Abandon de poste à l'amiable

- - Dernière réponse : Deaver
Messages postés
987
Date d'inscription
vendredi 3 août 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
15 juin 2019
- 2 juin 2019 à 14:21
Bonjour,
Actuellement en CDI dans un U express, j'ai demandé à mon employeur une rupture conventionnelle qui m'a été refusée. Nous nous sommes mis d'accord sur un abandon de poste à l'amiable.

Je souhaite quitter l'entreprise car, avec mon conjoint, nous déménageons pour nous rapprocher de nos familles suite à la naissance de notre petit bout (7mois à ce jour). Nous passons de l'île-et-vilaine (35) au Côtes-d'Armor (22).

J'ai plusieurs questions :

1. Avec les nouvelles réformes, ai-je droit au chômage avec un abandon de poste ? (Cela dit, il est évident que je ne souhaite pas rester au chômage, avec un enfant nous ne pouvons pas nous le permettre)

2. Pensez-vous que je puisse prendre un nouveau poste, dans les Côtes d'Armor le lendemain de l'abandon de poste ?
(Je ne vais plus travailler à partir du 1er juillet, décision prise en accord avec mon employeur et le déménagement est prévu pour le 15 Juillet). Je souhaite trouver un emploi avant d'avoir déménager.

Tout celà m'angoisse fortement.

Merci à ceux qui prendront le temps de me lire et de répondre.

Bonne journée à tous !
Afficher la suite 

4 réponses

Meilleure réponse
Messages postés
9894
Date d'inscription
dimanche 19 janvier 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
15 juin 2019
3322
1
Merci
Bonjour,

1/ Aucune indemnisation durant toute la procédure (qui peut duré plusieurs mois), et si finalement il y a une indemnisation, celle tiendra compte de l'abandon de poste (au bout de 3 mois, seulement 50%).

2/ Non, c'est illégal. Vous n'avez pas le droit d'établir un nouveau contrat tant que l'ancien n'est pas terminé. C'est pour cela, que contrairement à des légendes tenaces, que la démission reste plus rentable que l'abandon de poste.
En plus en tentant de cumuler autant d'heure, vous mettez en difficulté vos deux employeurs qui seront tenu responsable de la situation, et vous leur faites encourir des amendes. Par ailleurs, vous, vous avez votre couverture sociale diminuée (puisque que vous n'êtes pas censé travailler durant un abandon de poste).

Vous avez de quoi vous angoissez, l'abandon de poste est la pire chose à faire. La démission, même si elle parait inconfortable d'un premier abord, est quand on le réfléchit bien plus sécuritaire.
N'écoutez pas ceux qui prône l'abandon de poste, il s'agit de personne vous voulant du mal (consciemment ou inconsciemment) en vous faisant prendre d'énorme risque.

CB

Dire « Merci » 1

Heureux de vous avoir aidé ! Vous nous appréciez ? Donnez votre avis sur nous ! Evaluez Droit-Finances

droit-finances 21350 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Commenter la réponse de hoquei44
Messages postés
18486
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
14 juin 2019
4856
0
Merci
Les nouvelles réformes n'ont rien changées sur l'abandon de poste.
Vous avez le droit au chômage après un licenciement pour faute grave pour absence injustifiée.

Par contre, un licenciement pour faute grave ne se fait pas en claquant des doigts, même si l'employeur est réellement d'accord pour vous licencier.

Au mieux, la procédure prendra 1 mois. au pire... Certains on attendu plus d'un an un employeur qui leur avait promis de faire rapidement.
Vous ne pouvez pas travailler tant que vous n'êtes pas officiellement licencié. Tant que vous n'avez pas vos documents de fin de contrat que l'employeur n'est pas obligé de vous envoyer à domicile (il peut les maintenir à votre disposition dans l'entreprise).

N'oublions pas que juillet est la période des vacances, et ça a tendance à rallonger toutes les procédures.

Donc non, vous ne pourrez pas commencer à travailler juste après votre abandon.
Si vous envisagez d'abandonner au 1er juillet. Vous pourrez vous estimer heureuse si vous pouvez travailler (ou toucher le chômage) au 1 septembre.

Plutôt que de négocier un abandon de poste, vous avez tout à gagner à négocier une suppression de votre préavis. Bien sur confirmée par écrit par avenant au contrant.

Si vous pensez réellement trouver en 15 jours, à distance, avant d'avoir déménager, vous devriez déjà avoir trouvé.
Les recrutement pour l'été se font en ce moment. en fait les recrutement pour les jobs d'été se font plutôt en avril qu'en juin.

A noter que l'un de vous deux devrait pouvoir démissionner légitiment pour suivit de conjoint.
Commenter la réponse de dna.factory
Messages postés
25014
Date d'inscription
mercredi 2 février 2011
Statut
Contributeur
Dernière intervention
15 juin 2019
6415
0
Merci
bonjour
1. Avec les nouvelles réformes, ai-je droit au chômage avec un abandon de poste ? (Cela dit, il est évident que je ne souhaite pas rester au chômage, avec un enfant nous ne pouvons pas nous le permettre)
vous y aurez droit si votre employeur vous licencie.... Ce qui n est pas une obligation.

2. Pensez-vous que je puisse prendre un nouveau poste, dans les Côtes d'Armor le lendemain de l'abandon de poste ?
(Je ne vais plus travailler à partir du 1er juillet, décision prise en accord avec mon employeur et le déménagement est prévu pour le 15 Juillet). Je souhaite trouver un emploi avant d'avoir déménager.

Non, impossible de travailler tant que vous ne serez pas licencié. Il a deux mois pour une faute grave et tout le temps qu il souhaite pour un licenciement "normal". Bien sur durant cette période, pas de salaire, pas possible de travailler ailleurs, et pas de chomage....

Trouver un emploi avant de partir, demissionner.....et demenager.

Cordialement

Commenter la réponse de maylin27
0
Merci
Bonjour,

Merci de vos réponses.

Après réflexion, je vais poser une démission. Je ne souhaite pas être licenciée pour faute grave alors que je n'ai rien fait. Je vais assumer mon choix, se sera plus sage.

Cordialement.
Deaver
Messages postés
987
Date d'inscription
vendredi 3 août 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
15 juin 2019
218 -
Éventuellement prendre la prépare jusqu au un an de votre enfant ?
Commenter la réponse de Peach
Dossier à la une