Avertissement pour faute grave

DFJESSY - 8 janv. 2009 à 16:46 - Dernière réponse :  Smith
- 9 janv. 2009 à 10:38
Bonjour,

J'ai reçu un avertissement pour faute grave et j'aimerai savoir si ça signifie un licenciement. Si oui comment cela se passe?
Sachant qu'auparavant 01 mois plus tôt j'ai reçu un courrier précisant "notification" qui me repprochait certaines choses complètement injustiifiées sans pour autant me donner un avertissement. J'ai d'ailleurs répondu à ce courrier pour me défendre.
En effet je ne suis plus intéressée à travailler avec mon employeur vu que l'on me reproche des choses injustes.
Afficher la suite 

5 réponses

Répondre au sujet
+2
Utile
2
Un avertissement pour faute grave ne veut rien dire. Dans votre cas cela s'apparente donc a un avertissement et pas a une convocation a un entretien prealable a licenciement.
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Ok ça ne veux pas dire que je suis licenciée. Mais si je veux l'être suite à ce type d'avertissement que dois-je faire et comment répondre.
Merci d'avance
isisandre > DFJESSY - 9 janv. 2009 à 08:29
Non il est interdit de sanctionner 2 fois pour la même faute! C'est seulement si vous commettez d'autres fautes qu' il serait possible de procéder à un licenciement
Commenter la réponse de Smith
+2
Utile
Vous cherchez quoi exactement ? a etre licencie ? Si oui dans votre cas le plus simple est de demander une rupture conventionnelle.
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Commenter la réponse de Smith
0
Utile
salut j ai le meme probleme que toi au boulot
surtout ne part pas toi meme de ton boulot si tu n'a rien a te reprocher ne part pas
mais surtout fais super attention de commetre une erreur dans ton travail car la il ne te raterons pas
je ne sais pas quelle boulot tu fait
mais moi j arrive le matin je prend mon planning je fais mon travail je rend mon planning le soir
et tout ce passe pour le mieux
bon courage
Commenter la réponse de tyson
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une