Problème santé chiot de 4 mois.

Signaler
Messages postés
1
Date d'inscription
vendredi 1 janvier 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
1 janvier 2021
-
Messages postés
25649
Date d'inscription
jeudi 25 février 2010
Statut
Contributeur
Dernière intervention
26 janvier 2021
-
Bonjour, je vous détaille notre cas afin de savoir quels recours nous avons.
Au mois d’octobre, nous avons acheté un chiot boxer. Celui ci urinait et buvait énormément dès le départ, mais voilà entre l’apprentissage de la propreté et le temps de maturité du système urinaire, nous nous sommes pas inquiété plus que ça.
7 semaines après cet achat, nous repartons sur l’achat d’un autre boxer et la en comparant les deux, on se dit que le premier doit avoir un soucis d’ordre rénale.
Du coup début décembre, nous commençons les analyses auprès d’une clinique vétérinaire.
Suite à une prise de sang et analyse urine, on y voit clairement que notre chien a une insuffisance rénale et à ce jour nous recherchons la cause.
Nous voilà avec déjà presque 500€ de frais vétérinaire pour essayer de trouver la cause de la dégradation de ces reins qui chaque semaine montre des taux d’urée et de creatinine plus élevés que la semaine précédente.
On nous parle à ce jour d’une biopsie des reins qui coûte assez cher.
Le vétérinaire pense également au diagnostic d’un diabète insipide qui est une maladie congénitale.
Voilà, au vue de l’âge de notre chiot soit 4 mois, quel recours avons nous auprès du vendeur ?
Merci pour votre retour.
Cordialement.
Mme De Sousa.

1 réponse

Messages postés
25649
Date d'inscription
jeudi 25 février 2010
Statut
Contributeur
Dernière intervention
26 janvier 2021
8 896
Bonjour,

Le mieux est de contacter l'éleveur qui si il est sérieux essaiera de trouver des solutions, mais 3 mois aprés l'achat sauf a prouver le vice caché .

L’article 1641 dit : « le vendeur est tenu de la garantie à raison des défauts cachés de la chose vendue qui la rendent impropre à l’usage auquel on la destine, ou qui diminuent tellement cet usage que l’acheteur ne l’aurait pas acquise, ou n’en aurait donné qu’un moindre prix, s’il les avait connus ».

L’action doit être entreprise dans les plus brefs délais après la vente, l’acheteur devant apporter la preuve que l’affection est antérieure ou concomitante à la vente et qu’il ne pouvait la déceler (exemple : problème d’ovaire pour une future reproductrice). Si le tribunal vous donne raison, vous pourrez soit résilier la vente, le prix ainsi que les frais engagés vous étant restitués, soit vous faire rembourser une partie du prix et conserver l’animal.
Dossier à la une