Audition commissariat pour faux

- - Dernière réponse :  Papillonessence - 26 nov. 2018 à 19:16
Bonsoir à tous et merci d'avance pour vos lumières.

Je suis étudiant et voila 4 ans que mon cousin est mon coactionnaire pour mes appartements( c'est mon troisième). J'ai donc toutes les conversations et mails pouvant attester de son accord pour cette démarche.
Par contre , comme il n'était pas disponible physiquement lors du dépôt de mon dossier au propriétaire en 2016 j'ai dû faire moi-même la lettre manuscrite sur l'honneur.( plus précisément un ami la faite pour moi)
Cependant cette année j'ai eu de gros problèmes financiers ( plus d'argent de mes parents, perte de la bourse) et après une longue procédure j'ai été condamner à être expulsé + payer les mois de loyer en retard.
Mon coactionnaire dès le début de cette procédure m'a donc relancé à maintes reprises pour me dire qu'il ne payera pas un centime et m'a menacé de porter plainte contre moi pour faux et usage de faux savant qu'il n'avait pas lui-même fait cette lettre.
J'ai été condamner il y a plus d'un mois à être expulsé et je viens de recevoir une lettre du ministère de l'intérieur pour une audition libre au commissariat étant soupçonné de "faux et usages de faux".

Pour moi c'est ridicule car il était au courant d'être mon coactionnaire depuis le début et j'ai la preuve ( mails et conversation) que tous les autres documents sont vrais et viennent de ça part il était donc au courant pour cette lettre manuscrite depuis le début soit en 2016.
Il cherche à se soustraire à ces obligations de payement mais c'est un peu gros de porter plainte maintenant un mois après que je sois condamné à payer.. d'ailleurs sur le papier c'est marquer faux et usages de faux depuis 2016.
Dois-je vraiment m’inquiéter ?
Afficher la suite 

Votre réponse

2 réponses

Messages postés
14904
Date d'inscription
vendredi 18 mars 2011
Statut
Contributeur
Dernière intervention
10 décembre 2018
0
Merci
Bonjour,

Oui, il y a de quoi s'inquiéter.
C'est un délit qui peut être puni de 3 ans de prison et 45000 € d'amende, selon l'article 441-1 du code pénal.
Commenter la réponse de Energizor
0
Merci
Merci pour votre réponse constructive
Commenter la réponse de Papillonessence
Dossier à la une