Horaires de garde du week-end

Signaler
-
 tarasouris -
Bonjour,lors d'une separation a l'amiable,je voudrai avoir la garde de mais filles pendant le week-end du vendredi 18h au dimanche 18h; suis-je dans mes droits?

1 réponse

Bonsoir .

Vous êtes dans les créneaux horaires tout à fait généraux et acceptables, dès lors que vous en discutez à l'amiable et que vous êtes chacun prêts à ce que ces horaires, pour une raison ou une autre, restent flexibles . Imaginez une réunion de parents pour l'un le vendredi à 17 h, qui ira ? et à quelle heure les enfants seront-ils prêts à se mettre en route ?
Ou une voiture qui refusera de démarrer, qui vous fera arriver 2 h plus tard ?

Car cette "souplesse" d'horaires amiable est finalement ce qui dresse facilement les pères et mères, au bout d'un moment ! L'un comme l'autre s'estime en toute bonne foi faire de son mieux, tandis que l'autre devient "l'empêcheur de tourner en rond" . Cercle vicieux, qui transforme l'amiable en ... gué-guerre !

Si vous êtes partant pour un accord de ce genre, tant mieux ; vous aurez alors à prendre vos enfants, à vous assurer avant de partir que le cartable est suffisamment garni pour faire les devoirs donnés, vous mettre d'accord en fonction d'éventuelle durée de route, sur qui fera manger les enfants, etc ... En tout cas, vous devrez ramener les enfants le dimanche soir, lavés, devoirs faits, la maman n'ayant à s'inquiéter que du dîner et de la soirée avant l'école du lundi matin .

Perso, en tant que mère, 18 h, 18 h, si tout est bien fait, cela me semblerait une bonne chose . Les "droits", sont ceux que les parents principalement décident entre eux pour le bien-être de leurs enfants ...

Bonne soirée,
Bonjour et merci de votre reponce. Mon ex et moi sommes sur le point de rediger un accord entre nous sur les horaires de garde du week-end et des vacances scolaires car cela fait 6 mois que je prens mais filles seulement vers 10H le samed et je les ramene vers 17H le dimanche . Pour moi ,c'est trop court ,je veux les avoir le vendredi a la sorti de l'ecole.Je sais quelle ne va pas vouloir , donc je cherche le moyen de la convaincre ou forcer ,sans qu'elle ne se braqque et que je sois oblige de passer par un jugei.
> cyril
Bonsoir .

Je vous avais donné un "avis", celui d'une mère, contente qu'un père soit prêt à assumer sa participation et sa relation privilégiée avec ses enfants, avec tout ce que cela sous-entend .

Tout de suite, je vous ai dit : "Si vous êtes d'accord tous les deux pour un accord amiable" ... car si vous avez le temps de vous promener notamment sur ce forum-ci, vous verrez comment les accords amiables ont rapidement volé en éclat, au grand détriment des enfants, et qu'ils sont majoritairement déconseillés par les uns et les autres (un nouveau compagnon, d'autres conditions de vie, votre accord n'a plus aucune valeur, et vous aucun recours ...) .

D'ores et déjà, la maman ne semble pas prête à vous accorder les horaires que vous souhaiteriez (qu'ils me paraissent à moi tout à fait dans l'intérêt de tout le monde n'a pas force de loi, c'était un avis !) . Je ne sais quel est votre temps de voyage, si vous habitez dans la même ville ( mais l'un ou l'autre peut déménager dans quelque temps ?), etc ...

Et déjà, je ne peux que vous conseiller de présenter une requête au J.A.F. , commune, pourquoi pas, si vous avez déjà discuté ensemble, mais avec chacun des demandes à exposer dès qu'il y a une divergence . Seul un jugement donnera un "début" de garantie à l'un comme à l'autre du maintien de ses relations parentales, un J.A.F. appréciera que les parents ne soient pas en guerre et auront des arguments dans l'intérêt des enfants, il sera bien disposé !

Il sera important pour vous d'être le papa qui vient chercher l'enfant à l'école, pour lui, déjà, devant ses copains-copines ; pour vous, la possibilité de rencontrer les enseignants, de vous tenir informé de la scolarité . Quels arguments la maman, puisqu'elle accepte de vous confier les enfants, avance-t-elle pour vous refuser l'exercice plein et entier de tous les aspects de votre parentalité ? Cherchez à en parler avec elle, et voyez si l'intérêt de l'enfant est bien au centre de l'affaire . En contrepartie, vous aurez une pension à lui verser, sachez que les chiffres astronomiques avancés par les uns et les autres sont parfois fantaisistes, et qu'il est toujours possible de contester .

Vous semblez dans un état d'esprit "amiable", ne voulez pas brusquer la maman et envenimer les choses, c'est un sérieux bon point pour vous, mais que vous n'auriez pas le moyen de le prouver si... plus tard... cela dégénère . Vous n'auriez que votre bonne conscience, qui, bafouée, vous mettrait en colère, et ainsi de suite !
Continuez-vous un dialogue constructif avec la maman ou avez-vous des raisons de douter ? C'est ce qui doit déterminer l'avenir que vous essayez de préparer pour le bien-être d'enfants qui ne pourront que subir .

Bien à vous, si vous avez besoin de conseils, on est là pour ça !