RATP et contrôleurs , abus d'autorité? [Résolu]

claudine - 11 mai 2017 à 13:20 - Dernière réponse : BmV 70414 Messages postés samedi 24 août 2002Date d'inscriptionModérateurStatut 8 août 2018 Dernière intervention
- 11 mai 2017 à 14:59
Bonjour,
Je vous présente d'abord la situation.

Au 26 avril, soir, une amie venant de l'Espagne est arrivée à Paris pour une visite jusqu'au 3 mai. Sachant que pour le weekend du 29 et 30 avril, nous sommes parties pour un court voyage au jardin des tulipes aux Pays-Bas, mon amie est restée sur Paris seulement pour six jours - même pas une semaine.

Comme nous avons prévu de faire des aller-retour entre Paris et Val d'europe, Paris - Disneyland, etc., j'ai compris par les infos selon ''www.ratp.fr'' qu'il est plus avantageux pour mon amie d'achter une passe Navigo dite ''de découverte'' - au tarif de 5 euros où il n'y a pas de photo ni nom, prénom inscrits au moments de la vente.

A son arrivée à la gare de Lyon, nous avons d'abord acheté cette passe, l'agent derrière la vitre a juste reçu de l'argent et nous a donné la passe sans dire un mot plus comme information concernant la passe. Nous avons ensuite chargé le premier forfait semaine à 22,15 euros pour couvrir les utilisations du 26 avril au 28 avril.

Une fois arrivées chez moi, nous avons mis le nom et prénom de mon amie sur la passe, on a vu l'emplacement où c'est marqué '' coller une photo'', mais comme la plupart des voyageurs, on ne voyage seulement pas avec une photo d'identité... De plus, mon amie ne reste sur Paris pour même pas une semaine, on s'est dit qu'elle allait coller une photo quand elle rentra chez elle, et elle pourra l'utiliser pour la prochaine fois quand elle vient à Paris. Et si jamais des contrôleurs nous demande la photo, nous allons leur expliquer la situation.

Tout s'est bien passé jusqu'au lendemain quand on est rentré des Pays-Bas. Au lundi 1 mai, avant de descendre dans les métros, nous avons rechargé la deuxième fois le forfait semaine à 22,15 euros pour couvrir le reste de son séjour jusqu'au 3 mai. Nous avons d'abord pris le déjeuné vers Opéra, ensuite sommes descendu dans les métros pour aller au Cité. A la sortie de la station Cité, il y avait des contrôleurs. Bien que la passe de mon amie ait bien été validée, le contrôleur a donné cette passe à une autre contrôleur qui nous a annoncé d'un ton de '' Haha, une autre voleuse capturée, voici mes primes augmentées!'' que la passe n'a pas de photo, que nous avons 48h pour coller une photo après l'achat, donc il faut payer une amende de 35 euros!

Nous lui avons demandé pourquoi nous n'avons été informé par personne ni à l'achat de la passe, ni par le site de Ratp où j'ai fait la recherche concernant les informations de la passe, ni est cette information inscrite sur la passe à part '' Coller une photo'', sans le mot ''obligatoire" ni le mot 48h ni ''surtaxe" ni "amende" ni ''pénalité"... De plus nous venons de rechargé la passe il n'y a même pas 3 heures! Et mon amie avait déjà chargé deux fois forfait ''Semaine'', soit 44,30 euros pour un séjour de moins d'une semaine sur Paris! Alors qu'on nous demande de payer 35 euros supplémentaires?!

Les contrôleurs ne nous ont pas du tout écoutées, ni nous ont montré où se trouve cette ''fameuse'' règle de '' coller obligatoirement une photo 48h après l'achat de la passe découverte,sinon vous risquez de payer 35 euros d'amende même si vous avez payé votre forfait de transport et le validé correctement'', et nous ont menacé d'appeler la police et augmenter l'amende à 150 euros.

Nous étions donc forcées à payer ces 35 euros, mais gravement dégoûtées. Nous avons le sentiment d'être volées pourtant être traitées comme des voleuses. Et je pense que c'est un abus d'autorité, et que nous ne sommes sans doute pas les seules. Si vous connaissez un moyen de porter plainte, je vous remercie d'avance de me l'informer! Et j'espère ma question sera utile pour les gens qui ont eu ou auront eu la même situation.

Merci beaucoup!
Afficher la suite 

Votre réponse

3 réponses

Meilleure réponse
rosieres1 4271 Messages postés samedi 11 janvier 2014Date d'inscription 27 juillet 2018 Dernière intervention - 11 mai 2017 à 13:34
3
Merci
bonjour,
Relisez les conditions d'utilisation du Pass NAVIGO
1-4 Pour être valable, le titulaire doit inscrire ses nom et prénom, coller sa photo (de face, tête nue, fond neutre, non utilisée, non scannée, non photocopiée) et apposer le rabat autocollant sur la Carte Nominative Transport.
2-5 Lors du contrôle la Carte Nominative Transport et la carte à puce doivent
être présentés en bon état (non raturé, non surchargé, photo non décollée, rabat apposé). Toute utilisation irrégulière du passe Navigo Découverte constatée lors d’un contrôle entraîne le paiement d’une indemnité forfaitaire conformément à la règlementation applicable aux services de transports publics de voyageurs.

Par conséquent les contrôleurs ne sont pas des voleurs et ils n'ont commis aucun abus d'autorité, ils ont fait leur travail.....

Cordialement

Merci rosieres1 3

Avec quelques mots c'est encore mieux Ajouter un commentaire

droit-finances a aidé 13725 internautes ce mois-ci

Commenter la réponse de rosieres1
BmV 70414 Messages postés samedi 24 août 2002Date d'inscriptionModérateurStatut 8 août 2018 Dernière intervention - 11 mai 2017 à 14:59
1
Merci
?

" où se trouvent ces conditions d'utilisations " : ben tout simplement sur le site sur lequel le pass a été "découvert" :
http://www.navigo.fr/wp-content/uploads/2016/06/20120912_-_cgu_carte_navigo_decouverte.pdf
Commenter la réponse de BmV
0
Merci
Merci de votre réponse.
D'accord, les contrôleurs n'ont fait aucune faute, ils ont juste suivi les règles.

Je voudrais pourtant savoir où se trouvent ces conditions d'utilisations que vous avez citées? Comme ce n'est pas vendues avec la carte, cela ne se trouve pas non plus sur la page de présentation de la passe, n'est-il pas trop obscur pour des touristes qui ne parlent même pas le français? C'est comme une piège pour que les touristes et les gens qui ne connaissent pas très bien Paris sautent dedans...
Commenter la réponse de claudine

Dossier à la une