Troubles voisinage cause aboiements chiens de chasse et chenils

Fermé
SALIXE Messages postés 127 Date d'inscription lundi 22 mars 2010 Statut Membre Dernière intervention 17 octobre 2022 - 29 sept. 2013 à 12:47
feloxe Messages postés 26406 Date d'inscription jeudi 25 février 2010 Statut Contributeur Dernière intervention 2 mars 2023 - 25 sept. 2016 à 09:48
Bonjour,
Comment gérer ces troubles quand les portes se ferment les unes après les autres ?

Je demeure dans un petit hameau de l'Indre depuis septembre 2008.
Mon voisin mitoyen a construit printemps 2010, un chenil dans sa cour mitoyenne avec la mienne, chenil à environ 15 m de ma cour et maison; en juillet 2010, les aboiements stridents des 2 teckels me nuisaient déjà considérablement depuis plus de trois mois car ils se manifestaient jour et nuit. je tente une conversation.

1. Tentative de discussion avec lui, après une nuit complète d'aboiements; j'ai eu droit à la fermeture brutale de sa fenêtre à 2 reprises.

2. Estimant la conversation gelée, je vais voir le maire qui m'assure lui en parler.

Deux mois s'écoulent sans aucun changement.

3. Septembre 2010, alors que je lui rapporte un de ses teckels qui s'était échappé et était venu dans ma cour, ce voisin me conseille alors vivement de retourner vivre à Paris, me dit qu'à la campagne c'est normal, et ajoute que les aboiements de ses chiens ne le gênaient pas du tout (je précise que ses chiens n'aboyaient essentiellement qu'en son absence ou en sa présence lorsqu'il les excitaient).

4. Je retourne voir le maire, celui-ci m'ayant demandé de revenir au bout de quelques semaines lui faire le compte-rendu de la situation. Ce que je fais, et là, le maire me dit que, bien qu'il ait des pouvoirs de police qui lui donnent le droit et le devoir de veiller sur la tranquillité du voisinage concernant les habitants de sa commune, hélas ne peut rien faire de plus, hormis une convocation de mon voisin dans son propre bureau de la mairie ; il ajoute que je devrais m'adresser à la gendarmerie.
Avant ce second rdv avec le maire, je lui avais adressé un courrier lui précisant qu'un 3ème chien était arrivé au chenil.
A bon entendeur, je commence à comprendre que c'est foutu, car mon voisin est cantonnier de la commune et donc employé par la mairie. J'y était allé d'ailleurs en toute connaissance de cause et ne me faisant aucune illusion... mais il paraît qu'il faut toujours commencer ses démarches par une conversation avec l'auteur des nuisances et, si non aboutissement, en informer le maire.

5. Je survis tant bien que mal en : augmentant le son de ma télé pour moins entendre les aboiements, écoutant de la musique pour les mêmes raisons, évitant le plus possible d'ouvrir portes et fenêtres, évitant d'aller dans ma cour et mes deux jardins car les aboiements se déclenchent dès que je marche dans ma cour et marche dans les jardins, jardine, etc... tout déclenche leurs aboiements même lorsque je déplace un bol ou une casserole que je pose sur mon plan de travail dans ma cuisine !

Cela fait maintenant le 4ème printemps, 4ème été, 4ème automne que je ne peux plus jouir de mes jardins sans entendre ces aboiements. A cela se rajoutent bien sûr les aboiements qui se manifestent au passage de promeneurs sur la route qui borde nos mitoyennetés, aux personnes qui discutent à quelques dizaines de mètres sur leurs propres terrains, aux tondeuses et autres machines qui fonctionnent dans une partie du hameau, .... bref ! Un enfer !
... Sans oublier les hurlements pendant les saillies, suivis de longs gémissements, sans oublier les hurlements à la mort à chaque déclenchement de sirène de la marie la plus proche à moins de 2 kms (pratiquement chaque jour et parfois plusieurs fois par jour), sans oublier les aboiements réguliers et rapprochés d'un chien durant jusqu'à trois heures d'affilée (il s'agit peut-être là d'aboiements dus aux séparations ponctuelles d'un mâle et d'une femelle en chaleur), et sans oublier les aboiements anarchiques nocturnes dus au passage d'un hérisson, d'un oiseau, d'un mammifère sauvage, d'un chat, et autres phénomènes...

6. Septembre 2012, après une nuit totale d'insomnie due aux aboiements continus, et me sentant très mal, je consulte mon médecin qui me prescrit des calmants. Celui-ci étant aussi maire d'un village proche et ayant déjà constaté l'intensité et la fréquence de ces aboiements en venant effectuer des consultations à domicile dans mon hameau, s'engage de lui même à faire cesser ce tapage et faire disparaître ce chenil de sa place actuelle. Selon lui, et bien que n'étant pas le maire de ma commune, il m'assure qu'il est déjà intervenu dans trois cas de figure identiques dans trois autres hameaux, m'assure que ce sera très vite résolu, qu'il connaît parfaitement le profil de mon voisin, et qu'il me tiendra au courant.
Beaucoup de belles promesses, mais que des promesses non tenus, mensongères car il n'y a jamais eu aucune suite.
La confiance que je lui avais accordée ayant disparue, tant sur le plan de sa prétendue qualité de « maire chevronné » et « médecin traitant », j'ai choisi un autre médecin traitant en décembre 2012.

7. Avril 2013, je tente toutefois et obtient un rdv avec lui dans son bureau de maire espérant avoir de sa part une explication à son silence, ne m'ayant jamais contactée depuis 7 mois.
Reformulant ma question à plusieurs reprises, je n'ai jamais pu avoir de réponse de sa part hormis, je cite « qu'il me fallait écrire à la sous préfecture » et « qu 'il comprenait parfaitement la difficulté, pour le maire de ma commune, à résoudre ce problème, certes important, mais occasionné par son employé communal. »

8. Ce même mois d'Avril 2013, j'obtiens un rdv avec la gendarmerie dépendant de mon hameau. Le gendarme m'assure que son équipe se déplacera l'après-midi même et déposera un écrit dans la boite aux lettres de mon voisin, le sommant de mettre des colliers anti aboiements à ses chiens sinon il sera amendable.
Une fois de plus confiante (à moitié tout de même), je le rappelle 5 jours plus tard espérant être mise au courant de la suite donnée par la gendarmerie. Sa réponse, je cite « Oui, l'équipe s'est bien déplacée l'après midi même de notre rdv mais n'a constaté aucun aboiement... heuh ! Non, ils n'y sont pas encore allés mais nous allons y passer... ! »
Réponse des plus glauques, je continue à comprendre que c'est foutu !

9. 23 septembre 2013 - Construction par mon voisin, début septembre, d'une petite surface équipée de piliers en béton et grillages, située en bordure de la route, sur un petit terrain qu'il aurait acheté il y a plusieurs mois... et oh... à ma grande surprise, finalisée ce 23 septembre à 8h30 par la mise en place de 4 teckels... c'est un 2ème chenil, situé face à ma fenêtre, à quelques mètres de la seule et unique pièce principale de ma maison, en rdc, et situé à la même distance de la seule et unique pièce du 1er étage de ma maison, ma chambre, dont le velux domine ce chenil.
Les quatre chiens aboient lorsque j'ouvre et ferme les volets, la fenêtre, le velux, ouvre et ferme mon portail, vais à ma voiture garée au bord de la route contre ma maison, lorsque je dépose un sac poubelle dans mon container situé dans la cour près de ma cuisine, lorsque j'ouvre et ferme les portières de ma voiture, etc... ainsi qu'au passage de promeneurs, etc... et déclenchent très souvent les aboiements de ses autres chiens laissés dans le premier chenil de sa cour ; ces deux chenils sont face à face, espacés de quelques mètres, et plus il y a de chiens dans une même propriété plus l'excitation est grande.
L'enfer s'accentue !
Le sans-gêne n'a donc plus aucune limite lorsqu'on est employé communal soutenu par le maire, et chasseur qui veut une dizaine de chiens de chasse (c'est ce qu'il m'avait confié avant la construction de son premier chenil).

10. 26 septembre 2013 - Sur le conseil d'un ancien maire et de relations , je vais à la gendarmerie de la sous-préfecture afin de déposer une plainte. L'officier de gendarmerie qui me reçoit m'informe qu'elle ne peut pas prendre ma plainte, les nuisances chiens relevant du civil et non du pénal.
Elle m'incite à contacter la SPA, compétente en la matière. L'informant que je n'avais détecté aucune saleté ni maltraitance visible, donc que ce n'était pas l'affaire de la SPA, elle m'assure que si.
Je contacte de suite la SPA qui m'a semblé excédée de ce type de réponse de la part de la gendarmerie, me confirmant bien que je n'étais pas du tout à la bonne adresse.

Un enfer dont j'éprouve le besoin de l'écrire sur le forum, espérant avoir de l'aide concernant d'autres démarches que je pourrais effectuer afin que ce cauchemar se termine !
Merci à vous de m'avoir lue car mon texte est très long.
A voir également:

11 réponses

SALIXE Messages postés 127 Date d'inscription lundi 22 mars 2010 Statut Membre Dernière intervention 17 octobre 2022 11
29 sept. 2013 à 17:48
Merci 00lina00,
Il n'y a pas encore 10 chiens, à ma connaissance.

Son premier chenil (2010) est dans sa cour, à une dizaine de mètres de la route, et bien enfoui et entouré d'arbustes, feuillages. Je ne peux donc pas voir ni compter le nombre de chiens.
Son deuxième chenil (23 septembre 2013), beaucoup plus visible et accessible puisque situé en bordure de route (je ris mais je trouve qu'il y a là allure de salon d'exposition canine) est, depuis avant-hier 27 septembre, entouré de gros bambous recouvrant le grillage, environ d'une hauteur 1m/1,20m. Ce qui fait que le nombre de chiens sera difficile à compter. Pas bête n'est-ce pas ? Il a commencé à scier les cannes de bambous, avec scie électrique bien sûr, vendredi matin à 7h 40, puis deux de ses copains sont venus finaliser cette décoration avec lui peu de temps après.

Je ne pense pas que le voisin ait l'intention de se déclarer éleveur.
S'il y a des portées, ça se vendra sous le coude voire compléter par des échanges de services.
Il m'avait dit qu'il ferait faire des portées et vendrait des chiens pour rentabiliser les achats de ses premiers chiens.
A la campagne, c'est souvent comme ça. Ca fait allure d'élevage familial le plus longtemps possible et les transactions se font en cachette. Les chasseurs entre eux sont experts en transactions.

Par contre, naïve encore que je suis, je doute que les distances de ces deux chenils par rapport à ma maison soient vraiment normales ! Surtout le second chenil, il ne peut pas être plus près de ma seule et unique fenêtre.
11