Héritage maison deux héritier dont un veut acheter la dite maison?

Signaler
-
Messages postés
34948
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
25 janvier 2021
-
Bonjour,
deux heritier et une maison, l'autre souhaitânt la vendre au plus offrant, passant au dessus du deuxième héritier acheteur en faisant passer des visites dans son dos.

Comme les deux possède chacun une moitie de maison l'héritier acheteur à t'il la priorité sachant que la maison n'est pas en vente (bien que des visites soit organiser) et que des estimation on été faite (par un acheteur lambda).

Svp l'héritier acheteur et t'il prioritaire et qu'elle sont ses droits pour stopper l'autre héritier vendeur dans son dos?

ps le notaire dit bien que l'heritier acheteur peut acheter ledit bien.

2 réponses

Messages postés
34948
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
25 janvier 2021
14 817
Comme les deux possède chacun une moitie de maison l'héritier acheteur à t'il la priorité sachant que la maison n'est pas en vente
L'indivision dans laquelle vous vous situez prend fin par l'achat des droits de l'un par l'autre héritier.
A prix égal avec une personne étrangère à cette indivision, l'héritier est prioritaire.

Même si la maison n'est pas en vente, celui voulant quitter l'indivision doit en proposer l'achat de ses droits à l'autre.
Si vous refusez l'affaire se terminera devant les tribunaux.
Bonsoir merci beaucoup de votre réponse qui m'aide énormément. Je me permet de vous demander si celui qui vend ses parts peut choisir son prix ou il faut suivre les estimation d'agents immobilier?

Merci et bonne soirée
Messages postés
34948
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
25 janvier 2021
14 817
si celui qui vend ses parts peut choisir son prix ou il faut suivre les estimation d'agents immobilier?
L'un propose, l'autre accepte ou formule une contre-proposition.
La conclusion résultera de la discussion.
Une évaluation par un professionnel de l'immobilier ne serait pas inopportune si elle permet de conclure sur une base saine tout en conciliant les intérêts réciproquement .
Dossier à la une