Succession a l étranger / Maroc

Signaler
Messages postés
2
Date d'inscription
dimanche 13 décembre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
13 décembre 2020
-
 Ulpien1 -
Bonjour,
Bonjour,
, Bonjour tout le monde désolé de vous déranger mais j'ai un gros problème ma mère est décédée il y a 5 mois et aujourd'hui la famille veulent partager héritage qui est au maroc il me disent je suis pas la fille légale comme quoi je suis adopté mais il me dist que dans l'islam est la loi marocaine me donnen pas le droit a lhéritage j'ai aucune preuve qui dit que je suis adopté est meme ma mere ma jamais dit que je suis adopté j' aie un livre de famille je suis sur le nom de ma mère est là pour l'héritage bah ils me disent que tu as pas le droit je voulais savoir si c'est vrai ou pas parce que là je me trouve dans l'incompréhension je suis perdu je sais pas quoi faire merci

2 réponses

Bonjour
Je présume que la succession de votre mère est placée sous l"empire de la loi marocaine;
La tabbani (adoption) est interdite dans la loi marocaine. Seule la Kafala
judiciaire est aujourd'hui autorisée.
Mais cette kafala et y compris l'ancienne kafala adoulaire , ne confèrent à l'enfant ni filiation, ni droit successoral, étant précisé qu'en tout état de cause la Kafala devient caduque à la majorité de l'enfant.
Même si la succession de votre mère était placée sous l'empire de la loi française, il en irait de même,le droit français ne reconnaissant pas que la Kafala correspond à l'adoption simple française.
Vous ne nous dites pas dans quel pays vous êtes né.Dans ce que l'on vous a dit , il y des éléments qui sont exacts. Mais pour la preuve de votre filiation il est impossible de vous dire quoi que ce soit, sans disposer des actes d"état-civil vous concernant.
Messages postés
2
Date d'inscription
dimanche 13 décembre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
13 décembre 2020

Merci pour votre réponse je suis née au maroc est tout les bien de ma mere est la bas maison argent or
Bonjour
Il faut donc que vous demandiez vos actes d' état-civil au Maroc.
Dossier à la une