Acte de propriété en vue d'un prêt immobilier [Résolu]

Messages postés
2
Date d'inscription
jeudi 11 octobre 2018
Dernière intervention
11 octobre 2018
- - Dernière réponse : condorcet
Messages postés
28328
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Dernière intervention
14 décembre 2018
- 11 oct. 2018 à 10:03
Bonjour,

Mon beau père a procédé en 2000 à une donation partage de son terrain à ses 3 enfants. A son décès en 2017, nous avons, ma femme et moi, envisagé d’accueillir ma belle mère dans notre foyer. Cette dernière était lié par un PACS à mon beau père sans contrat spécifique.
Afin d'avoir la place et pour des raisons de conformité, ma belle mère est handicapée et a une mobilité réduite, nous sommes amenés à effectuer ou des travaux d'aménagement important ou envisager une nouvelle construction.
Lors de nos démarches auprès de la banque, cette dernière nous a demandé un acte de pleine propriété pour valider notre demande de prêt immobilier.
Je pensais qu'un PACS sans contrat spécifique n’entraînait pas de droit de succession d'usufruit à ma belle mère.
Pourriez-vous m'éclairer à ce sujet et éventuellement me donner la marche à suivre afin de débloquer cette situation?

En vous remerciant par avance,

Cordialement
Afficher la suite 

Votre réponse

1 réponse

Messages postés
28328
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Dernière intervention
14 décembre 2018
0
Merci
Je pensais qu'un PACS sans contrat spécifique n’entraînait pas de droit de succession d'usufruit à ma belle mère.
Vous avez raison.
Contrairement aux personnes unies par le mariage,la législation n'a jamais reconnu de droits dans la succession du premier mourant au profit du survivant des signataires de ce contrat.
Pour protéger son partenaire, chacun doit le prévoir par testament.
Votre épouse étant l'héritière de son père, vous devez certainement savoir quelles sont les dispositions qu'a pu prendre feu votre beau-père au bénéfice de sa compagne.

Par contre, il serait judicieux de relire l'acte de donation-partage de l'an 2000.
Il est fréquent que seule la nue-propriété soit transmise aux enfants.


Les donateurs se réservant l'usufruit leur vie durant, une clause de réversibilité est généralement incluse dans l'acte aux termes de laquelle les droits en usufruit du prémourant soient transférés au survivant.
Dans l'affirmative, votre belle-mère serait l'usufruitière.

Par ailleurs, si cette réversion n'y figure pas, votre belle-mère doit quand-même détenir ses droits en usufruit sur sa part des biens donnés en 2000 si, bien sûr, comme son partenaire elle y détenait des droits .
Seb97440
Messages postés
2
Date d'inscription
jeudi 11 octobre 2018
Dernière intervention
11 octobre 2018
-
Merci de votre réponse, je ressors de chez le notaire qui m'a confirmé qu'aucun document notarial n'était émis lors du décès de l'usufruitier et que ma femme et moi étions propriétaire de plein droit depuis la date fatidique étant donné que le nom de ma belle mère n'avait pas été cité lors de la donation partage, que le bien était en droit propre à mon beau père et qu'aucun testament n'avait été établi, donc retour à la case banque afin de nous expliquer avec notre conseillé.
condorcet
Messages postés
28328
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Dernière intervention
14 décembre 2018
> Seb97440
Messages postés
2
Date d'inscription
jeudi 11 octobre 2018
Dernière intervention
11 octobre 2018
-
que ma femme et moi étions propriétaire de plein droit
Votre épouse certainement mais pas vous.
Vous n'étiez pas le fils de votre beau-père pour bénéficier de cette donation-partage.

donc retour à la case banque afin de nous expliquer avec notre conseillé.
Au moins tout est limpide.
Commenter la réponse de condorcet
Dossier à la une