Effondrement mur mitoyen

Signaler
-
 Utilisateur anonyme -
Bonjour*

Suite aux nombreux épisodes pluvieux de début d’année le mur mitoyen qui retient le jardin de mon voisin s’est effondré sur environ une dizaine de mètres. Nous avons fait tous les 2 une déclaration de sinistre auprès de nos assurances respectives.
Après 2 mois d’attente et un devis envoyé à nos 2 assurances, deux experts représentants chacun nos assurances sont venus constaté les dégâts au mois d’avril. 
Les 2 experts nous ont dit qu’ils se mettraient d’accord pour établir leur rapport et qu’ils concluraient à un dégât des eaux.
L’expert mandaté par notre assurance nous a juste indiqué qu’il y aurait une vétusté appliqué au remboursement.
L’assurance de mon voisin a donné suite rapidement en remboursant 3 semaines après le passage des experts, la moitié du devis établi.
En revanche notre assurance contacté un mois après le passage de l’expert nous a expliqué que vu les ponts de mai la prise en charge du dossier était plus lente... et il nous a même été impossible de les joindre pendant 3 semaines suite aux dernières intempéries de début juin...
J’ai enfin pu les contacter mardi, ils m’ont précisé que l’expert avait rendu son rapport en faveur d’un dégât des eaux et qu’ils allaient voir avec un responsable de la somme qui nous serait remboursé.
Ce soir j’ai un message sur mon répondeur qui m’explique que compte tenu de la vétusté du mur (20 ans) ils ne prendraient rien en charge...
Comment est possible alors que l’assurance de mon voisin conclue la même chose et le rembourse intégralement pour sa part?

Merci.

2 réponses

bonjour, Cette question, il faut la poser à votre assurance, vous devriez même donner son nom.

Si vous n'arrivez pas à être payé, vous leur dites que vous allez à la concurrence, que ça suffit de payer des assurances pour rien, et que vous ne comprenez pas du tout la différence de traitement du sinistre par ces deux assurances et que vous attendez une justification de leur part.

Bonjour,

Voir les garanties de votre contrat.

Dossier à la une