Procédure de composition pénale pour... tapage nocturne ?

Signaler
Messages postés
1
Date d'inscription
jeudi 5 mars 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
5 mars 2015
-
Messages postés
16696
Date d'inscription
mardi 31 juillet 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
26 janvier 2021
-
Bonsoir,

J'ai du mal à avaler ce qui m'arrive, et j'ai très peur des conséquences alors si vous pouvez me rassurer ou me conseiller ce sera vraiment sympa...

Voilà : samedi 5 juillet dernier, je fêtais mes 50 ans sur la terrasse de ma maison, après avoir pris soin de prévenir tous mes voisins qq jours avant, qui m'avaient donné leur accord (et même souhaité bon anniversaire, car nos relations sont très bonnes). La fête battait son plein (avec de la musique à l'extérieur, bien sur, mais je croyais avoir pris mes précautions par rapport au voisinage) lorsque, à 0h10 (un samedi soir d'été...) 2 policiers ont fait irruption dans mon jardin (en escaladant la clôture à l'arrière du jardin alors que le portail devant était grand ouvert) et nous ont enjoint de couper la musique, ce que nous avons fait évidemment. Relevé de ma CNI et qq paroles agressives et très désagréables (de leur part) plus tard, ils sont partis et j'ai congédié tout le monde.
En décembre je reçois une convocation à la gendarmerie qui établit une déposition sans me dire s'il y avait eu plainte ni de qui (je n'en avais jamais été informée ni sur le coup ni par la suite)... et il y a 15 jours on me demande d'aller récupérer une convocation pour une "procédure de composition pénale" !

Je m'informe sur Internet et découvre la liste des infractions qui peuvent susciter cette procédure : la *nuisance sonore* n'y figure pas ! mais... la liste est-elle exhaustive ? (il n'y a pas points de suspension, ni de "etc") ; est-elle alors justifiée pour mon cas ?

Par ailleurs j'apprends que cette procédure peut donner lieu à, soit une amende (j'ai bien compris dès le début que c'est ce que je risquais, et l'accepterais), soit à... des travaux d'intérêt général !!!
Et c'est là que je panique, parce que je travaille à temps plein et ai été embauchée il y a 3 mois, il est donc hors de question que je m'absente, par ailleurs j'ai à charge un mari handicapé et en invalidité quasi permanente (en tous cas dont l'état nécessite ma présence quasi constante en dehors de mes heures de boulot), aussi serait-ce une catastrophe si j'écopais d'une peine de ce type !

D'où une autre question : comment se passe l'exécution de ce type de condamnation si le condamné ne peut en pratique pas du tout se dégager de temps pour cela ? ou si cela menace son emploi ? aurai-je la possibilité de demander plutôt une amende ?

Quid de ce que je lis concernant une inscription au casier judiciaire ??....

Enfin : me conseillez vous de me faire assister par un avocat et si oui, où et comment en trouver un ?

Merci d'avance.... et bonne fin de soirée à tous.

3 réponses

Messages postés
38407
Date d'inscription
samedi 20 décembre 2008
Statut
Contributeur
Dernière intervention
10 mars 2020
7 891
Bonsoir
N'y a t'il pas eu outrage aux forces de l'ordre ?
Quoi qu'il en soit, vous pouvez prendre un avocat avec votre assurance juridique, voir aussi votre assurance maison qui comporte une assistance juridique qui prendra en charge vos frais.

Concernant l'infraction, il ne s'agit pas du simple trouble de voisinage, mais tel que vous décrivez les faits, je ne vois qu'outrage à agent de la force publique

Qu'en est t'il ?

Si vous êtes condamnée à quelque chose, ce sera surement une amende vu votre situation et vu que vous êtes solvable

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1461
Mesures proposées
L'amende de composition pénale

Le procureur de la République peut proposer le versement d' une amende au Trésor public dont le montant maximum ne peut excéder celui de l'amende encourue.

Son montant est fixé en fonction de la gravité des faits ainsi que des ressources et des charges de l'intéressé.

Le paiement peut être échelonné selon un échéancier fixé par le procureur de la République sur une période maximale d'1 an.

Autres mesures pouvant être proposées pour les délits

Le procureur de la République peut proposer à l'auteur du délit d'effectuer, au profit de la collectivité, un travail non rémunéré pour une durée maximale de 72 heures dans un délai n'excédant pas 6 mois.
Bonsoir (et d'abord merci)
Ce qui m'est reproché est ainsi libellé :
"... Commis des agressions sonores, en l'espèce avoir mis de la musique à un niveau élevé pendant une soirée, en vue de troubler la tranquillité d'autrui"
...
"En vue de" ??? Comment peut on imaginer que je l'ai fait exprès ? :-/
Mais ai je une possibilité de contester e qui m'est reproché (et du coup fait l'objet de cette procédure ) ??
Messages postés
38407
Date d'inscription
samedi 20 décembre 2008
Statut
Contributeur
Dernière intervention
10 mars 2020
7 891
Je suis surprise car en effet, cet infraction ne fait pas partie de la liste de cette composition pénale
Mais il semblerait que cela se soit renforcer d'apres le billet sur le blog de Maitre Haddad.
Vous êtes passible d'une contravention de 3eme classe, donc, surement une amende.

https://www.legavox.fr/blog/maitre-haddad-sabine/amende-forfaitaire-pour-bruits-tapages-8108.htm#.VPjfxvmG-ao

I-Les infractions liées aux bruits sanctionnées
A) réprimées par le code pénal

Le code sanctionne les bruits,ntapages injurieux ou nocturnes ( de 22 heures à 7 heures du matin)

Article R 623-2 du code pénal

"Les bruits ou tapages injurieux ou nocturnes troublant la tranquillité d'autrui sont punis de l'amende prévue pour les contraventions de la 3e classe.

Les personnes coupables des contraventions prévues au présent article encourent également la peine complémentaire de confiscation de la chose qui a servi ou était destinée à commettre l'infraction."

Le fait de faciliter sciemment, par aide ou assistance, la préparation ou la consommation des contraventions prévues au présent article est puni des mêmes peines.

Ainsi le fait d'être à l'origine d'un bruit particulier de nature à porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé , mais aussi 'en faciliter sciemment, par aide ou assistance, la préparation ou la consommation est sanctionable.

(exemples musique forte, aboiements d'un chien intempestifs , travaux avec des machines ou outils bruyants, activité culturelle, sportive ou de loisir brutante et plus généralement les nuisances et bruits de voisinage .

B) réprimées par le Code de la santé publique

1°- Article R1337-7 Modifié par Décret n°2006-1099 du 31 août 2006 - art. 2 JORF 1er septembre 2006

Est puni de la peine d'amende prévue pour les contraventions de la troisième classe le fait d'être à l'origine d'un bruit particulier, autre que ceux relevant de l'article R. 1337-6, de nature à porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l'homme dans les conditions prévues à l'article R. 1334-31.

2°- Article R1337-9 Modifié par Décret n°2006-1099 du 31 août 2006 - art. 2 JORF 1er septembre 2006

Le fait de faciliter sciemment, par aide ou assistance, la préparation ou la consommation des contraventions prévues aux articles R. 1337-6 et R. 1337-7 est puni des mêmes peines.

II Des sanctions plus efficaces pour toutes nuisances sonores illicites avec le mécanisme de l'amende forfaitaire
Ces infractions en matière de bruit étaient auparavant punies de contraventions de la 3ème classe, dont le traitement relevait de la compétence du juge de proximité sur réquisition du ministère public.

Désormais le service de l'amende forfaitaire prend le relais pour une contravention de la 3ème classe de 45 euros, minorée, 68 euros normale et 180 euros majorée ( voir B)


A) Les textes

1°- L'article R 48-1 8°) du CPP Modifié par Décret n°2012-343 du 9 mars 2012 - art. 1 dispose:

Les contraventions des quatre premières classes pour lesquelles l'action publique est éteinte par le paiement d'une amende forfaitaire sont les suivantes : ...

8° Contraventions en matière de bruit :

a) Contraventions réprimées par l'article R. 623-2 du code pénal relatif aux bruits ou tapages injurieux ou nocturnes troublant la tranquillité d'autrui ;

b) Contraventions réprimées par les articles R. 1337-7 et R. 1337-9 du code de la santé publique relatifs au fait d'être à l'origine d'un bruit particulier, autre que ceux relevant de l'article R. 1337-6, de nature à porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l'homme dans les conditions prévues à l'article R. 1334-31, ou au fait d'en faciliter sciemment, par aide ou assistance, la préparation ou la consommation.
Messages postés
16110
Date d'inscription
samedi 6 juillet 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
13 juillet 2019
4 044
Bonsoir,

C' est effectivement peu plaisant.

De toutes façons, il va falloir y aller et vous expliquer, c' est fait pour çà.

Rien ne vous empêche de vous faire assister par un avocat.

Vous vous adresserez alors à un avocat pénaliste, pas à un civiliste.
C' est tout.

Demandez la liste des avocats pénalistes à l' ordre des avocats.

Sinon, vous pouvez aussi la trouver sur l'anuaire, car souvent les avocats mettent leur spécialité.

Entre chien et loup ... Attention au loup ....
Messages postés
16110
Date d'inscription
samedi 6 juillet 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
13 juillet 2019
4 044
Il se pourrait aussi que vous n' ayez qu' un rappel à l' ordre et une sanction financière.
Messages postés
16696
Date d'inscription
mardi 31 juillet 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
26 janvier 2021
4 598
Pour que la composition pénale ce fasse il faut d'une part reconnaître avoir commis le délit,
ce qui n'a pas l'air d'être votre cas.
ensuite la peine proposé par les services du procureur, doivent être accepter par la personne
donc au pire vous pouvez très bien demander de ne pas avoir de TIG

si vous comptez contester l'avoir fait en vu de troubler la tranquillité , je pense que vous pouvez le faire.
le fait que c'était exceptionnel et que vous aviez prévenu le voisinage, devrait jouer en votre faveur.
et si vous refusez de reconnaître les faits, ce sera aux services du procureur de prouver que vous l'avez fait en vu de troubler.
Attention juste a ce que vous avez pu dire aux policiers

donc au pire cela sera requalifié sur tapage nocture de l'article R623-2 du code pénal ce qui fait 450 euros au plus d'amende, ce n'est déjà pas le même risque.

l'assistance d'un avocat peut en effet être utile
Dossier à la une