Mon employeur refuse de me licencier

Brienne44
Messages postés
2
Date d'inscription
dimanche 17 avril 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
18 avril 2016
- Modifié par micheld33 le 18/04/2016 à 09:24
Brienne44
Messages postés
2
Date d'inscription
dimanche 17 avril 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
18 avril 2016
- 18 avril 2016 à 18:01
Bonjour,
J'en viens à vous demander de l'aide car je suis complètement perdue, et en raison de mon état psychologique, j'ai peur de prendre une mauvaise décision...

Avant de vous exposer mon problème, je vais essayer de vous faire un bref résumé de la situation.

Celui fait 4 ans et demi que je suis dans cette boite, qui se compose actuellement de trois salariées, et de la patronne).
Depuis environ deux ans et demi, la situation est la suivante :
charge de travail augmentée + beaucoup de choses à gérer en même temps + clientèle difficile + heures sup "bénévoles" + remarques incessantes de la patronne => précipitation pour finir dans les temps/stress/fatigue => bourdes
=> prise de temps pour éviter les bourdes => trop lente

Cela fait également deux ans que j'ai des douleurs musculaires au dos et aux épaules. A la suite d'un arrêt d'une semaine (je ne pouvais plus me servir d'un de mes bras), la situation s'est encore empirée, car elle m'a accusée de m'être en péril le fonctionnement de l'entreprise.

A cause du stress, de la peur d'être virée, et de la perte de confiance en moi, j'ai fini par cessé presque entièrement de m'alimenter et de dormir, ce qui a bien sûr entraîné un arrêt de travail pour burn-out.

Une semaine après ma reprise, la patronne me convoque à un entretien pour "faire le point". Nous parvenons à la conclusion suivante : je ne peux plus travailler dans cette entreprise car mon inefficacité et ma santé fragile en troublent le fonctionnement, et elle me propose donc une rupture conventionnelle, que j'accepte. A cet entretien, elle se montre compatissante, me dit que ça ne sert à rien de ruiner ma santé, que j'ai fait des super trucs pour la boite mais que sans doute je n'y suis pas à ma place. Quant à moi, je lui propose de rester aussi longtemps que nécessaire, pour que mes collègues puissent partir en vacances et que je les remplace durant leur absence.

Sauf que, quelques jours après, changement de ton. J'aurais causé trop de "problèmes à la boite" donc il est hors de question que je reparte avec des indemnités. Elle me propose donc d'organiser un abandon de poste, pour qu'elle puisse me licencier pour faute grave. Je lui dit que je ne préfèrerais pas, puisque cette faute grave me suivrait dans mon avenir professionnelle alors que je n'ai jamais fait de faute grave. Elle me dit alors, "puisque vous voulez partir, vous n'avez qu'à démissionner de toute façon".

Du coup, je me sens perdue, d'autant que je ne suis pas encore rétablie de ma dépression. Je ne veux pas faire d'abandon de poste, puisque ce serait un licenciement pour une faute grave organisée par la patronne, mais je ne veux pas démissionner non plus, puisque ce n'est pas tant moi qui veux partir qu'elle qui me pousse à la porte. (Et puis financièrement, j'avoue, ne pas avoir le chômage le temps de retrouver autre chose me mettrait dans la mouise...)

Quelle autre solution existerait-il pour que je puisse sortir de là ?

Pardon pour le pavé, et je vous remercie par avance. Pour l'instant, je compte lui dire que j'ai besoin d'y réfléchir.
A voir également:

4 réponses

BiquetteFeroce
Messages postés
29
Date d'inscription
vendredi 8 janvier 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
18 avril 2016
27
18 avril 2016 à 02:49
Bonjour,

Si vous abandonnez votre poste, vous risquez d etre licenciée pour faute grave. Avec la faute grave, vous pourrez tout de même bénéficier de vos droits chômage, contrairement à une faute lourde ou vous risquez de tout perdre. Mais cela risque de prendre du temps.

vous pouvez aussi vous mettre en maladie et vu ce que vous racontez, ça ne serait pas un luxe. Votre santé est plus importante En étant en maladie, puisque c est une petit entreprise, cela aurait un impact néfaste sur leur organisation et en remettant vos arrêts de travail en dernière minute ( vous avez 48h pour envoyer votre arrêt), cela inciterait peut être cette charogne à prendre des mesures pour vous licencier.

Vous pouvez aussi lui faire parvenir un recommandé avec A.R, ou vous lui indiquez votre souhait de la rencontrer, afin de convenir d un accord pour une rupture conventionnelle de contrat. Soyez soft dans votre courrier et durant l entretien. Restez zen et expliquez la raison de votre départ ( tout en la caressant dans le sens du poil). Dites lui, que vous souhaitez vous reconvertir professionnellement. Si elle refuse, tentez de négocier vos indemnités de départ à la baisse ( sachant que votre dossier devra transiter par l inspection du travail, qui vérifie si vous ne vous faites pas léser par votre employeur.Faites vous accompagner lors de cet entretien, si cela peut vous aider.

Dernier recours, toujours en rapport avec votre état de santé; gardez vos arrêts de travail, tentez d amasser des preuves du harcèlement que vous subissez et filez directement aux prud hommes, faites même un dossier commun avec vos collègues, s ils sont dans le même cas, pour pouvoir obtenir une rupture de contrat. Faites vous assister d un avocat!
Attention, chez eux, il faut prendre son mal en patience. Tenez bon et revenez nous donner des nouvelles.

A bientot
2
dna.factory
Messages postés
22724
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
1 juillet 2022
10 551
18 avril 2016 à 07:40
Si vous abandonnez votre poste, vous risquez d etre licenciée pour faute grave.
Avec l'abandon de poste, elle risque surtout de ne pas être licenciée...
L'employeur n'a pas d'obligation de licencier, il peut juste attendre, en faisant des bulletins de paye à zéro, jusqu'a ce que la personne craque et démissionne.

afin de convenir d un accord pour une rupture conventionnelle de contrat.
Si l'employeur a déja dit non, il est peu probable qu'il change d'avis, justement à cause des indemnités minimales.

tentez d amasser des preuves du harcèlement

Tentez n'est pas suffisant... il faut des preuves réelles. généralement, des témoignages de collegues (qui ont peut d’intérêt à donner ces témoignages si ils veulent garder leur postes et des perspectives d'avenir dans l'entreprise) ou des écrits.
Des arrets de travail ça reste léger...
0
BiquetteFeroce
Messages postés
29
Date d'inscription
vendredi 8 janvier 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
18 avril 2016
27 > dna.factory
Messages postés
22724
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
1 juillet 2022

18 avril 2016 à 13:24
Bonjour,

Vous partez dans l optique d un harcèlement et d une vonlonté de nuire à l employée.
Quel patron, d une si petite entreprise attendrait des mois pour licencier un employer qui ne se présente plus sur son lieu de travail, sans justificatif?

Concernant la rupture conventionnelle, elles ont effectivement eu un entretien non officiel. Il appartient donc a l employée d en faire la demande par recommandé. Si je me souviens bien, l employeur peut refuser une fois; au dela, c est l inspection du travail qui tranche. C est ce que l on m avait expliqué lors de ma rupture conventionnelle.
0
dna.factory
Messages postés
22724
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
1 juillet 2022
10 551 > BiquetteFeroce
Messages postés
29
Date d'inscription
vendredi 8 janvier 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
18 avril 2016

18 avril 2016 à 14:02
Vous partez dans l optique d un harcèlement et d une volonté de nuire à l employée.
tentez d amasser des preuves du harcèlement que vous subissez
Faut savoir... vous ne pouvez pas d'un coté parler de harcèlement, et de l'autre considérer que l'employeur ne va pas pousser le 'harcèlement'
d'autant plus que dans le cas d'un abandon de poste, le harcèlement consiste... à ne rien faire.

Si je me souviens bien, l employeur peut refuser une fois; au dela, c est l inspection du travail qui tranche. C est ce que l on m avait expliqué lors de ma rupture conventionnelle.
Et donc ce qu'on vous a expliqué à valeur de loi ?
Nan parce qu'on m'a expliqué que quand une fille est en jupe, c'est qu'elle est forcément d'accord pour une relation sexuelle, même si elle dit non...

L'employeur n'a aucune obligation de proposer une rupture conventionnelle, peut importe combien de fois l'employé la réclame. Je pense que, encore une fois, vous confondez avec autre chose.
0
marylou.
Messages postés
18654
Date d'inscription
vendredi 12 novembre 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
27 août 2016
1 950
18 avril 2016 à 12:15
hello

Avec la faute grave, vous pourrez tout de même bénéficier de vos droits chômage, contrairement à une faute lourde ou vous risquez de tout perdre.

vous voulez dire que la faute lourde ne donne pas droit au chomage ?

bonne après midi
-1
BiquetteFeroce
Messages postés
29
Date d'inscription
vendredi 8 janvier 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
18 avril 2016
27 > marylou.
Messages postés
18654
Date d'inscription
vendredi 12 novembre 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
27 août 2016

18 avril 2016 à 13:18
0