Comment récupérer ma nièce placée en foyer ?

Signaler
-
 Nadine -
Bonjour,

je souhaite récupérer ma nièce qui a été placé en foyé, car ses parents sont inapte a s'occuper d'elle, mais je ne sais pas les procédures a suivre pour avoir la garde de la petite. je voudrais être la tutrice. mais comment faire.
a qui je dois m'adresser. qui peut nous aider.
merci de me répondre.

11 réponses

Bonjour,

j'ai une réponse qui pourra peut-être vous éclairer :

Si cette petite fille est placée par le Juge des enfants il faut que vous écriviez à ce Juge pour solliciter une demande afin d'être tiers digne de confiance.
C'est ce seul juge qui estimera s'il est nécessaire de vous recevoir et répondre à votre demande.

Vous pouvez également solliciter le Juge des Affaires Familiales afin de demander un conseil de famille pour savoir qui peut prendre en charge la petite fille.

Je rapelle que si le Juge des Enfants a ordonné un placement c'est qu'il a estimé que cet enfant était en danger. Il n'y a que lui qui peut lever ce placement.

Je vous invite à prendre contact avec les travailleurs sociaux qui s'occupent de votre soeur et de votre niècEe.

Signé :
Une éducatrice qui travaille avec des enfants placés, pour un retour dans leurs familles.
cella et vrai mais cela vas maitre un temp fou
Bonjours mes quatre neveux et nièces vienne d'être placé en foyer comment puis-je faire pour aider mon grand frère à les récupéré ? sil vous plait aider moi la vie est dur sans leur présence à nos coté merci de vos réponses
Je suis la mamie d une petite fille .la maman vient d avoir un signalement et elle me dit qu on va lui ienlever sa petite . Je voudrais la récupérer avant son placement et la maman est d accord. Comment faire ? Aidez moi
bonjour je veut savoir comment fait mon neveu il et dans un foyer j'ai bien le recupere mais je sais pas comment faire
Bonjour moi aussi j'aimerais bien savoir comment que je peut récupérer mes enfantsdes foyer d ou ils sont si vous avais une solution je suis prennente Merci
Bonjour,

J’ai créé une pétition contre le placement abusif des enfants et pour une meilleure protection des enfants en danger :

https://www.mesopinions.com/petition/


A l’attention de
M. Brice HORTEFEUX, Ministre de la famille
Mme Nadine MORANO, Secrétaire d’Etat chargée de la famille
127, rue de Grenelle
75007 PARIS 07 SP



Pétition contre le placement abusif d’enfants et une meilleure protection des enfants en danger



Madame, Monsieur,

Les associations de protection des enfants placés abusivement en foyer (par exemple le Fil d’Ariane) estiment qu’aujourd’hui la moitié des placements sont abusifs (25% pour des motifs injustifiés et 25% pour des prolongations abusives), soit 77000 enfants en France.

Le seul moyen pour protéger un enfant en danger en France pour un parent est d’alerter les services judiciaires. Ces signalements se retournent souvent contre les parents, qui souhaitant obtenir de l’aide, voient leurs enfants placés en foyer. De même, ce principe de fonctionnement est utilisé par des parents séparés qui à l’aide d’accusations diffamatoires, qui ne seront jamais vérifiées par la justice, font retirer l’enfant dont ils n’ont pas réussi à obtenir la garde à l’autre parent. L’enfant en danger souffre de ces procédures judiciaires abusives, dont les dossiers sont traités en urgence par des tribunaux surchargés, qui n’ont pas le temps de vérifier les éléments d’accusations et instruisent à charge, statuant selon une logique binaire : placement en foyer ou mesure A.E.M.O.

Une publication du Conseil de l’Europe ‘Droits des enfants placés et en situation à risque’, tire les conclusions suivantes de ces placements :

« Les enfants devraient grandir dans leur famille. Celle-ci, en cas de crise ou de difficultés, devrait recevoir de la part des autorités publiques une aide lui permettant de résoudre ses problèmes et qui soit adaptée à chaque situation spécifique.

Dans certaines situations, néanmoins, les parents sont dans l'incapacité d'élever leurs enfants ou représentent un danger pour eux. L'enfant et ses parents doivent alors être séparés soit avec l'accord des parents soit sur décision de justice.

Le placement doit rester une exception, une solution temporaire - la plus courte possible -, envisageable seulement si toutes les conditions requises sont réunies et si l'objectif premier de cette décision est l’intérêt supérieur de l'enfant, avec à la clé une intégration ou une réintégration sociale rapide et réussie. Le but du placement doit être le développement et l'épanouissement de l'enfant, dont l'opinion doit être prise en compte selon son âge et son degré de maturité.

La protection et le bien-être de l'enfant, fondés sur ses droits - dont ceux de l'enfant placé en institution -, sont une priorité du Conseil de l'Europe, comme l'affirme la Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution.

Les effets néfastes des institutions sur le développement de l'enfant ayant été prouvés, l'objectif est de prévenir ce type de placement et de réduire le nombre d'enfants placés en développant des solutions alternatives. »

Les parents estimant leur enfant en danger devraient pouvoir se tourner vers les services sociaux, les M.D.S.I. Mais ceux-ci se déclarent incompétents et n’ont pas les personnels nécessaires pour entendre la parole de l’enfant, et renvoie toutes les affaires devant les tribunaux.

Nous vous demandons donc de mettre en place des structures de suivi et d’aide des enfants en danger en dehors des procédures judiciaires, de former des éducateurs spécialisés dans la protection de l’enfance et ayant autorité pour entendre la parole de l’enfant dans les M.D.S.I., et d’aider les parents de ses enfants de façon à maintenir les liens parentaux plutôt que de priver l’enfant de son père et de sa mère.

Ces mesures permettraient de désengorger les tribunaux pour enfants, qui pourrait ainsi traiter avec plus de rapidité les procédures de signalement d’enfants en danger réel, comme le petit Dylan à Millau, qui a du attendre huit mois pendant lesquels il a vécu un calvaire, avant qu’un juge ne se prononce.

L’association ‘Le Fil d’Ariane’ avance ces chiffres concernant le placement d’enfants :
- Le placement mensuel d’un enfant revient à 6 000 euros, soit 72 000€ à l’année.
- Exemple d’une famille où 6 enfants (aucune maltraitance) sont placés et séparés dans diverses familles d’accueil : Coût total de ce placement à l’année 432 000 euros.

Pour une famille, une procédure de signalement d’enfant en danger devant les tribunaux peut coûter plus de 5000 € (deux passages devant le J.A.F. et deux passages devant le juge des Enfants).

Ces crédits devraient être affectés en priorité au maintien de l’enfant dans sa famille afin qu’il s’épanouisse de la même façon que tous les autres enfants.

Dans l’espoir que cette pétition attirera votre attention, vous invitant à parcourir les témoignages disponibles sur Internet, et vous incitant à agir dans l’intérêt de l’enfant,

Recevez, Madame, Monsieur, l’expression des nos respectueuse salutations.





Quelques références :
- Association ‘Les enfants d’Orchidée : http://enfantsorchidee.com/
- Association ‘Le Fil d’Ariane’ : http://le-fil-dariane-france-asso.fr/
- Blog ‘SOS Parents abusés’ : http://www.sos-villages-de-marly.com/
- Blog ‘Les enfants de demain’ : http://elleoj-lesenfantsdedemain.blogspot.com/
- Blog ‘Justice, vous avez dit justice ?’ : http://vadj.ovh.org/
- Blog ‘S.E.F.C.A PUTEAUX 2 Touche pas à mon Enfant’ : http://eclma.unblog.fr/
- Blog ‘L’assistance éducative ou ce qui s’y apparente’ : http://justice.cloppy.net/index.php/justice/2008/03/
- Blog ‘La justice de l’arbitraire’ : http://lajusticedelarbitraire.blogspot.com/
- Publication ‘Droits des enfants placés et en situation à risque’ : https://books.google.fr/books?id=n-CVFtMNA_EC&pg=PA5&lpg=PA5&dq=conseil+de+l%27europe+droit+des+enfants+plac%C3%A9s&source=bl&ots=Jj3bGxrNMW&sig=UoY155P9Rc25DcT5uSeSD8dpONE&hl=fr&ei=bLHUSdfbDo6sjAfAyuWCDw&sa=X&oi=book_result&ct=result#PPT1,M1
bonjour,

comment avez vous fait pour que votre enfant ne soit pas place?mon fils a ete place sur accusations diffamatoires et je n'ai pasreussi a le tirer de la, de plus les services sociaux ont lintention de demander une prolongation du placement bien qu'il naient rien contre moi sa mere.ils disent ne ps avoir suffisamment de recul
Messages postés
3
Date d'inscription
dimanche 1 mars 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
2 mars 2015

Quelle honte !
Pour d autres avec preuves à l'appuis ils ne font rien par contre .
Il y a un véritable bisness et je travaillais dans le social

Concernant la pétition je ne l'a trouve pas, ça doit dater ?
Messages postés
40889
Date d'inscription
jeudi 14 février 2013
Statut
Contributeur
Dernière intervention
22 octobre 2021
14 503
Vous intervenez sur un post vieux de 6 ans !!
Messages postés
18724
Date d'inscription
lundi 1 septembre 2008
Statut
Contributeur
Dernière intervention
13 octobre 2016
7 306
Bonjour ange,

Je ne connais pas la reponse mais vais essayer dorienter:

Votre nièce est placée en foyer: qui l'a decidé ? C'est d'abord vers cette personne/organisme que vous devez vous tourner apres avoir pris contact avec ce foyer.

Partant de là, vous aurez "mis le doigt dans l'engrenage" et vous devriez avoir des informations au fur et a mesure.

Bon courage a vous.
bonjour moi aussi j'ai etai placer en foyer et pendan 15 ans je c ke la vi de foyer et dure c pour sa ke moi oci jvé fer des demarche a sortir ma niece de foyer car el a été placer par sa sa bel mére et son pére a rien dit bref je voudrais de tou coeur a vou aider car je sui un pe dan la méme situation que vous mé mwa j'ai pe etre un avantage c'est de demander a mon ancienne juge des enfant pe etre el pourra nou guidé si tu li se message et si voulé quon et en parle je sui sur fb :) bon courage a vou
temoignage sur aemo
je pense que si ta seure avait pris d elle meme contacte avec la ddass elle n enserais pas arrive la
mon epouse handicapee et moi avont une fille de 14ans suivie depuis la naissance par deux assistantes sociale de la ddass a notre demande conjointe
je pense que pour nous ca a etait d une grande utilite mon epouse allait tout les jours a la pmi et en cas de coups dur ex astreintes professionnelles elles avait toujour une porte ouverte au foyer departemental de placement elles y allait toute les 2 apres la rentree en maternelle mon epouse allai aider benevolement a la pmi pous s occuper et a aujourd hui elle a eu un emplois reserve au foyer departemental ou elle est aide cuisiniere ma fille est en seconde elle a 17de moyenne generale elle veut etre medecin ou si elle y arrive pas etre assistante sociale elle a fait ces stages de dp a la ddass
moralite d etre tres colaboratif paye meme si cest rebarbatif de repondre plusieurs foies aux memes questions

on n en avait pas l utilite mais les assistantes sociales nous demandait regulierement si on manquais de lait couches vetement si c etait le cas elles nous aurais donne des bons pour aller en chercher en plus quand elles venais pour les visites elles aidait mon epouse a faire son budget tenir sa maison propre etc etc en etablissant des plannings
moi aussi je sais pas comment faire mon fils de 14 ans ne veut pas rentre au foyer pouver vous m aider ou me dire quoi faire car jai tres peur de le perdre
bonjour j ai 4 enfants placé et sa va faire 1 mois et 10 jours dans le doucier disent comme koi ils ya de la maltraitances sur mes 2 enfants les née de 7ans et le juge el a rien trouvé comme maltraitances sauf k ma fille dit c maman k ma frapé et c meme pas vrais car je suis temoin c moi le papa comment je fait pour reccuperé mes enfants ??? aidé moi merci
Bonjour,

J’ai créé une pétition contre le placement abusif des enfants et pour une meilleure protection des enfants en danger :

https://www.mesopinions.com/petition/


A l’attention de
M. Brice HORTEFEUX, Ministre de la famille
Mme Nadine MORANO, Secrétaire d’Etat chargée de la famille
127, rue de Grenelle
75007 PARIS 07 SP



Pétition contre le placement abusif d’enfants et une meilleure protection des enfants en danger



Madame, Monsieur,

Les associations de protection des enfants placés abusivement en foyer (par exemple le Fil d’Ariane) estiment qu’aujourd’hui la moitié des placements sont abusifs (25% pour des motifs injustifiés et 25% pour des prolongations abusives), soit 77000 enfants en France.

Le seul moyen pour protéger un enfant en danger en France pour un parent est d’alerter les services judiciaires. Ces signalements se retournent souvent contre les parents, qui souhaitant obtenir de l’aide, voient leurs enfants placés en foyer. De même, ce principe de fonctionnement est utilisé par des parents séparés qui à l’aide d’accusations diffamatoires, qui ne seront jamais vérifiées par la justice, font retirer l’enfant dont ils n’ont pas réussi à obtenir la garde à l’autre parent. L’enfant en danger souffre de ces procédures judiciaires abusives, dont les dossiers sont traités en urgence par des tribunaux surchargés, qui n’ont pas le temps de vérifier les éléments d’accusations et instruisent à charge, statuant selon une logique binaire : placement en foyer ou mesure A.E.M.O.

Une publication du Conseil de l’Europe ‘Droits des enfants placés et en situation à risque’, tire les conclusions suivantes de ces placements :

« Les enfants devraient grandir dans leur famille. Celle-ci, en cas de crise ou de difficultés, devrait recevoir de la part des autorités publiques une aide lui permettant de résoudre ses problèmes et qui soit adaptée à chaque situation spécifique.

Dans certaines situations, néanmoins, les parents sont dans l'incapacité d'élever leurs enfants ou représentent un danger pour eux. L'enfant et ses parents doivent alors être séparés soit avec l'accord des parents soit sur décision de justice.

Le placement doit rester une exception, une solution temporaire - la plus courte possible -, envisageable seulement si toutes les conditions requises sont réunies et si l'objectif premier de cette décision est l’intérêt supérieur de l'enfant, avec à la clé une intégration ou une réintégration sociale rapide et réussie. Le but du placement doit être le développement et l'épanouissement de l'enfant, dont l'opinion doit être prise en compte selon son âge et son degré de maturité.

La protection et le bien-être de l'enfant, fondés sur ses droits - dont ceux de l'enfant placé en institution -, sont une priorité du Conseil de l'Europe, comme l'affirme la Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution.

Les effets néfastes des institutions sur le développement de l'enfant ayant été prouvés, l'objectif est de prévenir ce type de placement et de réduire le nombre d'enfants placés en développant des solutions alternatives. »

Les parents estimant leur enfant en danger devraient pouvoir se tourner vers les services sociaux, les M.D.S.I. Mais ceux-ci se déclarent incompétents et n’ont pas les personnels nécessaires pour entendre la parole de l’enfant, et renvoie toutes les affaires devant les tribunaux.

Nous vous demandons donc de mettre en place des structures de suivi et d’aide des enfants en danger en dehors des procédures judiciaires, de former des éducateurs spécialisés dans la protection de l’enfance et ayant autorité pour entendre la parole de l’enfant dans les M.D.S.I., et d’aider les parents de ses enfants de façon à maintenir les liens parentaux plutôt que de priver l’enfant de son père et de sa mère.

Ces mesures permettraient de désengorger les tribunaux pour enfants, qui pourrait ainsi traiter avec plus de rapidité les procédures de signalement d’enfants en danger réel, comme le petit Dylan à Millau, qui a du attendre huit mois pendant lesquels il a vécu un calvaire, avant qu’un juge ne se prononce.

L’association ‘Le Fil d’Ariane’ avance ces chiffres concernant le placement d’enfants :
- Le placement mensuel d’un enfant revient à 6 000 euros, soit 72 000€ à l’année.
- Exemple d’une famille où 6 enfants (aucune maltraitance) sont placés et séparés dans diverses familles d’accueil : Coût total de ce placement à l’année 432 000 euros.

Pour une famille, une procédure de signalement d’enfant en danger devant les tribunaux peut coûter plus de 5000 € (deux passages devant le J.A.F. et deux passages devant le juge des Enfants).

Ces crédits devraient être affectés en priorité au maintien de l’enfant dans sa famille afin qu’il s’épanouisse de la même façon que tous les autres enfants.

Dans l’espoir que cette pétition attirera votre attention, vous invitant à parcourir les témoignages disponibles sur Internet, et vous incitant à agir dans l’intérêt de l’enfant,

Recevez, Madame, Monsieur, l’expression des nos respectueuse salutations.





Quelques références :
- Association ‘Les enfants d’Orchidée : http://enfantsorchidee.com/
- Association ‘Le Fil d’Ariane’ : http://le-fil-dariane-france-asso.fr/
- Blog ‘SOS Parents abusés’ : http://www.sos-villages-de-marly.com/
- Blog ‘Les enfants de demain’ : http://elleoj-lesenfantsdedemain.blogspot.com/
- Blog ‘Justice, vous avez dit justice ?’ : http://vadj.ovh.org/
- Blog ‘S.E.F.C.A PUTEAUX 2 Touche pas à mon Enfant’ : http://eclma.unblog.fr/
- Blog ‘L’assistance éducative ou ce qui s’y apparente’ : http://justice.cloppy.net/index.php/justice/2008/03/
- Blog ‘La justice de l’arbitraire’ : http://lajusticedelarbitraire.blogspot.com/
- Publication ‘Droits des enfants placés et en situation à risque’ : https://books.google.fr/books?id=n-CVFtMNA_EC&pg=PA5&lpg=PA5&dq=conseil+de+l%27europe+droit+des+enfants+plac%C3%A9s&source=bl&ots=Jj3bGxrNMW&sig=UoY155P9Rc25DcT5uSeSD8dpONE&hl=fr&ei=bLHUSdfbDo6sjAfAyuWCDw&sa=X&oi=book_result&ct=result#PPT1,M1
Messages postés
1
Date d'inscription
samedi 28 novembre 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
28 novembre 2015

Bonjour, j'ai le même problème mais en Belgique, bruxelles.
Après une longue procédure où j'obtiens la garde de l'enfant (le père m'avait attaqué pour l'obtenir+500eur par mois) je m'installe à Bruxelles et nouvelle vie.
Le père commence à me créer des misères, fausses plaintes à la police ainsi qu'une au Service aide à la jeunesse pour"kidnapping" et des troubles psychologiques chez notre fils, qu'il est préoccupé. Lorsqu'ils me contactent j'ai le malheur de leur dire que je subis de la répression et des misères constantes de la part du père depuis des années. Que c'est une vengeance parce qu'il a perdu le jugement et qu'il n'aime pas de payer la pension alimentaire.Qu'il ne respecte en rien le paiement des frais en commun et que ses weekends et vacances il n'y a pas d'intérêt envers l'enfant. Je leur ai donné un dossier remplis de preuves et plaintes de police de ces actes. Conclusion de leur part: Que je fais de la VICTIMISATION ET QU'une haine commune s'est établie entre les deux parties et que la violence de la dispute est préjudiciable à l'enfant. Ils veulent le placer en Internat et n'ont même pas vérifié qui a raison ou tort. Une vraie catastrophe. Mon fils et moi avons une grande complicité et depuis que vivons à Bxl les choses vont bcp mieux. Il est très gentil, bons résultats à l'école et sociable sans aucun problème. Rien à faire avec ses gens du Service d'aide à la jeunesse, ils ont fait plusieurs erreurs lors de l'analyse du dossier, ont mal interprété les rapports scolaires en néerlandais et n'ont pas fait de recherche sociale vraiment. Quand je leur met le point sur les erreurs commises ils se braquent encore plus, des vrais murs en béton avec des théories linéaires très limitées. Ces gens sont des vrais abrutis sans logique. On ne sépare pas un enfant d'une mère qui a toujours tout fait pour son enfant juste parce que le père veut se venger. Je les ai expliqué que ceci serait traumatisant pour toute la famille (moi, les grande-mères, cousins) et que leurs conclusions est du n'importe quoi. Je les ai supplié de revenir sur leur décision d'envoyer le dossier pour un placement et que s'ils ne croyaient pas que je n'avais aucune haine pour le père et que je ne l'avais jamais fait quoi que ce soit, ils n'ont même pas bronché.
Mon fils a une vie normale et est heureux. Je dois empêcher ceci. Quelqu'un qui a traversé la même chose. Ces services sont un DANGER POUR le bien-être des enfants.
Messages postés
18724
Date d'inscription
lundi 1 septembre 2008
Statut
Contributeur
Dernière intervention
13 octobre 2016
7 306
Bonjour Aubrac ,

Il n'est pas necessaire de saturer le forum avec la lettre destinée au Ministre de al famille et autre.

Vous ne repondez pas a la question posée par ange et, à priori, ne lui donnez guere d'indication. Or, il lui faut du concret et non des "bonnes intentions".


Ange, si vous lisez, avez vous des infos a nous donner concernant vos demarches ?
bonjour, je suis dans le meme probleme que toi je sais que ton message dur d'1 an mais j'espere une reponse. je voudrais savoir s'y tu as trouvé comment la récuperer?
Moi, on m'a dit d aller en justice pour pouvoir avoir la garde. Mais je ne veux pas la garde car elle a été enlevé ma soeur car elle n'a pas de moyen de l assumer je veux juste qu'a la place qu'elle a y en foyer alors qu'elle n'a que 4 ans qu'elle vienne vive avec les personnes qu'elle connait le temp que s a mere regle tout ses probleme. Merci a toi

bonjour ange!
alors voila,jai aujourdhui 18ans,et je sors tout juste dun placement qui auras durer 5 ans.
jai ete dans le meme cas que ta niece,je vais te raconter mon histoire en quelques lignes
jai ete placee par la demande de ma mere alors que javais 13 ans,il sagissait donc pas dun placement judiciaire,cest a dire que, a tout moment ma mere pouvait me recuperer.
un an plus tard,cest devenu un placement judiciaire,la juge a ordoner que je reste en placement tant quelle laurais decider.
durant deux ans jai ete en famille dacceuil,par chance,ils sont super gentils,le seul hic?il habitent a 1h30 de chez moi la ou se trouvent tous mes amis,jetais malheureuse loin de tous!
jai donc demander a etre placee dans ma ville,ce qui a ete fait 6 mois plus tard,jatteris dans un foyer educatif!
LA GROSSE ERREUR!!!!
tu dois tres bien connaitre la vie en foyer via ta niece,bref
a ce moment la,on a fait une demande au pres de la juge avec ma tante (chez qui je passai un week end sur deux ) pour que jaille definitivement vivre chez elle.
et encore un hic!ma mere et ma tante se detestent,donc ma mere sy est oposee...
la juge nas meme pas essayer de comprendre que je grandirais mieux dans ma famille que dans un foyer,et a ordoner que je reste en foyer....
puis sa a ete la degringolade.
tout sa pour dire que il faut faire une demande au pres de la juge qui soccupe de votre niece (courrier) , si votre niece en fait un aussi sa peut etre que bien!
et aussi si vous reussisez a obtenir une autorisation de sa maman,la je vois pas prk il refuseraient!


je vous souhaite bon courage dans vos demarches,jespere quelles meneront a bouts,car aucun enfant na le droit de vivre tout sa,le foyer etc..lorsquil a de la famille qui est pret a le receuillir!