Toit terrasse... [Résolu]

chris - 8 déc. 2015 à 12:43 - Dernière réponse : BmV 70418 Messages postés samedi 24 août 2002Date d'inscriptionModérateurStatut 9 mai 2018 Dernière intervention
- 8 déc. 2015 à 15:47
Bonjour,
Je suis propriétaire d'un bien avec un toit terrasse au premier étage, ma maison qui donne sur ce toit terrasse a toujours eu des portes fenêtres donc le toit terrasse a toujours été accessible. au bout de cette terrasse, il y a un mur en limite de propriété avec mon voisin d'une hauteur de 1M 10 environ.

J'ai voulu "améliorer" et isoler le RDC qui est un atelier en recouvrant ce toit terrasse d'un plancher en bois. Nous avons rehaussé ce toit terrasse de 50 cms environ,la mairie me dit que nous avons créé une servitude de vue et que je suis obligée de monter un mur ou une palissade opaque entre chez moi et chez mon voisin.
Je précise que ce n'est pas une demande de mon voisin...

Où puis trouver une réponse sur ce sujet.
Merci pour votre aide , bonne journée
Cordialelemnt
Afficher la suite 

5 réponses

Répondre au sujet
BmV 70418 Messages postés samedi 24 août 2002Date d'inscriptionModérateurStatut 9 mai 2018 Dernière intervention - 8 déc. 2015 à 13:29
Merci de votre réponse rapide , mais je n'obtiens pas de solution en lisant cet article.
Cordialement
Commenter la réponse de BmV
BmV 70418 Messages postés samedi 24 août 2002Date d'inscriptionModérateurStatut 9 mai 2018 Dernière intervention - 8 déc. 2015 à 14:36
0
Utile
1
En surélevant le sol, on crée une "vue" chez le voisin, c'est à dire un lieu où en se tenant debout normalement on a, selon ce qui est décrit, une vue directe, droite, sur la propriété voisine et ce à moins de 1,90 m de la limite de propriété, puisque sur limite.

Ceci n'est pas autorisé par le code civil.

Afin de neutraliser cette vue, il faut donc occulter la vue par la création d'un "paravent" d'au moins 1,80 m de hauteur sur toute la largeur du toit.

Deux remarques à ce sujet cependant :
- il faut que ces travaux de rehaussement du plancher aient été déclarés en mairie, ce qui est la règle puisque s'agissant de modification d'un bâtiment
- la mairie n'a en revanche pas à intervenir dans la gestion de ce droit de vue qui est du ressort du code civil et non du code de l'urbanisme et les autorisations d'urbanisme sont toujours données "sous réserve du droit des tiers", donc en se basant uniquement sur le code de l'urbanisme et sur le règlement du PLU et non du code civil - au mieux, ce serait au voisin de demander, tout à fait légitimement, la création d'un tel "pare-vue" sur la base des dispositions des articles 678 et 679 du code civil.

>>> http://www.ville-crolles.fr/urbanisme/vues.php

>>> http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006430226&cidTexte=LEGITEXT000006070721
>>> http://www.legifrance.gouv.fr/...
Merci pour votre réponse très rapide et très claire.Cela m'a beaucoup aidé.
Si je n'abuse pas de votre temps, une dernière question, comme ce toit terrasse est au premier étage, la vue a toujours été existante( depuis plus de 30 ans) et le fait que je remonte cette dernière de 50 cm n'a rien changé.
Il y toujours eu une vue plongeante, sa maison est bien en dessous de ma terrasse avec un jardin qui sépare nos deux biens.
Puis faire valoir que cette vue n'a pas été créée ???
Merci de votre réponse( si vous avez le temps).
Bonne fin de journée.
Christine
Commenter la réponse de BmV
BmV 70418 Messages postés samedi 24 août 2002Date d'inscriptionModérateurStatut 9 mai 2018 Dernière intervention - 8 déc. 2015 à 15:47
0
Utile
"un jardin qui sépare nos deux biens." : aucun effet.
La vue se calcule depuis le bâtiment concerné jusqu'à la limite de la propriété du voisin, quel qu'il soit.

"Puis faire valoir que cette vue n'a pas été créée ??? " : non.
Le texte s'applique sans considération de temps.

Mais une fois encore, tant que le voisin ne demande rien, il reste a priori possible de ne rien faire concrètement, tout en sachant que la situation est à la base illégale ...

Commenter la réponse de BmV
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une