 14h . Le temps d'arriver il fallait entre 40mns à 1h donc je ne faisais pas des journées de 8h mais seulement 6h car la personne qui prenait le relais elle elle était présente .

Je fais tout pour sortir de cette vie misère du RSA , j'ai fait quasiment 4000km en février sur 24 jours de travail . pour une moyenne de 5h30 par jour ce qui n'est pas le cas car le dimanche ce n'est que 4h .
Le bailleur ne veut rien entendre de ma détresse . Je lui ai expliqué qu'en refusant il me condamnait a retourner au RSA.
Il m'a répondu que ce n’était pas lui qui faisait les lois mais il me laissait une porte . Si j'arrive a trouver des nouveaux locataires il acceptera mon départ . Mais cela n'est pas possible car le parc sur ma ville est vide a plus de 28% et ces maisons sont vendu pour des bouchées de pain .

Excusez moi pour les fautes , mais je viens de rentrer de mon travail et je n'arrive plus a voir correctement car je suis en pleure . Je crois que tout mes sacrifices et mes efforts pour sortir du rsa n'auront servi a rien si ce n'est que de me mettre dans les dettes . J’espère sincèrement qu'avec cette correction vous allez continuer a me dire que je dispose bien d'un mois de préavis car c'est mon premier vrai emploi à temps modulable de 32h.

Mille mercis de votre messages et soutien , sincèrement j'apprécie
Valenchantée
Messages postés
18175
Date d'inscription
samedi 8 octobre 2011
Statut
Contributeur
Dernière intervention
25 mars 2019
4706 -
Ecoutez, il n'y a pas de "vrai" emploi comme il n'y a pas de "faux emploi". A partir du moment où vous aviez un contrat (ou pas d'ailleurs), où vous avez travaillé contre un salaire, que ce soit 6 heures ou 12 heures, c'est un emploi.

A partir du moment où vous avez perdu cet emploi pendant le bail, il compte comme une perte d'emploi.

A partir du moment où suite à cette perte d'emploi, vous retrouvez un autre emploi, ça compte comme un "nouvel emploi consécutif à une perte d'emploi" et vous devez donner votre congé dans les trois mois qui suivent l'embauche en justifiant ce nouvel emploi et aussi la perte d'emploi précédente (avec votre certificat de travail).

Comme vous ne donnez pas les dates précises avec les périodes d'emploi précises (peu importe lequel, que ce soit saisonnier, interim ou pas, ce sont des emplois !) , je ne peux pas préciser ma réponse.

Courage, de toute façon, ce n'est pas au bailleur de refuser ou d'accepter. S'il n'est pas content, il vous assigne au tribunal (s'il en a le courage mais peu le font !).
Commenter la réponse de Valenchantée
Messages postés
24122
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Dernière intervention
26 mars 2019
5442
1
Merci
bonjour,

oui, BRAVO ! vous êtes une "mère courage".
Bonne continuation dans votre vie.

Cordialement et admirativement :-)

PS : gardez précieusement copie de votre courrier de congé ainsi que les 2 récépissés correspondant à votre envoi.
lydiem33
Messages postés
3
Date d'inscription
lundi 11 mars 2019
Dernière intervention
11 mars 2019
-
Bonsoir.
je vous remercie beaucoup de votre soutien . J'ai expliqué a mon équipe mon problème et le risque important que j’arrête avant les deux mois mon contrat faute d'accord avec le bailleur. Tous me soutiennent et me disent que jamais il n'auraient fait autant de route que de temps de travail au smic . Une personne a proposé de m’héberger moi et mon fils mais j'ai mes meubles et je n'aurais jamais l'argent pour payer les trois mois de loyers.
Le directeur de l'entreprise a contacté une société qui recherche un logement pour les salariés , sa société prend en charge la recherche de logement . Cela va m'aider car mes deux heures de liberté quotidienne et le jour de repos dans la semaine ne suffisent pas pour en trouver un et faire les visites.
Le directeur m'a demandé de ne pas donner mon compte car il comptait vraiment sur moi d’où ma grande détresse et mes pleures . Je sais que je suis capable , que je dispose de compétences pour m'en sortir mais que des lois soient aussi stricte sans laisser une jurisprudence ou donner raison raison au salarier lorsque cela sert sa famille et l'état qui voit disparaitre une mère et son fils du RSA .

Merci encore de votre soutien , cela me touche au plus profond de moi .
Je vous embrasse .
Commenter la réponse de djivi38
Dossier à la une