Licenciement et promesse d'embauche

Signaler
Messages postés
22
Date d'inscription
mercredi 30 novembre 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
6 juillet 2020
-
Messages postés
22
Date d'inscription
mercredi 30 novembre 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
6 juillet 2020
-
Bonjour,
le 20 fév.2020 j'ai été embauche en CDI en tant que gouvernante de chambres d'hôtes avec une période d'essai de 2 mois.
Le 16 mars (départ du confinement), mon employeur rompt le contrat et me fait signer un courrier (pour justifier la rupture) dans lequel il est mentionné que je ne convenais pas poste. Or, 3 jours après, le 19 mars, il me fait parvenir une attestation dans laquelle il m'informe de son intention de me reprendre au poste de gouvernante dès que les conditions normales d'activité se représenteront (contradiction avec son licenciement). Je demande à mon employeur pourquoi, du fait de sa promesse de ré-embauche, il ne m'a pas fait bénéficier du chômage partiel ?. Je n'ai pas obtenu de réponse.
Or, par hasard, le 03 juillet, en consultant un site de vente "immobilière" j'apprends que mon employeur met en vente ses chambres d'hôtes sans que j'en sois avertie.
J'aimerais savoir si j'ai un recours en justice ou autre ?.
Merci pour votre réponse.
agl99

2 réponses


bonjour,

il n'y a pas eu licenciement, mais rupture de la période d'essai, même si voir le contenu de la lettre de rupture à laquelle vous faîtes allusion à un juriste pourrait être intéressant.
la concomitance entre le début du confinement et la rupture de la période d'essai (qui n'a pas à être justifiée mais doit reposer sur une analyse objective des qualités professionnelles du salarié), pourrait placer l'employeur en difficulté si vous lui demandez de s'expliquer devant le tribunal des prud'hommes. sur ce point, prenez contact avec un avocat afin de juger de l'opportunité d'engager une procédure.
pour ce qui est de la vente, de deux choses l'une:
1 : soit votre employeur est un particulier qui vous emploie à titre personnel et, à ce titre, ne vend pas une entreprise mais un immeuble et il n'a aucune obligation légale particulière d'information à votre égard.
2 : soit votre employeur a donné une forme juridique (société ou autre) à l'exploitation de ses chambres d'hôtes et c'est cette société qui est votre employeur. dans ce cas, il devait vous prévenir préalablement à la mise en vente afin que vous puissiez lui faire une offre de reprise.
quant au recours devant le tribunal, c'est uniquement dans le cas où vous auriez eu l'intention d'acheter l'entreprise et que vous n'avez pu le faire à cause de ce défaut d'information que vous pourriez prétendre à des dommages et intérêts. Rien dans votre post ne le laisse penser.

je ne permettrai pas de vous juger, mais compte tenu du sale coup qu'il vous a fait il y a 3 mois, était-ce une bonne idée de revenir travailler pour cette personne ?
bonjour et merci pour votre réponse.
De toute façon je n'avais pas l'intention de retravailler pour cette personne qui n'est pas digne de confiance. Je voulais savoir si une procédure était possible et par principe lui réclamer des dommages et intérêts.
Dans mon contrat de travail mon employeur est une société, il s'agit d'une SAS.
Messages postés
22
Date d'inscription
mercredi 30 novembre 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
6 juillet 2020

bonjour et merci pour votre réponse.
De toute façon je n'avais pas l'intention de retravailler pour cette personne qui n'est pas digne de confiance. Je voulais savoir si une procédure était possible et par principe lui réclamer des dommages et intérêts.
Dans mon contrat de travail mon employeur est une société, il s'agit d'une SAS
Dossier à la une