Fichée au FICP à cause de mon ex-conjoint

listel 4 Messages postés dimanche 21 octobre 2012Date d'inscription 2 novembre 2012 Dernière intervention - 2 nov. 2012 à 14:32 - Dernière réponse : listel 4 Messages postés dimanche 21 octobre 2012Date d'inscription 2 novembre 2012 Dernière intervention
- 2 nov. 2012 à 17:45
Bonjour,
Madame, Monsieur,

Séparée de mon conjoint, j'ai repris le prêt immobilier et lui a repris le prêt personnel souscrit en commun.
Or, cela fait 3 mois qu'il ne paie plus cedit crédit et je me retrouve fichée au FICP avec lui à cause de ce prêt alors que de mon côté j'honore correctement le prêt immobilier.
Me retrouvant seule avec 2 enfants je ne peux pas financièrement reprendre aussi ce crédit.
Que puis-je faire juridiquement contre lui ?
Puis-je porter plainte ?

Dans l'attente de votre réponse,
Meilleures salutations.

Elsa Pastel
Afficher la suite 

4 réponses

Répondre au sujet
0
Utile
Quand vous dites qu'il a "repris" le prêt personnel cela veut dire quoi vis à vis du prêteur ?.
Commenter la réponse de Gérard
0
Utile
Cela veut dire que c'est lui qui honore ce prêt comme moi j'honore le prêt immobilier. Malheureusement, sur le papier nous sommes toujours solidaires.
Commenter la réponse de listel
0
Utile
C'était bien la question.

Vous êtes donc solidaire pour ce prêt et aussi pour le FICP.

Puis-je porter plainte ? Je ne vois pas pour quel délit.
Commenter la réponse de Gérard
listel 4 Messages postés dimanche 21 octobre 2012Date d'inscription 2 novembre 2012 Dernière intervention - 2 nov. 2012 à 17:45
0
Utile
Oui, je sais et vous avez entièrement raison.
Je trouve seulement injuste de se faire pourrir la vie comme ça par un ex avec qui vous avez eu 2 enfants et passé 13 ans de votre vie.
Je ne suis pas prête de me remettre avec quelqu'un et si c'est le cas ce sera chacun chez soi et chacun son crédit.
En tout cas merci pour votre éclairage.
A bientôt peut-être.
Listel
Commenter la réponse de listel
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une