Être en règle en cas de décès de notre mère

Chlo - 13 juin 2018 à 17:46 - Dernière réponse :  Chlo
- 14 juin 2018 à 08:32
Bonjour,

Je fais partie d'une fratrie de 4 enfants.
Notre père est décédé il y a 6 ans.
Depuis, et dans un soucis de praticité, c'est moi qui fait les courses du quotidien pour ma mère de 90 ans, retire l'argent nécessaire pour régler ses consultations médicales, ect, avec mon compte, et elle me rembourse par chèque en fin de mois.

Qu'est-ce que je dois faire pour que cette rentrée d'argent mensuelle ne pose pas de problème en cas de décès de notre mère, au moment du partage de l'héritage?

Merci d'avance.
Afficher la suite 

Votre réponse

8 réponses

roudoudou22 10095 Messages postés vendredi 11 janvier 2013Date d'inscription 17 juin 2018 Dernière intervention - 13 juin 2018 à 18:05
0
Merci
déjà en informer les autres membres de la fratrie, de préférence en présence de votre mère, et recueillir leur accord sur cette manière de procéder.
Commenter la réponse de roudoudou22
djivi38 17955 Messages postés dimanche 12 avril 2015Date d'inscription 17 juin 2018 Dernière intervention - 13 juin 2018 à 18:25
0
Merci
bonjour,

.../... et tenir un cahier (à la disposition de vos frères & sœurs) sur lequel vous notez la nature de toutes les dépenses, leur montant, payées par qui, par chèque n° xxxx, à quelle date, etc... , éventuellement joindre les tickets de caisse/factures, et idem pour le remboursement fait par votre mère..chèque n° xxx, à telle date, .... : faites un état clair des mouvements d'argent entre vous et votre mère.

cdt.
Commenter la réponse de djivi38
Gayomi 3350 Messages postés dimanche 17 mars 2013Date d'inscription 17 juin 2018 Dernière intervention - 13 juin 2018 à 18:49
0
Merci
Si les seules dépenses de votre mère sont les chèques qu'elle vous fait et qu'ils correspondent à un train de vie "normal" d'une personne âgée, il n'y aura pas de souci.
Commenter la réponse de Gayomi
0
Merci
Oui tous les membres de la fratie sont au courant de la situation et 2 sont tout à fait à l'aise avec ça.
Mais pour tout vous dire, c'est surtout un membre bien précis, et surtout son épouse, qui prends un malin plaisir à chercher l'embrouille.
Notre mère est toujours bien vivante (merci et pourvu que ça dure) et pourtant, il cherche déjà les ennuis (sa femme, cherche les ennuis en insinuant que je me sers au passage sur l'héritage).
Voilà pourquoi j'aimerai trouver un moyen d'être à l'abrit des ennuis.
Les 2 autres membres de la fratrie, qui sont au courant et n'y voient aucun problème, m'ont déjà assuré qu'ils témoigneraient en ma faveur s'il le fallait.
Mais tout de même.

N'y aurait -il pas une procédure devant notaire par exemple qui nous protègerait?

Imaginons que mon frère (le trouble-fête) meurt avant notre mère. Sa femme nous en ferait voir de toutes les couleurs, nous en sommes sûrs.

Désolée, ce n'est pas très joyeux.
Commenter la réponse de Chlo
0
Merci
Et le cahier est une bonne idée en effet. Je peux m'y mettre. Mais, nous n'y avions pas réfléchit avant d'être ennuyés, du coup pour les 6 années déjà passées, je suis coincée.
Commenter la réponse de Chlo
0
Merci
Nous avons fait une demande de carte bleue pour le compte de ma mère (les vieux ne fonctionnaient pas comme nous, ils allaient retirer leur argent chez le banquier) À partir de maintenant l'argent sortira directement du compte de ma mère donc cela simplifiera un peu les choses déjà je pense.
Il reste ces 6 années écoulées à régulariser..
djivi38 17955 Messages postés dimanche 12 avril 2015Date d'inscription 17 juin 2018 Dernière intervention - 13 juin 2018 à 21:11
Ne vous cassez pas la tête ! Relisez le conseil post 3 et mettez de côté tous les relevés bancaires que vous pouvez (voire les vôtres aussi) et, en cas de problèmes ultérieurs, la justice pourra les étudier pour voir s'il y a des dépenses excessives par rapport à l'âge de votre mère, à son train de vie habituel, ... etc.

cdt.
Commenter la réponse de Chlo
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une