Recours après cassation

Signaler
Messages postés
5
Date d'inscription
dimanche 31 janvier 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
24 novembre 2015
-
 LUDIVINE -
Bonjour,
Je viens d'apprendre avec écoeurement le rejet de mon pourvoi en Cassation, la Chambre Sociale estime mon licenciement justifié pour mon refus d'une invitation à déjeuner qui selon 2 attestations : Inspecteur de la Cie d'Assurance et celle d'une employée, j'aurais violemment claqué la porte au nez de mes interlocuteurs, ce que je nie depuis le début( nov.2003)
Refus OUI : informée à 12H45 heure à laquelle je n'étais pas sensée être au bureau
ma demande d'assister ce jour là à la formation informatique que j'avais déjà commencée m'ayant été refusée......et j'étais remplacée par une jeune recrue qui prenait ma place après mon licenciement!!!!!
Comment peut on accepter une telle injustice quant on sait qu'une employée qui se sert dans la caisse gagne un procès
Merci beaucoup. Toutes vos idées seront les bienvenues et je pense à TOUTES CELLES qui sont dans mon cas.

3 réponses

Messages postés
1928
Date d'inscription
vendredi 21 avril 2006
Statut
Membre
Dernière intervention
5 août 2015
929
Tu as perdu en première instance, en appel et en cassation si j'ai bien compris. Si ces trois instances t'ont donné tord, penses-tu qu'une quatrième te donnerai raison ? La quatrième serait la Cour de Justice Européenne.
Messages postés
5
Date d'inscription
dimanche 31 janvier 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
24 novembre 2015

Effectivement, j'ai gagné au Prud'Hommes et perdu en Appel et rejeté en Cassation. Mais avec un tel dossier, j'ai du mal à l'accepter et c'est tout le problème du petit privé et je voulais tenter la Cour de Justice Européenne mais pour cela il faudrait que ns soyons plusieurs dans le même cas. Surtout lorsqu'il n'y a pas faute.
En tout cas merci pour ton message tatou
J'ai appris hier que j'avais perdu en appel contre mon employeur. Moi, aussi, je suis profondément écoeurée par cette justice de classe corrompue où la loi du plus riche règne en maître. Je pense que je ne demanderai même pas à aller en cassation car les dés sont pipés. Quant aux avocats, parlons-en ! Ils ne pensent qu'à passer à la caisse et font de l'abattage de dossiers sans scrupule, profitant du désarroi et de la crédulité de leurs clients !

Je crois qu'il ne nous reste plus que nos yeux pour pleurer et panser nos plaies.

Ludivine