Probléme d'interprétation d'un testament

Signaler
Messages postés
3
Date d'inscription
mercredi 30 novembre 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
1 décembre 2016
-
Messages postés
34642
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
24 novembre 2020
-
Ma tante récemment décédée ,veuve et sans enfant, a rédigé en 2005 un testament holographe où elle désigne sa sœur et certains de ses neveux en tant que légataires universels pour ses comptes bancaires et postaux et a légué sa maison à 2 petits neveux en tant que légataires à titre particulier.
Mais ma tante disposait aussi depuis 2012 d'un coffre-fort bancaire non décrit dans le testament de 2005. A qui revient le contenu de ce coffre? sa soeur plus proche parente ou aux légataires universels ?
Concernant la maison, à qui revient le mobilier ? à ceux qui héritent de la maison ou aux légataires universels ?

1 réponse

Messages postés
34642
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
24 novembre 2020
14 332
A qui revient le contenu de ce coffre?
Ainsi qu'il se désigne le legs "universel" transmet au légataire institué "l'universalité" de la succession : - la totalité.

Les légataires particuliers (en non à titre particulier) recevront l'objet de leur legs de la part du légataire universel, seul détenteur de l'ensemble du patrimoine légué.

Le légataire universel agit comme s'il était le seul héritier recueillant toute la succession à charge de délivrer les legs éventuellement prévus par le testament du défunt.

Réponse identique vis à vis de la maison et de son contenu.
Messages postés
3
Date d'inscription
mercredi 30 novembre 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
1 décembre 2016

Le testament nomme légataires universels des personnes qui ne reçoivent pas l'intégralité de la succession puisque sont mentionnés uniquement les comptes bancaires et postaux, la maison étant exclue. On peut donc considérer qu'il s'agit de légataires à titre universel. D'autre part, le coffre a été acquis en 2012 après rédaction du testament, comment donc peut il être pris en compte dans le testament de 2005?
Messages postés
34642
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
24 novembre 2020
14 332 >
Messages postés
3
Date d'inscription
mercredi 30 novembre 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
1 décembre 2016

Le testament nomme légataires universels des personnes qui ne reçoivent pas l'intégralité de la succession puisque sont mentionnés uniquement les comptes bancaires et postaux, la maison étant exclue.
S'ils sont désignés "légataires universels", l'universalité de la succession leur revient, de la même façon qu'elle leur reviendrait s'ils étaient tous 3 les héritiers légaux.

On peut donc considérer qu'il s'agit de légataires à titre universel.
Vous considérez.
Pas moi.
De plus vous indiquez "légataires à titre universels".
Ce n'est pas la même situation que : "légataires universels" .
Le mot "à titre" change tout.

Le coffre a été acquis en 2012 après rédaction du testament, comment donc peut il être pris en compte dans le testament de 2005?
Et alors ?
Il existe et ne ferait pas partie de la succession selon vous ?

Laissez opérer votre notaire. Il sait ce qu'il doit faire.
Messages postés
3
Date d'inscription
mercredi 30 novembre 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
1 décembre 2016
>
Messages postés
34642
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
24 novembre 2020

Le notaire sait ce qu'il doit faire. justement non, puisque selon lui le testament prête à interprétation et qu'il faudrait aller en justice.
Pour le coffre, si la dénomination "légataire à titre universel" est retenue, la succession revient à la sœur et non pas aux neveux, si j'ai bien compris (article 737)
Messages postés
34642
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
24 novembre 2020
14 332 >
Messages postés
3
Date d'inscription
mercredi 30 novembre 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
1 décembre 2016

puisque selon lui le testament prête à interprétation et qu'il faudrait aller en justice
La cause est entendue.
Si le notaire, lui-même, estime que le testament est sujet à une interprétation, il m'est difficile de vous suggérer une attitude à adopter laquelle, obligatoirement, ne conviendra à personne.
Dossier à la une