Succession en Tunisie (bien mobilier):droit francais ou tunisien

Signaler
Messages postés
4
Date d'inscription
lundi 28 janvier 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
15 mars 2013
-
Messages postés
4
Date d'inscription
lundi 28 janvier 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
15 mars 2013
-
Bonjour,
Je ne suis pas certaine d'être sur le bon forum car ma question concerne la succession de mon mari décédé le 31/12/2012.
En effet, je suis perdue par des informations contradictoires (avocat tunisien,notaires, consulat à Tunis, assurance juridique etc).
Mon mari tunisien d'origine (mais de double nationalité) a laissé un petit capital sur un compte d'épargne tunisien.Nous nous étions mariés il y a 35 ans en France sous un régime de séparation de biens avec donation entre époux.Son avocat tunisien me dit que je ne peux me prévaloir du droit français et que je suis soumise au droit tunisien (partage issu de la loi coranique donnant 1/6ème de mon bien à ma belle-mère lequel en cas de décès avant le réglement de la succession irait à ses enfants qui ont fait beaucoup de mal à mon mari).
Qu'en pensez-vous SVP ?
Merci de votre réponse.
Cordialement

4 réponses

Messages postés
18014
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Contributeur
Dernière intervention
29 juin 2020
3 948
bonjour

ce qui est tout à fait logique
un bien en Tunisie est soumis au droit Tunisien
sauf à avoir un testament manuscrit en arabe et signé qui indiquerait des dispositions plus favorables à votre endroit.
Messages postés
4
Date d'inscription
lundi 28 janvier 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
15 mars 2013

Merci de votre réponse dany311 mais ce n'est pas si simple qd on a mon régime matrimonial.
Cdt
Messages postés
7756
Date d'inscription
mercredi 2 juin 2010
Statut
Contributeur
Dernière intervention
1 septembre 2015
1 508
Messages postés
4
Date d'inscription
lundi 28 janvier 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
15 mars 2013

Merci de votre réponse et de vos recherches pour moi mais qui hélas ne répond pas à ma question qui concerne le droit international privé.Cordialement.
Dossier à la une