Hériter d'une maison

- - Dernière réponse : condorcet
Messages postés
28711
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Dernière intervention
20 janvier 2019
- 2 janv. 2019 à 15:52
Bonjour,

Nous sommes une famille de 3 enfants qui avons hérité il y a plusieurs années d'une grande maison de notre grand père, qui est louée par nos parents.

Cela fait quelques années que ma grande sœur et moi sommes majeures, mais nos parents ne nous ayant pas parlé de la maison, nous n'avons rien demandé puisque pas dans le besoin à ce moment-là. Cependant, certains frais d'études nous ont fait nous poser la question de si l'on pouvait récupérer notre part, et en discutant avec nos parents ils ont été catégoriques "il faut attendre que vous soyez tous les 3 majeurs pour toucher votre part", or, mon petit frère, n'a que 16 ans...

Je pensais qu'à partir du moment ou chaque enfant devient majeur il touchait sa part, soit 1/3 pour chacun dans ce cas là. (1/3 du salaire étant une bonne somme à rentrer par mois, et mes parents n'étant vraiment pas dans le besoin, ça nous aiderait chacune à s'en sortir un peu mieux)

Quelqu'un pourrait-il m'éclairer ?
Afficher la suite 

Votre réponse

1 réponse

Messages postés
28711
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Dernière intervention
20 janvier 2019
11636
0
Merci
Je pensais qu'à partir du moment ou chaque enfant devient majeur il touchait sa part, soit 1/3 pour chacun dans ce cas là.
Chacun fabrique la loi qui lui convient.

L'enfant est un héritier, même avant sa naissance, pourvu qu'il naisse viable dans les 300 jours du décès.
Aussi quel que soit son âge, l'enfant est un héritier et il hérite.

Mais comme dans toute succession tous héritent en même temps du même patrimoine.
Ils sont tous dans "l'indivision" avec des droits personnels.
A tout instant, n'importe quel indivisaire peut demander à la quitter en demandant aux autres d'acquérir ses droits.
En cas d'échec, le partage s'impose de gré ou de force.

en discutant avec nos parents ils ont été catégoriques "il faut attendre que vous soyez tous les 3 majeurs pour toucher votre part", or, mon petit frère, n'a que 16 ans...
Si la minorité du dernier-né est leur argument, cela ne suffit pas pour justifier le maintien de cette indivision.
Il vous faut examiner la situation de plus près.

Si cette maison est louée, le loyer perçu par eux, cela semblerait signifier que votre père ou votre mère soit détenteur de l'usufruit auquel cas, vous seriez dans l'indivision pour la nue-propriété seulement avec votre fratrie et non avec l'usufruitier.

Le partage serait impossible,ou, pour sortir de cette situation vous devriez proposer la cession de vos droits aux autres coindivisaires détenteurs de droits dans la nue-propriété.
Merci pour votre réponse,

Si je comprends bien, mon père a donc été nommé détenteur de l'usufruit puisque nous étions mineurs au moment du décès ?

(Mon petit frère est né 2 ans après le décès mais il est stipulé sur le testament que ma sœur et moi ainsi que les autres enfants en venir hériteraient de la maison)

Si un partage du loyer est impossible, comment se dérouleront les choses lorsque mon frère atteindra 18 ans ? La vente avec le partage des parts ? (Chacun 1/3)

Je ne connais rien dans ce domaine, pas même les termes, mais je supposais qu'étant majeures maintenant toutes les deux depuis un bon moment nous avions à présent droit de demander à percevoir notre tiers de droit sur la location (d'autant plus que ce n'est vraiment qu'un petit bonus financier pour mes parents qui ont beaucoup d'argent).
condorcet
Messages postés
28711
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Dernière intervention
20 janvier 2019
11636 > Gotika49 -
Si je comprends bien, mon père a donc été nommé détenteur de l'usufruit puisque nous étions mineurs au moment du décès ?
Je n'ai jamais écrit cela.
Je "suppose" qu'il soit usufruitier.
Il vous appartient de faire le point de cette situation.

Si un partage du loyer est impossible, comment se dérouleront les choses lorsque mon frère atteindra 18 ans ? La vente avec le partage des parts ? (Chacun 1/3)
Voyez l'acte du notaire.
Plusieurs cas de figure peuvent exister.

mais je supposais qu'étant majeures maintenant toutes les deux depuis un bon moment nous avions à présent
Je vous ai dit que la minorité n'empêchait pas d'hériter et que personne n'était dans l'obligation de rester dans l'indivision.
Et par autre chose.
De quoi avez-vous hérité exactement ? Voyez le notaire et l'acte rédigé au décès des grands-parents
Commenter la réponse de condorcet
Dossier à la une