Un colocataire s'en va, tous doivent partir?

Signaler
-
 Dèdè -
Bonjour,

mon coloc quitte le logement, nous avons signé un bail avec clause de solidarité. Nos deux noms figurent sur le contrat de location.
Je veux rester dans l'appartement (et pour cause, cela fait seulement 6 mois que j'y ai aménagé).
Problème : mon agence me dis que si un colocataire s'en va les deux doivent partir.
Je pense que mon agence immobilière me ment et tente de faire pression sur moi, car j'ai lu que le départ d'un coloc n'engageait pas le départ des autres.
Un spécialiste peut il me le confirmer?

J'aimerai vraiment rester dans ce logement et trouver un autre colocataire, c'est tellement dur de se loger à Paris, je n'ai pas envie de revivre cette galère 6 mois après avoir réussi à poser mes valises...

Merci pour votre aide.

23 réponses

Messages postés
7778
Date d'inscription
lundi 9 février 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
16 juillet 2009
5 477
Le bail ne prend pas fin en cas de congé donné par un seul des colocataires, il se continue avec ceux qui restent.
Je suis actuellement en collocation et ma collocataire veut quitter l , appart . Seulement , le propriaitare dit que si une part lautre aussi je suis perdu . Que vsis devenir en plus je suis malade
Messages postés
23763
Date d'inscription
dimanche 26 août 2001
Statut
Modérateur
Dernière intervention
13 janvier 2020
1 783
Salut,

si le bail est établi aux deux noms, alors la dénonciation du bail ne vaut que pour celui qui y prétend.

Il n'y pas de texte de loi précis là-dessus, mais on pourrait trouver des justificatifs dans le code civil avec les articles 1119, 1121 et 1165.

Donc tu restes, on va voir s'ils ont les moyens légaux de te déloger (ça m'étonnerait beaucoup) !
On peut changer le bail, et il est possible de trouver d'autres collocataires.
Messages postés
23763
Date d'inscription
dimanche 26 août 2001
Statut
Modérateur
Dernière intervention
13 janvier 2020
1 783
Non, il n'y a pas de loi pour ça, car découlant d'un contrat régi par le droit commun (art 1134 du code civil), mais amendé par la loi du 6/7/1989 (dite loi Mermaz).

Un contrat est établi entre deux parties : le bailleur et le locataire, mais rien n'interdit d'avoir plusieurs locataires.

Renverse donc la charge de la preuve : demande à l'agence sur quel article de loi elle s'appuie pour imaginer que le contrat est rompu par suite du désistement d'un co-signataire ?
Messages postés
3952
Date d'inscription
jeudi 28 mai 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
27 décembre 2019
748
ne dites rien a l'agence!!
Il semblerait que mon agence fasse preuve de mauvaise foi et veuille à tout prix récupérer l'appartement que j'occupe (je ne sais pas pourquoi).
Je pense qu'elle mise sur le fait que je ne connaisse pas vraiment la loi et mes droits en qualité de locataire (et colocataire).
Messages postés
7778
Date d'inscription
lundi 9 février 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
16 juillet 2009
5 477
L'agence n'a pas le droit d'interpréter les textes régissant le droit immobilier à sa manière.
Ils n'ont donc pas à prétendre que si un des colocataires donne sa dédite, tous doivent partir, c'est une hérésie, ça ne s'est jamais fait, c'est juste de l'intimidation.
Je leur ai effectivement demandé en quoi le départ de mon coloc engageait mon départ, ils m'ont répondu "à cause de la clause de solidarité du contrat locatif", j'ai essayé de me renseigner par moi même et j'ai cru comprendre que notre bail avec caution solidaire n'entraine pas ce type de cause à effet...je crois qu'ils essayent vraiment de jouer sur mes lacunes en matière de droit.
Juste je ne suis pas tout à fait stupide, et pas résolu à quitter un logement qui me convient et que je n'occupe que depuis 6 mois!

Concernant la clause de solidarité, au lieu de m'entraver, si j'ai bien compris çà m'avantage : le garant de l'appart reste le même, même si c'est le coloc partant qui l'avait proposé. En gros je crois que je n'ai même pas à leur apporter un nouveau garant...
(mais peut être que j'ai mal compris).


L'affaire n'est pas terminée, maintenant ils veulent me voir en rendez-vous chez eux pour étudier les possibilités de restitution de l'appart que je loue...
Messages postés
23763
Date d'inscription
dimanche 26 août 2001
Statut
Modérateur
Dernière intervention
13 janvier 2020
1 783
L'affaire n'est pas terminée, maintenant ils veulent me voir en rendez-vous chez eux pour étudier les possibilités de restitution de l'appart que je loue...
Y'A RIEN A ETUDIER !!!
Tu n'y vas pas, tu es occupé, ta grand-mère est malade, y'a Céline Dion à la radio, tu as piscine le lendemain...

Ils n'ont aucun moyen de te contraindre LEGALEMENT à partir, ni même de te 'voir en rendez-vous' chez eux, chose qui en passant, leur permettrait de bien mettre la pression.

Comme je l'ai dit au post 11 :

Renverse donc la charge de la preuve : demande à l'agence sur quel article de loi elle s'appuie pour imaginer que le contrat est rompu par suite du désistement d'un co-signataire ?

Quant à la clause de solidarité, elle ne concerne que le paiement du loyer...

Donc tu les ignores, ne réponds qu'aux LRAR, pas au téléphone, ni aux courriers simples, ne leur ouvre jamais la porte...
Blux,

tout a fait, pour le moment je ne répond plus à leurs appels, ni à leur proposition de rendez-vous, car comme tu le dis il n'y a rien à négocier, j'ai un contrat de location à mon nom (sur lequel figure également celui du coloc quittant l'appart), je paye le loyer, mon assurance logement est valide...il n'y a rien à négocier, je rste dans mon appart, "et pi c'est tout !!"

J'ai presque envie de demander à un avocat de m'accompagner si jamais je dois vraiment me rendre à un rdv chez eux...juste çà va engager des frais, et je ne roule pas forcément sur l'or...
Ce qui m'amène à cette question : puis je bénéficier d'une aide juridique gratuite?
Avoir un avocat çà n'est jamais gratuit, si?

Autre chose, doivent-ils refaire un contrat de location avec mon seul nom ou avec le mien et celui du nouveau coloc? Selon toute vraissemblance : oui...
Mais peuvent-ils refuser d'établir un nouveau contrat??

Encore merci à tous pour vos conseils...l'union fait la force!..
"Renverser la charge de la preuve" ? Encore faudrait il que ce soit au locataire de prouver quoi que ce soit pour qu'il ait besoin de "renverser la charge de la preuve" !!

Vous avez signé, vous êtes chez vous, s'ils sont pas content ils font comme tout le monde : ils prennent un avocat et ils vont au tribunal.

Répondez leur une bonne foi pour toute que vous restez, que vous êtes chez vous, que c'est votre droit et que vous n'avez AUCUNE intention d'y renoncer, et que dorénavant il ne sera plus donné suite à ce genre de discussion.
Merci pour ce conseil, mais d'une part j'aimerai être en accord avec la loi et d'autre part mon coloc a déjà envoyé une lettre de préavis en son nom pour stipuler son départ de l'appartement.

L'agence est donc au courant qu'il quitte les lieux. Ils m'ont téléphoné pour me dire que son préavis valait pour moi aussi, je pense que c'est faux, est ce que je me trompe?
Ok, et donc en aucun cas le départ d'un seul locataire entraine le départ des autres et la fin de leur bail?
Est ce que je peux me référer à un article de loi précis?
...de manière à le communiquer à mon agence immobilière si effectivement le préavis de mon colocataire n'engage pas le mien...
Personne pour me dire sur quel article de loi je peux m'appuyer ??
Contacte l'adil ils sauront te renseigner!
Bonjour Blux,

merci pour ta réponse, je suis donc parti voir ces art du code civil, qui effectivement me confortent dans ma position.
Cependant je préfèrerai trouver un article du droit locatif qui me donnerait raison et que je pourrait soumettre à l'agence immobilière qui gère l'appartement que je loue.
N'existe-t-il aucun texte de loi qui envisagerait le cas de figure dans lequel je me trouve actuellement?

Concernant les moyens légaux que la dite agence pourrait utiliser pour résillier mon bail en cours, j'en ai fait les frais la semaine dernière : ils avaient cru trouver un défaut d'assurance pour mon logement et se sont empressés de me faire savoir que si je n'avais pas assuré l'appart çà serait un motif d'expulsion..grand bien leur fasse, mon assurance logement est tout à fait valable, j'avais seulement oublié de leur faire parvenir un justificatif...
Tout çà pour dire qu'il essaye effectivement de m'expulser par toutes les voies légales possibles et imaginables...

Je paye le loyer rubis sur l'ongle depuis le début des hostilités, de manière à ce qu'ils ne me disent pas que je suis un mauvais payeur (également un motif légal de rupture de contrat locatif).

De quoi dois je encore me méfier??

(et je continue de chercher un art. de droit locatif me confortant dans ma position, je suis sur qu'il existe cet article).

Merci à tous pour vos conseils, le combat continue...
Marie,

çà fait 8 ans que je vis en coloc, plusieurs apparts différents. Je leur ai dit que j'avais déjà eu à changer de coloc dans une location précédente, mais que jamais le départ d'un colocataire n'avait entrainé l'annulation de mon bail, l'agence m'a répondu texto : "mais monsieur, il y a un début à tout..."
Messages postés
3952
Date d'inscription
jeudi 28 mai 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
27 décembre 2019
748
y sz foutent de toi

marie S araison
Messages postés
7778
Date d'inscription
lundi 9 février 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
16 juillet 2009
5 477
Il n'y a pas à avoir de "début à tout" et surtout pas dans l'illégalité la plus totale !
Tu restes, tu paies ton loyer et tu satisfais à tes obligations, ils n'ont pas le droit, et je dis bien pas le droit, de te chercher des poux dans la tête !
S'ils t'envoient des lettres de mises en demeure de quitter les lieux, tu les menaces du juge et si tu mets tes menaces à exécution, ils baisseront pavillon.

Je suis restée dans un logement après que je me sois séparée de mon ami, nous étions tous deux sur le bail, j'ai eu les mêmes tracasseries, me disant que je n'avais pas le droit de rester là, mais j'étais sure de mon bon droit, dans ces temps-là il existait des mandats optiques pour payer le loyer, eh bien ils ont fait semblant de ne pas les avoir encaissés pour mieux m'accuser de ne pas payer mon loyer, si bien que j'ai par la suite toujours payé par chèque et là, bien embêtés.

Tout a été bon pour me faire partir, je leur ai tenu tête, je ne suis partie que lorsque je n'ai plus eu besoin du logement, seulement entre temps je m'étais affiliée à un organisme de défense de locataires, c'est eux qui m'ont représentée à l'état de lieu de départ, car ils auraient encore été capables de me taxer, or ils n'ont rien pu me retenir, leur ayant rendu un logement en bien meilleur état qu'à l'entrée !
Messages postés
3952
Date d'inscription
jeudi 28 mai 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
27 décembre 2019
748
pas besoin de nouveau contrat

un avocat pour un rdv c'est m^me pas la peine d'y songer

avec tous ces conseils tu devrais t'en sortir!!

mais je serais toi je n'irais pas

le tel oui le deplacement non
Je rapelle qu'il y a mon nom et celui du coloc quittant l'appart sur le bail.
Le contrat de location ne peux pas rester comme tel avec le nom d'une personne qui ne va plus etre locataire pour ce logement...nouveau contrat donc, non c'est pas obligatoire?

Et encore une petite chose...et pas des moindre : quand le dialogue était encore ouvert avec mon agence je leur ai proposé de trouver un nouveau colocataire pour remplacer celui qui quitte la location (nous ne sommes que deux, lui et moi), mais ils m'ont dit que ce n'était pas a moi de trouver un nouveau coloc ! Ma question est la suivante : peuvent-ils m'imposer un colocataire?? Est ce qu'ils peuvent légalement installer quelqu'un dans l'appartement avec moi sans me demander mon avis? (c'est quand mm super délicat d'habiter avec quelqu'un que l'on ne connait pas, et que l'on n'a pas choisi...)
Messages postés
4141
Date d'inscription
lundi 4 août 2008
Statut
Contributeur
Dernière intervention
21 janvier 2011
994
Bonsoir,

Alors là, ça dépasse tout !! Imposer un colocataire ... ! Il n' est déjà pas forcément évident de s'entendre au quotidien avec un coloc choisi, alors avec un inconnu ...

C'est du grand n'importe quoi, décidément !

-------------------------------------------------------------------------------
                               .... 3 zygomatiques suffisent pour sourire ....
                             §  même au plus bas, on devrait bien y arriver §
Messages postés
23763
Date d'inscription
dimanche 26 août 2001
Statut
Modérateur
Dernière intervention
13 janvier 2020
1 783
ah ben là, on y arrive, le voilà, le pompon !

en l'espèce, on punira plus par le silence que par l'insolence...
...oui surtout vu la config de mon appart : il faut passer par la chambre du coloc pour accéder à la mienne...super pour l'intimité, surtout si c'est avec un inconnu...

Peuvent-ils légalement m'imposer un nouveau colocataire?
S'ils établissent un nouveau bail avec mon nom et celui d'une personne que je ne connais pas, quel est mon recours?
Si je refuse de signer ce nouveau bail, est ce que je suis en tort?


Une autre question, j'aimerai leur proposer le dossier de ma concubine, nous aimerions vivre ensemble, s'ils refusent son dossier (juste pour m'embêter, parceque je ne vois pas pourquoi ils refuseraient vu qu'elle a de meilleurs revenus que moi...), si nous décidons de quand mm habiter ensemble, est ce un motif d'expulsion si elle ne figure par sur le contrat locatif?

..je sais, çà fait beaucoup de questions tout çà.....

>>>>> en espérant que mon cas de figure puisse aussi servir à d'autres qui traversent, ou traverseront une situation similaire..
Messages postés
4141
Date d'inscription
lundi 4 août 2008
Statut
Contributeur
Dernière intervention
21 janvier 2011
994
Je suppose que vous avez déjà exploré tous les sites relatifs à la colocation, mais bon, confirmer encore et encore que vous devez être un petit bonhomme vert avec des tentacules partout, pour qu'ils s'acharnent comme ça, et illégalement, de plus !
https://www.locservice.fr/guides/guide-colocataire-3.html


Alors, non, on ne peut vous imposer de colocataire ! ce serait la même chose qu'un locataire seul après séparation, et que l'on obligerait à prendre un(une) nouveau compagnon inconnu ! Vous avez le droit de choisir un nouveau colocataire et de faire modifier le bail en conséquence ... Ce qui doit les inquiéter, c'est que seul pour assumer les paiements, vous n'y arriveriez peut-être pas, à part ça ?

Et, après tout, pourquoi ne pas profiter de tout ce fatras pour décider de vivre avec votre amie, ce ne serait plus de la colocation, mais une vie de couple, avec un bail à vos deux noms ... et d'autres raisons de soucis, lol, la vie de couple !
Dans ce cas, pensez à prendre bien connaissance de la loi du printemps 2009, à propos des cautions réclamées : si le propriétaire a souscrit une assurance ( et rares sont ceux qui ne le font pas ) pour se garantir des loyers impayés, (GRL, GLI), il ne peut plus être réclamé de garant ou caution ...

En allant au cadastre, en Mairie, si vous ne le connaissez pas, vous pouvez savoir qui est propriétaire de votre logement : peut-être ce propriétaire n'est-il même pas au courant des pratiques de l' Agence à laquelle il a confié la location de ses logements et ne serait pas forcément content !

------------------------------------------------------------------------------------------
                               .... 3 zygomatiques suffisent pour sourire ....
                             §  même au plus bas, on devrait bien y arriver §