Arret maladie pour depression+licenciement [Résolu/Fermé]

mel - 11 juin 2010 à 23:58 - Dernière réponse :  Utilisateur anonyme
- 13 juin 2010 à 07:12
Bonjour,
Je suis en arret maladie depuis plus de 2 ans pour une depression, et j'ai été convoqué par un médecin conseil ce matin qui m'a précisement dit qu'il fallait que je fixe un rdv avec la médecine du travail pour prononcer une innaptitude a mon travail sinon dans peu de temps je passerai en invalidité se que je ne veux pas.
Je ne sais plus quoi faire car etant en depression a cause de mon travail, j'ai une peur bleue qu'il me renvoie dans cette entreprise...aidez moi svp....
Afficher la suite 

5 réponses

groussard 493 Messages postés samedi 30 janvier 2010Date d'inscription 2 octobre 2010 Dernière intervention - 12 juin 2010 à 00:08
0
Merci
quittez la société ! Aucun boulot ne mérite d'y laisser sa santé.
Essayez (car ce n'est pas évident) de trouver des compensations, que ça soit en famille, bricolage ou autre.
Cherchez un travail simple, sans prise de tête, même très mal payé par rapport à ce que vous avez en ce moment. Et ne pas oublier que la vie doit être belle pour vous aussi !
amicalement
0
Merci
et depuis 2 ans, vous n'avez pas songé à rechercher un autre travail ? ou négociez une rupture avec votre employeur ?
0
Merci
je sais que je ne peut pas rester en arret maladie eternellement, ce n'est pas mon but, mais jai peur de la moindre confrontation avec mon entreprise et apparrement selon mon spy je suis loin d'etre guéri malgrès mes antidepresseurs,
somniferes,ect......
je ne suis pas en arret pour le plaisir d'etre chez moi mais parce que je suis malade a cause de mon travail.......
Utilisateur anonyme - 13 juin 2010 à 07:12
pour guérir au plus vite, pourquoi ne pas chercher du travail ailleurs. cela vous permettrait de ne plus ressasser chez vous et aller de l'avant ?
Bouchonette - 12 juin 2010 à 07:03
-1
Merci
Vous ne pouvez pas rester ad eternam en arrêt maladie aux frais de la sécurité sociale.
L'inaptitude prononcée par le médecin du travail débouchera probablement sur un licenciement. Dans le cas contraire, vous pouvez envisager une rupture conventionnelle ou au pire une démission.
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une